Un plan grand froid encore incomplet

Malgré les efforts de ses responsables locaux, en particulier de la C.A.O. Flandres Littoral,mais aussi des collectivités locales, l’Etat, dont c’est la responsabilité directe, peine encore à prendre des dispositions réalistes en prévision du plan grand froid 2011-2012.

Rappelons que le plan grand froid a pour objectif une mise à l’abri et un accueil, dans des conditions de survie digne, de toutes personnes, pendant la période hivernale. Il distingue trois niveaux d’intervention :

- le niveau 1, temps froid, température ressentie comme positive matin et après-midi, mais comprise entre 0 et -5 pendant la nuit ; il implique une Vigilance et une Mobilisation continue.
- Le niveau 2, Grand froid, température ressentie comme négative pendant la journée et comprise entre -5 et -10 pendant la nuit ; il implique une mobilisation renforcée.
- Le niveau 3, Froid extrême, température négative le jour et inférieur à -10 pendant la nuit ; il implique une mobilisation exceptionnelle.

Ces différents niveaux et donc les dispositions qui en découlent sont déclenchés par le Préfet. Leur mise en œuvre est l’affaire des S.I.A.O. Pour ce qui concerne l’arrondissement de dunkerque, la C.A.O. Flandres, rue du rempart à Dunkerque. Elle est responsable de la mise en œuvre, avec évidemment le soutien de ses partenaires publics et associatifs qu’elle coordonne, de :

- l’accueil de jour et de nuit (elle met en place, par exemple, une maraude, pour aller au devant des personnes qui se trouvent à la rue).
- La mobilisation des logements adaptés (à Dunkerque, du local grand froid, par exemple, dont on sait déjà qu’il ouvrira ses portes dès le 1° décembre.)
- L’aide alimentaire.

Aux dires de l’Etat, les capacités mobilisables prévues actuellement sur l’arrondissement de Dunkerque sont de :

- niveau 1 : 96
- niveau 2 : + 5
- niveau 3 : + 0

On sait déjà que, quel que soit le niveau d’alerte, les personnes migrantes de passage auxquelles les associations ont à faire ne pourront pas bénéficier de ces dispositifs. Il en ira vraisemblablement de même pour les étrangers et demandeurs d’asile. On sait aussi d’expérience que les mobilisations de moyens supplémentaires concernant le niveau 3 ont été l’année dernière complètement improvisées et donc inopérantes.

C’est bien pourquoi le Président de la C.U.D. comme le responsable de la C.A.O. se sont engagés au cours de la dernière commission relative aux migrants à intervenir auprès du Préfet, responsable d’une telle situation, pour que des moyens soient réellement mobilisables.

Retour vers le journal de novembre 2011

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com