Supplément assises de la solidarité - avril 2008

Nouvelles des Assises de la solidarité Supplément au n° 85 du petit journal du Carrefour des solidarités d’avril 2008

PDF - 92.3 ko
supplément Assises avril 08

Dernières nouvelles d’avril 2008

Les élections municipales et cantonales sont désormais derrière nous. Les différents conseils sont en place. Nous avons désormais des interlocuteurs élus qui vont pouvoir s’associer à nos travaux. La dynamique des Assises reprend. C’est le moment de rappeler où nous en sommes et de proposer des objectifs.

Depuis octobre dernier nous avons rassemblé les témoignages des personnes qui vivent durement les difficultés de la vie. Nous continuons, à travers les activités des associations à les recueillir. C’est à partir de ce qu’ils disent que les travaux de ces assises se construisent.

En février et mars dernier, nous avons tenu 4 rencontres de la solidarité. Rassemblant des personnes issues des associations comme des C.C.A.S., voire de nos partenaires (C.A.F., services publics, etc.) Elles ont abordé 4 thèmes : les conditions de développement de la citoyenneté des personnes qui vivent les difficultés sociales, l’accueil qui leur est fait, l’aide alimentaire qui leur est apportée, les difficultés d’accès en continu aux ressources d’eau ou d’énergie. Les comptes rendus de ces rencontres sont consultables (on les trouve en particulier sur le site du Carrefour des solidarités). A leur issue, nous avons constitué une liste des problèmes identifiés et des pistes de solutions qu’il y aurait lieu soit de mettre en œuvre soit de travailler. Chacun va faire l’objet d’une fiche de travail qui sera mis à la disposition de tous.

Nous relançons dans les semaines qui viennent 4 nouvelles rencontres qui porteront sur les sujets suivants :

- l’insertion par l’économie : questions d’accès et d’accompagnement vers l’emploi.
- les ressources accessibles : niveaux, multiplicité des sources, pannes dans leur accès (redoutables pour qui vit à la limite de la survie), pratiques associatives et publiques d’accompagnement des personnes.
- le logement et l’hébergement : accès, disponibilité, temps d’attente, accidents de paiement, etc.
- la santé et les soins : difficultés d’accès, couvertures, etc.

Chacun est invité à y participer en vue d’identifier les problèmes concrets, les améliorations locales qui pourraient être apportées et les solutions possibles qui pourraient être à notre portée.

Avec le renouvellement des différentes instances politiques, il était difficile de rassembler un comité de pilotage de ces Assises au complet. Désormais nous lançons la proposition de tenir une première réunion de cette instance, afin que tous les partenaires potentiels puissent participer à leur préparation.

Enfin, les différents réseaux régionaux et nationaux ont mis sur pied un Grenelle de l’insertion. Nous y contribuerons en versant à leur réflexion l’état de nos travaux. Ce sera en particulier par l’intermédiaire des travaux de notre prochaine rencontre consacrée à l’insertion par l’économie.

Les prochaines rencontres de la solidarité

Nous continuons notre série de rencontres de la solidarité. En voici les thèmes, les dates et les lieux.

« L’insertion professionnelle »,
le mardi 22/04/08 à 17h 30
à la salle polyvalente des Glacis,
avenue des Maréchaux de France
à DUNKERQUE

« Les ressources »,
le mardi 06/05/08 à 17h30
A la Maison des Services,
6 boulevard de l’Espérance à St Pol sur mer

« Le logement »,
le jeudi 15/05/08 à 17h30
A la Congrégation de l’Armée du Salut
1 Quai de Mardyck
à DUNKERQUE

La « Santé »,
le jeudi 22/05/08 à 17h30
à la Maison pour tous,
374 rue du Général Catroux
à LEFRINCKOUCKE

Soyons sérieux !...

La préparation actuelle des Assises de la solidarité locale de la région dunkerquoise soulève actuellement quelques objections venant principalement de la part de professionnels salariés. Ces objections sont sérieuses. Ecoutons-les et tentons d’en intégrer leur part de vérité dans notre démarche.

Ressentis ou analyses ?

Les premiers pas de la démarche des assises de la solidarité locale sont une écoute attentive des témoignages des personnes qui vivent quotidiennement les difficultés sociales, la misère ou la dureté de la vie. Ces témoignages sont essentiellement subjectifs disent certains. Ils ne peuvent à eux seuls permettre d’étayer les véritables problèmes. Identifier les questions auxquelles il faudra apporter des solutions demande une observation systématique et des analyses qui permettent de passer du cas particulier à la situation générale.

Ceux qui ont pu participer aux quatre premières rencontres de la solidarité peuvent témoigner du fait que nous n’en sommes jamais resté au seul ressenti des personnes et de leurs témoignages. Les questions qui ressortent et que l’on peut découvrir à la lecture des comptes rendus ont fait l’objet d’une vérification à travers le croisement d’expérience des usagers, des associations présentes, voire des professionnels qui y ont participé. Quand nous en avions la possibilité, les quelques observations disponibles sont venues renforcer les expériences. Nous aurions aimé pouvoir nous appuyer sur le travail d’ateliers d’usagers tentant de passer de leur propre expérience à une analyse plus générale comme, en matière d’urbanisme, ont pu le faire les ateliers de travail urbain. Nous n’avons pas pu le faire parce que les associations et les C.C.A.S. ne semblent pas avoir mené de telles expériences. L’idée est sans doute à reprendre.

Mais nous savons aussi que le meilleur moyen de noyer l’expérience douloureuse des usagers est de la renvoyer en commissions techniques.

Des dossiers en béton !

Pour être crédible face aux pouvoirs publics, mais aussi à nos propres yeux, un dossier, une question, des solutions esquissées doivent reposer sur un travail technique conséquent : observation, analyse, diagnostic, solutions, étude de faisabilité, montage financier. La plupart des questions posées ne font pas l’objet d’un tel processus. Elles ont donc peu de chance d’aboutir à la construction d’une solution.

Pourquoi ne pas le dire avec simplicité. Nous travaillons avec les moyens qui sont à notre disposition, c’est-à-dire faibles. Ce n’est pas une raison pour se taire. Notre espoir, c’est que sur les questions les plus difficiles à mettre en œuvre et qui demandent un tel arsenal technique, nous puissions convaincre les autorités de mobiliser leurs propres équipes techniques, avant, pendant ou après les assises de la solidarité. Notre seule prétention, c’est de ne jamais perdre de vue la réalité des terrains que nous connaissons bien et des gens avec lesquels et pour lesquels nous travaillons comme salariés ou comme bénévoles. C’est pourquoi nous entendrons continuer à être présents lorsque le temps du travail technique sera venu pour certains dossiers. Pour les autres, dont les solutions peuvent être simples ou qui ne dépendent que de notre propre volonté, pourquoi se réfugier derrière une analyse technique ?

Premier état des lieux (suite)

La rencontre portant sur les questions liées à l’insertion économique sera la participation du littoral du Nord à l’initiative prise à l’échelle régionale par le groupe ALERTE et l’URIOPSS de contribuer à la démarche nationale « Grenelle de l’insertion. »

Nous reprenons ici les principaux thèmes proposés.

Les dimensions de l’insertion

Comment accompagner les personnes en difficulté vers l’emploi ?
Quels progrès collectifs à mener pour que ceux qui sont en incapacité de produire soient intégrés ?
Comment reconnaître les personnes qui produisent en dehors du marché du travail ?
Comment trouver sa place quand on ne répond pas aux schémas imposés ?
L’insertion passe-t-elle uniquement par l’emploi ?

Formations professionnelles initiales et continues : leviers pour l’insertion

Quelles formations pour les publics sans emploi ?
Quelle adéquation entre le marché du travail et la formation ?
Comment accéder à la formation ?

L’accès à l’emploi pour les personnes en situation de précarité permettant de vivre dignement

Quelles sont les difficultés rencontrées d’accès à l’emploi ?
Comment améliorer l’employabilité des personnes les plus éloignées de l’emploi ?
Quel accompagnement professionnel ou bénévole vers et dans l’emploi ?
Quel rôle et quelle place pour les entreprises ?
Quel rôle et quelle place pour les associations caritatives et humanitaires ?
A quoi peut servir un contrat unique d’insertion ?
Que peut-on attendre de l’expérimentation du Revenu de solidarité active ?
Quelles sont les conditions de la réussite de ce dispositif ?
Y a-t-il intérêt et plus value pour les personnes ?
Quelles places pour les entreprises d’insertion ?

Documents joints

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com