PAROLES DE CITOYENS

PAROLES DE CITOYENS

Lors des Ateliers de Travail Social, nous avons demandé aux personnes quelles étaient leurs difficultés pour accéder aux soins de santé, leurs réponses furent éloquentes et démontrent à quel point tout est compliqué pour elles : la preuve par l’exemple.

Sécurité sociale

La CMU n’est pas toujours adaptée pour les personnes ayant des dossiers médicales lourds. Elle ne couvre pas toutes les dépenses de soins spécialisés :

« Les appareils ne sont pas pris en compte par la CMU. Alors que les appareils dentaires oui. Les semelles orthopédiques non, alors que c’est très cher. »

Des médecins généralistes et spécialisés refusent de prendre les bénéficiaires de la CMU en consultation. Parfois, c’est la première question qu’ils posent. Cette situation est vécue comme étant dégradante pour les bénéficiaires :

« On a l’impression d’être stigmatisés par les médecins et autres professionnels de la santé. »
« C’est pas normal d’entendre que quand on a la CMU, on ne peut pas être soigné. »

_ Un manque important d’informations envers les personnes de la part des professionnels de la santé ou des travailleurs sociaux, notamment sur les remboursements de soins.

« Pour les oreilles, les chèques sont encaissés, mais ils ne sont pas remboursés. Il y a, en plus, des taxes à cause des dépassements d’honoraires. La sécurité sociale ne prévient pas du coût du prélèvement du remboursement des frais à la fin de l’année. Les gens ne se voient rembourser qu’une infime partie de leurs soins, alors qu’ils ne l’avaient pas prévu. Ils se retrouvent donc à la fin sans rien. »

C’est particulièrement problématique pour les personnes ayant un dossier médical lourd et qui sont donc obligées de consulter régulièrement un médecin et d’aller souvent chercher des médicaments.

« Si on a un dossier de santé lourd, les mutuelles refusent de nous prendre. »

De plus, les difficultés personnelles ne sont pas prises en compte dans les offres de mutuelle.

Désertification médicale

Le manque de médecin sur le dunkerquois est un réel problème pour l’accès aux soins. L’agglomération est durement touchée par le manque de médecins spécialisés et de structures. Les départs à la retraite accentuent ce problème.

« Il manque de médecins sur le territoire. Et puis les ophtalmos à Grande-Synthe vont partir à la retraite et ne seront pas remplacés. Il faut attendre six à huit mois pour avoir un rendez-vous et en plus, ils ne prennent pas de nouveaux patients. Il manque aussi des structures adaptées. »

La mobilité

En zone périurbaine, la situation est de plus en plus compliquée pour les personnes avec des problèmes de mobilité car il y a de moins en moins de médecins de proximité. Les personnes sont obligées de se rendre sur Lille pour des soins spécialisés. Mais pour les personnes ayant de faibles revenues, c’est un frein important pour se soigner.

« Même couverte à 100 %, si une personne peut marcher, elle doit prendre le train pour aller à l’hôpital sur Lille. La sécu refuse de prendre en charge le trajet, ou alors il faut rester plusieurs jours à l’hôpital. On n’est donc pas remboursé si on y va avec nos propres moyens. Sauf que souvent, je n’ai pas envie d’y rester plusieurs jours si je peux y rester qu’une journée. »

L’accès aux droits

Les bénéficiaires de la CMU sont parfois stigmatisés par des professionnels de la santé mais aussi par d’autres citoyens, qui pensent qu’ils en profitent. La domiciliation peut constituer un frein pour faire les démarches liées à la santé.
Il y a trop d’interlocuteurs qui donnent des informations parfois contradictoires. La personne accompagnée se sent perdue dans les discours et les dispositifs. De plus, il s’avère que certains professionnels de la santé et des travailleurs sociaux ne sont pas au courant de tous les dispositifs existants. Certaines personnes, qui pourraient bénéficier de ces dispositifs, ne sont donc pas au courant de leurs droits.

Thomas

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com