Accueil du site  menu Observatoire  menu Ces dunkerquois qui ont faim  menu RMI ou salaire : la même galère

 
RMI ou salaire : la même galère

Qu’on touche un Revenu Minimum d’Insertion ou un salaire On n’est pas à l’abri des questions de survie alimentaire

rmi-salaire-prestations

Comment lire le graphique ?

Il s’agit du montant journalier du Reste à vivre pour une personne qui demande de l’aide alimentaire de façon régulière aux associations. Il est exprimé en euro. Elles ont été au total 3130 en 2007 – 2008.

Leur nombre est réparti en fonction de l’origine de leurs ressources principales : soit le R.M.I., soit un salaire, soit diverses prestations sociales.

Par exemple : il ne restait que de 4 à 5 euros par jour pour un peu plus de 300 personnes pour lesquelles les ressources du ménage étaient principalement le R.M.I.

Le reste à vivre, c’est ce qui reste des ressources lorsqu’on a payé ce qu’il faut pour se loger, pour se chauffer, pour avoir de l’eau et de l’électricité et qu’on a réglé ses dettes.

Conclusions

le Revenu minimum d’insertion joue bien son rôle indispensable d’apport de ressources minimales. Sans lui, la moitié des familles qui bénéficient de l’aide alimentaire associative régulière n’aurait quasiment aucune ressource.

Le montant du R.M.I. ne met pas ces ménages à l’abri des questions de survie alimentaire.

Sauf à la marge, le fait d’être salarié ne met pas à l’abri des questions de survie alimentaire.

Manger, combien ça coûte ?

La Croix Rouge française a indiqué récemment au niveau national qu’un repas distribué coûtait 1,5 euro. Survivre alimentairement coûterait donc chaque jour aux environs de 4 euros, sans compter le reste.

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com