Présence des usagers dans nos instances

Comme prévu dans son ordre du jour, le dernier conseil d’administration du Carrefour des solidarités a planché sur la question de la présence des usagers dans nos différentes instances. Voici un court résumé de ses débats.

Nous savons que la présence des usagers dans nos instances fait débat a indiqué en ouverture de la question, le président du C.A. Parmi les membres du Carrefour des solidarités les situations sont très diverses. Les associations qui y sont tenues de par la loi ont organisé depuis un certain nombre d’années des conseils de vie sociale au sein des centres d’hébergement qu’ils gèrent. Certains s’en tiennent pour l’essentiel à des remarques et des réflexions sur la vie quotidienne des personnes hébergées. D’autres ont dépassé ce niveau de préoccupation et abordent des questions plus générales, voirepermettent, par cet intermédiaire, aux usagers de prendre un certain nombre d’initiatives. D’autres aussi, gérant plusieurs centres d’hébergement, ont mis en place des conseils de conseil où sont abordées toutes les questions posées par les usagers.

Certaines associations ont inscrit dans leur propre méthode de travail une présence active de leurs usagers. Certains Centres communaux d’action sociale ne sont pas en reste en la matière et ont organisés des groupes de travail progressivement géré parleurs propres usagers.

Pour ce qui concerne le Carrefour des solidarités, l’atelier de travail social permet une réflexion et une expression des personnes qui ont vécu la galère. De récentes rencontres entre l’atelier et quelques associations ont permis une réflexion commune et critique sur la façon dont ces dernières mettaient en œuvre leur projet. Enfin, plus globalement, le « forum citoyen » permet la rencontre entre usagers venant de différentes associations et un travail en commun pour répondre aux préoccupations exposées par les usagers eux-mêmes.

Depuis sa création, le Carrefour des solidarités a, dans ses propres statuts, l’objectif de développer la citoyenneté des usagers. N’est-ce pas le moment de passer à une nouvelle étape qui verrait la présence des usagers dans ses propres instances ? Celle-ci pourrait revêtir l’une ou l’autre formes : celle d’un collège entièrement destiné à des représentants des usagers ou encore celle d’un conseil d’usagers qui se réunirait annuellement pour préparer l’assemblée générale et proposer des orientations à celle-ci.

Différents points de vue se sont alors exprimés.

La présence des usagers revêt des formes trop diverses dans chacun des membres du Carrefour pour qu’on puisse prendre de telles décisions. Ne conviendrait-il pas, avant de prendre toute décision en la matière, de faire un recensement le plus exact possible de ces différentes formes ?

L’expérience de la présence d’un usager au sein du conseil d’administration a été tentée par certains. Elle pose de véritables questions. On ne s’invente pas sans préparation, délégué des usagers. Il y a tout un travail préparatoire à faire. De plus, certains groupes de paroles voient la participation des usagers s’épuiser.

Si nous créons un collège des usagers, comment s’assurer que les personnes élues seront réellement représentatives de l’ensemble des usagers ?

Compte tenu des expériences diverses, l’institution d’un conseil des usagers qui n’aurait le pouvoir que d’émettre des avis et des propositions semble être un bon compromis. C’est à partir d’une telle expérience qu’on pourrait à l’avenir se prononcer sur l’existence ou non d’un collège des usagers.

Mais les usagers ont du mal à sortir de leurs propres problèmes individuels et à connaître les associations qui les aident. Pourraient-ils s’intéresser et comprendre ce qu’est et ce que pourrait faire le Carrefour des solidarités ?

Ne conviendrait-il pas que chacun des membres du Carrefour décide d’associer leurs usagers à la définition de leurs propres interventions ? Les associer, par exemple, à l’établissement d’un règlement d’accueil pourrait les concerner plus directement. Mais c’est déjà difficile et cela ne peut pas être entrepris sans l’accord et sans la participation des bénévoles et des salariés de la structure.

Plutôt que de mettre en place des groupes de travail d’usagers, ne conviendrait-il pas de développer les médiations associatives entre les usagers et les services publics ?

Finalement le conseil d’administration a pris la décision de faire un recensement, le plus exhaustif possible, de la façon dont chacun des membres du Carrefour associait les usagers. Ce recensement permettra à chacun de bénéficier de l’expérience des autres. C’est à partir de lui que pourra être poursuivi la réflexion commune.

retour vers le journal de janvier 2012

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com