ZERO CHOMEURS DE LONGUE DUREE ?


Les autorités publiques locales sont en train d’explorer la possibilité d’expérimenter le dispositif « zéro chômeurs de longue durée » dont l’idée a été lancée par le mouvement ATD Quart Monde. Notre réseau d’associations et de centres communaux serait évidemment directement concerné. Mais de quoi s’agit-il ?

L’idée est simple, comme dit le petit bonhomme de la pub. Plutôt que d’indemniser mal, des chômeurs de longue durée, ce qui coûte cher à tous, mobilisons-les pour initier des emplois correspondant à leurs savoir-faire et à leurs désirs, ainsi qu’aux besoins locaux non satisfaits par les entreprises traditionnelles ou par les entreprises d’insertion. L’argent ainsi non dépensé en indemnités, servons-nous en pour développer ces emplois nouveaux.

Passons sur le montage un peu complexe de cette expérimentation, pour regarder de près ses deux premières phases, celles qui vont mobiliser concrètement le tissu associatif et celui des centres communaux d’action sociale.

La première phase consiste en effet à identifier ces chômeur(se)s de longue durée, déclaré(e)s ou non à Pôle emploi, à vérifier avec eux (elles) leur intérêt pour la démarche, connaître leurs compétences et savoir-faire et enfin exprimer leurs envies concernant tel ou tel type de production ou de services. Une telle démarche passe par un nombre impressionnant d’entretiens individuels menés par des personnes en qui les chômeurs et les chômeuses de longue durée ont un minimum de confiance. Et là, on pense a priori à nombre de bénévoles qui, dans les associations, rencontrent périodiquement les personnes concernées. On pense aussi, bien sûr, aux professionnels qui côtoient dans leur service celles-ci.

La deuxième phase consistera à identifier les productions et services qui ne sont pas pour l’instant réalisés par des entreprises. Elle demandera imagination et perspicacité. Mais aussi une connaissance assez fine des besoins non satisfaits ressentis dans la vie quotidienne. A nouveau, les membres des associations de notre réseau seront mobilisés avec d’autres.

Pour l’heure, les autorités auraient bien envie de voir le processus s’étendre à l’ensemble du territoire communautaire plutôt que d’élaborer le choix de terrains à géographie plus restreinte afin d’y expérimenter la démarche. Elles y réfléchissent.

Quant à nous, il nous faut nous y préparer.

N.B. il faut distinguer le chômage frictionnel, période entre deux emplois pendant laquelle les personnes bénéficient de l’assurance chômage à un niveau suffisant, du chômage de longue durée que l’on pourrait aussi qualifier de « chômage d’exclusion ». C’est ce dernier qui pose problème et fait l’objet du projet car il conduit souvent à la grande pauvreté et à l’exclusion, quand il ne l’accompagne pas déjà. (extrait de la note de présentation de l’expérimentation rédigée par ATD Quart Monde).

Le comité de rédaction

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com