TEMOIGNAGE (août 2016)


Chantal a subi deux contrôles de la CAF et, à chaque fois, ses ressources ont été coupées suite à sa non-réponse à la demande de contrôle. Cela paraît normal puisqu’elle n’a pas répondu mais lorsque nous entendons son témoignage, sa situation s’avère plus complexe qu’il n’y paraît.

Décembre 2014, première suspension des prestations. Chantal s’inquiète de n’avoir aucun versement. Elle essaie de se renseigner et apprend que la CAF lui aurait envoyé un courrier concernant le contrôle de situation, courrier qu’elle n’a jamais reçu.

Elle s’est donc rendu à la CAF pour en savoir plus, un conseiller CAF lui a expliqué que ce contrôle de situation était envoyé à plusieurs personnes au hasard ayant apparemment des enfants de plus de 16 ans. Si dans les deux mois, la CAF n’obtient pas de retour, les ressources perçues sont coupées.

Suite à cette rencontre, Chantal fournit les justificatifs nécessaires mais les délais de traitement ne permettent pas d’avoir un versement rapide des prestations qui a été reporté au mois suivant.

Suite à cela, Chantal écrit au Président de la République pour avoir un recours qui lui permettrait d’avoir son versement au plus vite. Le Président de la République a transmis sa demande au sous-préfet qui l’a dirigé vers le CCAS de sa ville. CCAS qu’elle avait déjà sollicité et qui lui avait accordé 56 euros d’aide pour nourrir sa famille composée d’elle de ses trois adolescents. Elle n’a pas pu avoir d’aide supplémentaire.

Elle a également envoyé un courrier à la commission de recours de la CAF pour signifier qu’elle n’avait jamais reçu le courrier l’informant d’un contrôle et demander le rétablissement des prestations le plus rapidement possible. La réponse, négative, émanant de la commission de recours a été formulée par téléphone. Chantal a exigé d’avoir une réponse écrite qui lui a été envoyée.

Inutile de préciser que le temps que ces courriers soient suivis de réponses, il s’est écoulé plusieurs mois. Ce qui a engendré une perte de temps et d’argent pour Chantal qui avait pris la peine de les envoyer en recommandé avec accusé réception.

Cette situation a duré près d’un mois avant le rétablissement des prestations sociales. Chantal, qui n’a eu aucune prestations sociales (pas d’allocations familiales, pas de RSA et pas d’APL) à la veille de Noël, a vécu des moments très difficiles avec ses enfants et s’est retrouvé dans une situation financièrement compliquée dans la mesure où les seules aides qu’elle a pu obtenir furent un colis de dépannage alimentaire d’une association membre du Carrefour (ce qui représente environ deux jours de nourriture) et les tickets service du CCAS, soit 56€. De plus, cette suspension de revenus a engendré des rejets bancaires avec des frais et une suspension de la CMU.

Il est important de préciser que dans tous les cas, les prestations restent bloquées pendant un mois même si l’allocataire a fourni tous les justificatif et qu’il en est de même pour le compte en ligne de la CAF.

En juillet 2016, Chantal a subi un autre contrôle de situation et, à nouveau, sans avoir reçu un courrier préalable. Elle ne comprend pas que la CAF lui demande des justificatifs qu’elle a déjà fournis en début d’année.

Cette fois, Chantal a décidé d’attendre la régularisation, même si elle est dans une situation difficile, dans la mesure où toutes les démarches qu’elle a entreprises en décembre 2014 se sont soldées par un échec et une perte d’argent.

Ce qu’elle ressent ? Elle a l’impression d’être un numéro et non pas une personne.

Maryem

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com