Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Le journal du Carrefour  menu Les articles des journaux de 2017  menu TRESORERIE ASSOCIATIVE : REMISE EN QUESTION ?

 
TRESORERIE ASSOCIATIVE : REMISE EN QUESTION ?


L’argent que votre association peut utiliser immédiatement, qu’il soit dans sa caisse ou qu’il soit sur son compte en banque constitue ce qu’on appelle sa trésorerie. Les critères d’attribution de leurs subventions pris par certains pouvoirs publics et les modalités de versement les concernant sont en train de fragiliser la plupart des associations.

Indispensable à toute gestion d’entreprise, mais plus largement à toute structure nécessitant la circulation d’argent, la bonne gestion de la trésorerie permet de contrôler les entrées et sorties d’argent avec pour principal objectif d’optimiser l’équilibre financier de la structure. Très concrètement, elle permet de continuer à vivre et donc à faire les dépenses nécessaires, comme payer les salaires par exemple, dans l’attente des rentrées d’argent qu’elle espère raisonnablement.

C’est dire qu’une association, comme toute structure, se doit d’avoir de la trésorerie.

Or nous sommes obligés d’observer que certains financeurs publics remettent de plus en plus en cause leur financement pour les associations qui ont un peu de trésorerie devant elles.

Les associations se doivent pourtant d’employer du personnel qualifié, ce qui a un coût certain, et les subventions s’amoindrissent d’année en année. A l’heure actuelle, les demandes de subventions se font de plus en plus tardivement, pour ce qui est de l’instruction, du conventionnement et du versement des fonds les délais sont de plus en plus longs.

Ainsi, il n’est pas rare que les fonds demandés pour une année N soient versés à N+1, ce qui impose aux associations d’avoir de la trésorerie pour fonctionner. Et comment celles-ci peuvent-elles constituer cette trésorerie ? Avoir recours aux prêts bancaires pour fonctionner ? Mais est-ce normal qu’une structure doive s’endetter pour survivre ?

_Une bonne gestion associative ne consiste-t-elle pas à constituer, année après année, un fond qui permettra d’assurer une trésorerie d’une part, et de faire face aux aléas éventuels, d’autre part ? Certains gestionnaires associatifs préconisent, par exemple, que chaque association constitue un fond qui lui permette de faire face à ses obligations, en particulier vis-à-vis de ses salariés, en cas de cessation d’activité.

Est-ce une remise en cause du caractère désintéressé de la gestion d’une association selon la loi 1901 ? Evidemment non. Constituer un fond de trésorerie ou un fond pour faire face aux aléas ne ressemble en rien à faire du bénéfice sur le dos des pouvoirs publics. C’est, au contraire, faire éviter à ces derniers d’avoir à supporter devant l’opinion publique, les conséquences des changements qui peuvent leur paraître nécessaires.

Alors pourquoi, certains financeurs publics mettent-ils en doute leur décision d’attribution de subvention lorsqu’ils constatent que leur interlocuteur associatif a réussi à constituer un fonds de trésorerie ? Pourquoi certains financeurs publics mettent un temps infini à prendre leurs décisions, mettant en péril ces partenaires associatifs ? Pourquoi imposer leurs tergiversations à des associations qui, non seulement, se débattent dans les méandres administratifs de plus en plus complexes alors qu’elles répondent à des missions d’utilité sociale ?

Sandra

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com