Slams

Sirkam, qui a fait partie des jeunes venus renforcés l’équipe de bénévoles qui intervient régulièrement auprès des personnes migrantes de passage sur notre territoire a écrit ce spam :

Invisibles

Allées et venues incontrôlables
Les pieds dans le sable à la poursuite de l’insondable
L’insupportable supporté par la majorité
La sagesse de l’arbre voyageur, l’humain sans racines
L’aveugle volontaire refuse cette machine
Et le clandestin évite le saule pleureur
ou le sol fait peur au seul pleureur
de passage, êtres de passages
L’espoir inespéré du Big Ben, Londres, Manchester
En zigzaguant policé entre les balles de winchesters
Habiter l’invivable
Espérer l’après-demain
Quand la population s’en lave les mains,
S’en bande les yeux en croyant être stable pour eux :
Chaque nouvelle étape est un point de non-retour
Ne pas regarder en arrière, éviter les détours
Entendez-vous ces au secours
ou peut-être préférez-vous rester sourds ?
Du foot à fifty cent,
de la musique kurde aux hits arabes, de Saddam aux courses poursuites,
de la dalle aux mains qui ne cicatrisent plus,
de la gale à la jungle
quand je m’empiffre de ce krumble,
de la palette aux maisons précaires,
de la tentative à la réussite, de l’espoir au dégoût, du non-retour se consommant comme un mégot.
In english please : how old are you ? where are you from ?
14 ans from Kurdistan…
Ils vivent un état d’urgence permanent
mais continuent à croire dans leur firmament
Le désoeuvrement laisse place aux bonnes œuvres,
Salam, Terre d’Errance vous souhaitent la bienvenue en France
Eviter le système, la violence, avancer au pas cadencé
de cette transe Continentale, les mers, les pays traversés
Quand paisibles nous rentrons poser nos têtes sur le traversin
Leurs yeux sont des mots
Des maux à mots qui parlent pour eux
Livres ouverts de cœurs couverts
Caractères forts en majuscule
Avancer, avancer sinon ils reculent
Ils ont des noms : Sadran, Ali
Qui savent où ils vont : Grande-Bretagne
Quitte à en déplacer les montagnes
Calais : le bidonville chez les riches
La preuve qu’à cette partie de l’Occident a joué la triche.
Après l’American dream, voici l’Occidental dream :
Quand 6 milliards meurent
Pour qu’un milliard crève de bonheur
Quand 1 milliard monte des murs
Pour que les 6 autres crévent aux pieds
Nus, puisque le système choure les chaussures
Quand 1 milliard a peur de l’unité des 6 autres
Quand 1 milliard s’enterre enivré de Kanter
Pour que 6 milliards transcendent les frontières
Quand un milliard fait la politique de l’autruche,
Ne rien voir, ne rien entendre
Pendant que les 6 autres se consument en tas de cendres…
Ceuta, Mellila, Calais, Marseille, Sicile, Gibraltar, Athènes, Istanbul, Vincennes
Là où l’homme n’a plus de droit
Où les barbelés écorchent les doigts
Où nos frères y perdent la foi
Et moi, et moi, et moi
Emoi des mois sans toit
Et toi des moi sans toi
Etoile dévoile les voiles
Et toile déploie tes ailes
Salam Aleikum, bon voyage à vous
Inch’Allah un jour il n’y aura plus de frontières
Alors disparaîtront ces mots :
Migrants, réfugiés, clandestins, sans papiers, asile, naufragés, sans noms :
Les Invisibles.

Sirkam

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com