Pour un enterrement digne des personnes qui habitent la rue

La commission « urgence sociale » du Carrefour des solidarités s’est réunie récemment pour analyser les conditions dans lesquelles les personnes qui habitent la rue étaient enterrées. Des dispositifs existent et les associations qui sont proches de ces personnes font de leur mieux en la matière. Mais ne peut-on pas apporter quelques améliorations ?

Mieux comprendre la succession des faits entre la découverte d’un corps sur l’espace public et, dans certains cas, l’aboutissement à une inhumation dans le cimetière communal au titre d’indigent, pris en charge par les services de la Mairie, tel était l’objectif de la réunion de travail. Voir ensuite s’il y avait lieu d’amener des améliorations dans ce processus lorsqu’il concernait des personnes qui habitaient la rue, dans le respect de la dignité des personnes qui ont connu une telle fin. Les associations n’entendaient évidemment pas s’immiscer dans les responsabilités publiques, mais aider dans leur tâche les services concernés. Leur souhait était d’apporter l’accompagnement humain auquel a droit toute personne quelle que soit les circonstances de sa mort. Enfin toutes les communes sont susceptibles de faire face à de telles situations. Elles en ont même obligation sur leur territoire. Mais c’est sans doute la commune de Dunkerque qui a à connaître le plus de celles-ci (un peu plus d’une dizaine en 2009). C’est pourquoi, ce travail a d’abord été mené avec ses propres services dans le but d’étendre l’expérience éventuellement à d’autres territoires.

Après discussion et échanges, les participants se sont mis d’accord sur l’organisation suivante :

- il appartient aux services d’urgence (pompiers et police) de prendre les premières dispositions et d’alerter les services concernés de la Mairie (le cadre d’astreinte qui transmet ensuite).

- La première recherche est celle de l’identification de la personne décédée et celle de la recherche de la famille éventuelle. En l’absence de dispositions ou de moyens pour une prise en charge des funérailles lorsqu’un décès est constaté, sur la ville de Dunkerque, le CCAS de Dunkerque, dés sollicitation pour la mise en place d’un enterrement indigent, procède en lien avec les services de Mairie et les autres partenaires aux investigations pour rechercher et contacter la famille du défunt afin de connaître leur volonté quant à l’inhumation. Nous avons convenu qu’à ce premier stade, si des incertitudes intervenaient, l’information serait immédiatement faite en direction du service adulte de l’A.A.E. qui, au besoin, se chargerait d’interroger les agents de la maraude, ou le F.L.I.U., ou le service d’accueil Grand Froid ou encore l’accueil de jour de l’Armée du Salut.

- Au cours de cette période, se pose la question du lieu de dépôt de la dépouille et des visites éventuelles dont elle peut faire l’objet. Cette question du dépôt funéraire doit faire l’objet d’une réflexion avec les élus responsables.

- Dès que la décision d’inhumer est prise (entre 8 et 15 jours après la découverte du corps), la date et l’heure de l’inhumation déterminée, il a été convenu que le C.C.A.S. fournirait au Carrefour des solidarités ces informations ainsi que le service qui suivait éventuellement plus particulièrement la personne, charge à lui d’en informer le réseau des associations en vue d’une présence à l’inhumation, de se rapprocher de l’association qui suivait la personne en vue de rassembler quelques éléments de mémoire sur le ou la disparu. C’est à partir de ces informations et des témoignages éventuels recueillis au cours de l’inhumation qu’une notice sera établie par ses soins et diffuser éventuellement dans le journal du réseau.

- Concernant l’organisation et le déroulement de l’inhumation, c’est évidemment la volonté déclarée du défunt qui doit être respectée. D’expérience toutefois, les dispositions actuelles semblent donner à tous satisfaction dans la simplicité et l’humanité de la cérémonie proposée.

Il y aura lieu de se rapprocher du service concerné à l’hôpital pour voir quels problèmes spécifiques se posent à lui et comment il peut concourir aux dispositions d’ensemble.

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com