Les sommaires des journaux 2007

Le petit journal des associations et institutions caritatives et humanitaires de la région dunkerquoise
Sommaires 2007

Janvier 2007 : n° 70

Meilleurs vœux !

En direct des associations

L’AFAD au Palais Bourbon
Visite de conformité pour l’AFAD
L’ACL Proxipol dans ses nouveaux locaux

Du côté des migrants : L’association Salam, le partenaire calaisien du collectif migrants nous a communiqué la veille de Noël ces quelques nouvelles.

Des associations s’inquiètent et écrivent au Ministre Borloo : Quelques associations de la région de Dunkerque se sont retrouvées récemment en vue d’exprimer les difficultés qu’elles affrontent dans leur service aux personnes en difficultés et interpeller le Ministre Borloo à ce propos. L’initiative en a été prise par le CETIDE, le GESAAD, le CIEDIL, Le SID, L’Association Mer et Rencontres et l’association ECOFLANDRES. Voici quelques extraits de leur projet de courrier qu’elles invitent les associations qui le désirent à signer avec elle.

Poème : Mes copains, de Christian Demette

Dossiers

6 € par jour pour survivre… (suite) : L’alimentation reste une grande préoccupation des ménages. Manger équilibré, consommer chaque jour légumes et fruits. La publicité ne manque pas de nous alerter. Les familles vivant de minima sociaux éprouvent plus que d’autres des difficultés liées au manque de ressources pour pouvoir s’approvisionner comme elles le souhaiteraient. Avec l’aide des services sociaux de la CAF, nous avons tenté une approche des situations des familles précaires et de la part de budget dont elles disposaient pour s’alimenter.

Le prix de l’eau : des tarifs à revoir : Le conseil de développement durable de l’agglomération de Dunkerque s’est attaché, ces derniers mois, à tenter de faire le tour des problèmes liés à l’eau. C’est en effet la Communauté Urbaine de Dunkerque, auquel ce conseil de développement doit fournir ses avis, qui est le responsable ici du service public de l’eau. Le Carrefour des solidarités, dont deux membres siègent dans ce conseil, a été plus particulièrement attentif aux problèmes sociaux d’accès à l’eau pour tous. Nous reprenons ici l’essentiel de l’intervention qui a été faite à ce sujet par Jean-Marie Gueuret.

En direct du Carrefour

Le guide des ressources
Le site dans quelques semaines
Un projet de règlement intérieur

La santé des personnes qui vivent dans la précarité : Favoriser l’accès aux droits et aux soins des personnes en situation de précarité, tel est l’objectif du projet que vous venons de déposer auprès du Programme régionale de santé. De quoi s’agit-il ? Serez-vous concerné ?

Il était une fois le Carrefour des solidarités (suite) : Ou quelques éléments de l’histoire de dix ans d’aventures collectives et interassociatives au service des personnes pauvres de l’agglomération dunkerquoise.

Février 2007 : n° 71

Edito : notre société est en deuil

Hommage à l’Abbé Pierre

Le collectif migrant répond au Sous Préfet : Le collectif migrant avait rencontré, en novembre dernier, le Sous Préfet de Dunkerque, représentant du gouvernement sur notre territoire. L’échange avait été clair des deux côtés, chacun ayant marqué ses accords et ses désaccords. Dans ses vœux, la presse a repris les propos du Sous Préfet qui pouvait laisser entendre que les associations étaient d’accord avec les agissements de l’Etat. Il a donc semblé au collectif qu’il devait, pour sa part, faire paraître sa propre position. C’est ce qu’il a fait dans le communiqué de presse dont on reprend ici de larges extraits.

Visite au Secours Populaire Français : Depuis quelques numéros nous avions arrêté nos visites aux différents membres du Carrefour des solidarités. L’actualité associative tenait toute la place. Nous reprenons ce mois-ci avec le Secours Populaire Français. Avec l’AFEJI que nous irons bientôt rencontrer, nous aurons ainsi fait, en deux ans, le tour complet des associations. Il nous faudra alors entreprendre de faire la tournée des C.C.A.S., sans oublier les associations qui frappent à notre porte.

La crise des sans logis, la FNARS prend le relais : Nous avons tous suivi avec une grande attention les évènements provoqués dans les grandes villes de France par les actions menées par les « Enfants de Don Quichotte ». A ce propos, la Fédération Nationale pour l’accueil et la réinsertion sociale nous a fait parvenir, comme à toutes les associations de son réseau le courrier suivant. Au plan local, les associations de ce réseau n’ont pas attendu pour se mobiliser. Elles étudient les réponses concrètes qu’elles apporteront aux demandes de l’Etat tout en espérant que celui-ci apporte les moyens financiers nécessaires à la mise en place des dispositions qu’il décide de prendre. Une réunion se tiendra sous peu en lien aussi avec l’URIOPSS. Nous vous en reparlerons avec plus de précision le mois prochain.

En direct du Carrefour : Comme d’autres associations, nous sommes en pleine préparation de notre assemblée générale annuelle. Elle se tiendra cette année le mardi 27 mars à partir de 17 heures : bilan, rapport d’activité, clôture des comptes, évaluation de nos activités, projets et orientations pour 2007. De quoi phosphorer et débattre. En attendant nous ne pouvons que constater que le Carrefour des solidarités intéresse.

De nouvelles arrivées
Notre expérience intéresse

Elections en vue : Extrait du discours de présentation des vœux du Carrefour des solidarités prononcé le 9 janvier dernier par le Président de l’association.

Il était une fois le Carrefour des solidarités, Réseau ou association d’associations ? A l’origine, réseau informel, le Carrefour des solidarités s’est structuré, depuis dix ans, en association d’associations et d’institutions. La souplesse et l’interactivité de ses débuts ne risquent-elles pas d’être progressivement étouffées par une structure associative de plus en plus présente ?

Ludovic vient de la cité et il nous en parle : Ecoutez-nous, tel est le titre du livre de Ludovic Aubert. Thérèse Caulier l’a lu et dit pourquoi elle nous conseille d’en faire une lecture attentive. Il est en vente à Dunkerque. Il est aussi à votre disposition au centre de documentation du Carrefour des solidarités.

Mars 2007 : n° 72

Edito : Que voulons-nous dire à la population de la région dunkerquoise en 2007 ?

Améliorer son quotidien : L’école des consommateurs de Gravelines a pris l’initiative d’organiser une journée d’information destinée à tous les publics. Elle a eu lieu le 13 février dernier : stands, inauguration, mini forum, organisation impeccable, ambiance hyper sympa…

Le droit au logement opposable : un communiqué de la Fondation Abbé Pierre. LE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DEVRA MODIFIER LA POLITIQUE DU LOGEMENT

Aide alimentaire et tarification sociale de l’eau : Depuis plusieurs mois, nous tentons d’approcher la réalité budgétaire des personnes et des foyers qui demandent aux associations une aide alimentaire. Parallèlement nous menons un travail sur l’accès à l’eau pour tous et sur une éventuelle tarification sociale de l’eau. Il est temps de faire la liaison entre les deux. La tarification sociale de l’eau ne ferait-elle pas baisser la demande en aide alimentaire ?

En direct du Carrefour : Participation à un forum associatif sur Gravelines, rencontre d’expériences concernant l’enterrement digne des personnes sans famille ou à la rue, dernières mises au point de notre site web, nous vous en rendons compte par ailleurs. Notre activité est centrée dans les semaines qui viennent sur la préparation de notre assemblée générale : rapports d’activité, rapports financiers, rapports d’orientation, etc. Nous vous en reparlerons évidemment. En attendant, le conseil d’administration s’est réuni et a pris quelques décisions importantes.

Un règlement intérieur, enfin !
Bienvenue aux nouveaux membres
Décision d’adhésion

www.carrefourdessolidarites.org : Depuis le temps qu’on vous en parle, on y est presque. La date de mise en ligne officielle n’est pas encore fixée. Mais c’est tout comme. En fait vous pouvez dès maintenant vous connecter. On célèbrera l’événement après.

Mémoire aux défunts et fraternité aux vivants : Nous vous avions indiqué en novembre dernier qu’avec quelques uns, nous étions en train de réfléchir aux initiatives que le Carrefour des solidarités et les associations qui le souhaitent pourraient prendre pour faire en sorte que les gens qui ont choisi ou qui se sont vus contraints par la vie d’être dans la rue et d’y mourir puissent avoir un enterrement digne et une mémoire, comme tous les autres citoyens. Nous avions précisé, le mois suivant, que cette initiative éventuelle se ferait, bien évidemment en complément de ce que font déjà les C.C.A.S. des différentes communes. Depuis lors, nous avons rencontré Gérard Naissant, du collectif « Mémoire-Fraternité », pour qu’il nous raconte ce qui se passait à ce propos sur Lille.

Il était une fois le Carrefour des solidarités (suite) : Nous partîmes quinze … Nous sommes aujourd’hui trente quatre ! Les statuts de l’association ont dû évoluer pour s’adapter à l’intérêt grandissant qu’a suscité le réseau.

Conversation avec Christian, alias Victor Hugo

Avril 2007 : n° 73

Edito : Pour de nouvelles avancées de la solidarité à l’échelle nationale, à l’échelle locale et départementale, nous avons décidé d’organiser des Assises de la solidarité locale

Hygiène alimentaire, rappel des règles : Nous avons rappelé en juillet dernier les règles d’hygiène alimentaire auxquelles sont contraintes les associations qui font de l’aide alimentaire. Il semble qu’il y ait encore beaucoup de confusion à propos de ces règles aussi bien pour ceux et celles qui distribuent cette aide que pour ceux et celles qui en bénéficient. Faisons donc à nouveau le point à partir des informations de la Direction Générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes. Nous ajoutons les éléments de conseil fournis par l’Institut Pasteur lors de l’une de nos précédentes rencontres.

Voyages au cœur… (suite), la solidarité en bord de mer : Depuis février 2006, nous avons accueilli neuf nouveaux membres qui ne ressemblent pas aux autres : les centres communaux d’action sociale ou C.C.A.S.. Si chacun sait qu’il s’agit de l’instrument social de la commune, peu en connaissent les rouages et la vie quotidienne. De plus, qu’y a-t-il de commun entre le C.C.A.S. d’une commune de 80 000 habitants et celui d’une commune de 5 000 habitants ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir à partir de ce mois-ci en commençant par le C.C.A.S. de la commune de Bray Dunes.

Aux morts de la rue et de l’isolement : Nous vous avons rendu compte le mois dernier de l’expérience du collectif lillois « Mémoire-Fraternité » et de son action concernant les morts de la rue et de l’isolement. En réalité, de telles initiatives existent dans plusieurs villes. Nous avons reçu depuis un compte-rendu de la rencontre des collectifs qui agissent dans ces villes. En voici un bref aperçu. Ce compte-rendu est disponible au Carrefour des solidarités à toute personne ou toute association qui souhaiteraient l’avoir.

Il était une fois le Carrefour des solidarités (suite), 10 ans d’éducation populaire : L’une des fonctions remplies par le Carrefour des solidarités est de proposer aux bénévoles et aux salariés des associations de se former. Dix ans d’expérience. Dix ans d’éducation populaire.

www.carrefourdessolidarites.org (suite) : Près de 1000 connections depuis sa mise en ligne. Ce n’est pas encore le Pérou. Mais c’est déjà respectable pour un site qui ne vient que de s’ouvrir. Peut-être avez-vous déjà eu la curiosité de le découvrir. Pour vous aider à l’utiliser comme lecteur mais aussi comme fournisseur d’informations, nous vous présenterons chaque mois une partie de ses ressources. Aujourd’hui, les premières rubriques permanentes de la colonne de gauche.

Mai 2007 : n° 74

Arrêté anti mendicité, est-ce une bonne réponse à un vrai problème ? : Les autorités municipales de Dunkerque viennent de prendre l’initiative d’interdire la mendicité dans certains lieux publics pour un certain temps. Certains s’en sont émus. La Ligue des droits de l’homme, membre du Carrefour des solidarités, a pris position publiquement par l’intermédiaire d’un texte qu’on trouvera ci-après. Renseignements pris, ne serait-ce pas une mauvaise réponse apportée à un vrai problème ?

Questions d’urgence ! Que répondre ? : Bénévoles ou salariés des associations ou institutions membres du Carrefour des solidarités, voire citoyen lambda (cf article sur la mendicité), nous sommes régulièrement interpellé pour répondre à des situations d’urgence éprouvée par quelqu’un que nous rencontrons. De façon étonnante, il n’existait pas sur le dunkerquois de fiche simple, permettant de trouver immédiatement la réponse.

En direct des associations

Emmaüs Dunkerque
La Fondation de l’Armée du Salut
A.J.S.
Le Secours populaire français

En direct du Carrefour : Le nouveau conseil d’administration vient de tenir sa première réunion après notre assemblée générale. Au menu : élection du nouveau bureau et répartition des responsabilités entre les administrateurs. Le travail ne manque pas.

Questionnaire sur l’atelier « surendettement », les retours tardent à venir ! : Nous vous avions indiqué que nous menions une évaluation sur le déroulement de l’atelier qui a été consacré au « surendettement », avec l’aide du COPAS. Dans cet objectif, nous avons fait parvenir à ceux qui y ont participé ainsi qu’aux responsables des associations, un questionnaire. A ce jour, peu de réponse ont été renvoyées : à peine 10 %. C’est trop peu pour faire un vrai travail d’évaluation. A vos plumes !

Ben, qu’est-ce ça dit ? : Un nouvel atelier « échanges et découvertes » sur la santé des personnes qui vivent la précarité ouvre ses portes. Première réunion, ce 2 mai. On vous en dira plus le mois prochain. En attendant, découvrez son animatrice, Valérie Boulogne.

Il était une fois le Carrefour des solidarités (suite), 10 ans au service des personnes sans domicile fixe : Nombre d’associations rassemblées dans le Carrefour des solidarités travaillent depuis longtemps à côté des personnes qui sont sans domicile fixe. Elles ont éprouvé, depuis l’origine du réseau, le besoin de se rassembler pour améliorer constamment les services qu’elles leur rendent. Malgré ce travail commun et les initiatives prises depuis, il y a encore malheureusement du pain sur la planche…

Etre bénévole dans le social, une activité difficile ? : Un grand nombre des associations du Carrefour des solidarités n’agissent que grâce aux personnes qui donnent de leur temps et de leur énergie bénévolement. Sauf exception et pour des raisons diverses - contrairement à ce qui est organisé pour les professionnels -, elles ont rarement bénéficié de formations qui les préparent à exercer leur mission. Pourtant, est-ce si facile que cela d’accueillir régulièrement ou d’aller visiter des personnes qui sont dans la difficulté ou dans la souffrance ?

La pensée du mois

Un numéro vert gratuit anti-expulsions locatives.

Juin 2007 : n° 75

Edito : Alerte ! Vigilance ! : Votez ! C’est indispensable. Continuez à le faire ! Vieux principe pédagogique : répéter, redire ce qu’on veut, pour se faire comprendre. Mais ce n’est pas tout. Etre citoyen, c’est un travail de tous les jours.

En direct des associations : Assemblées générales et autres concertations de l’A.J.S., de l’A.C.L. – Proxipol, de l’accueil de jour « au cœur de l’espoir » de la fondation de l’armée du salut.

Entendu, reçu, échangé… : Nous inaugurons ce mois-ci une nouvelle rubrique. Elle se fera l’écho de vos questions, de vos réactions, de vos expériences. Si l’un des membres du réseau peut apporter une réponse utile, nous la publierons dans cette rubrique. N’hésitez pas à en parler à l’un des membres du comité de rédaction !

Ce mois ci :
Un migrant m’a demandé samedi,
« Mon association est en train d’évoluer et je ne m’y retrouve pas. Je n’y comprends plus rien »,
A quoi sert la commission d’aide alimentaire ?

En direct du Carrefour

Questions de santé (suite) : Notre nouvel atelier « échanges et découvertes » sur les questions de santé s’est réuni pour la première fois. Rassemblant bénévoles, professionnels et usagers, animé par Valérie Boulogne, il a permis aux participants d’échanger les problèmes qu’ils rencontrent.

J’ai besoin d’une aide, à qui m’adresser ? : Depuis plusieurs années, le Carrefour recherche le moyen le plus adapté pour répondre à la question fréquemment posée par des personnes très différentes : « j’ai un problème - dans le domaine de l’aide sociale - qui peut m’aider à le résoudre ? »

Visite à L’association de solidarité et de fraternité internationale ou Le torrent de la solidarité

Le dossier : L’aide alimentaire associative : Chaque année nous faisons le bilan de l’aide apportée par les associations aux personnes qui ont faim et qui n’ont pas assez de ressources pour manger régulièrement. Voici les premières indications que nous avons rassemblées concernant la campagne d’octobre 2006 à aujourd’hui.

La pensée du mois

La santé passe par la bouche : L’idée nous a été donnée en visitant l’A.S.F.I. Pour ses animatrices, les recettes du monde nous permettent de découvrir de nouvelles saveurs, mais aussi de se maintenir en bonne santé ! Et si, en plus, c’est le moins cher possible, tout le monde s’y retrouvera. Bon Appétit ! Salade de pâtes à l’italienne.

Juillet 2007 : n° 76

L’edito : De la solidarité à la fraternité. La réunion des présidents le 29 mai a été l’occasion de proposer des thèmes qui pourraient être abordés lors des « assises de la solidarité locale » de 2008. Dans cette perspective il nous paraît intéressant de réfléchir à la façon dont la solidarité se construit progressivement.

Salam aux portes ouvertes d’Emmaüs en mai dernier : Le but des portes ouvertes d’Emmaüs était de mettre en valeur l’ensemble des actions, activités et partenariats de la communauté de Dunkerque. C’est dans ce cadre que l’équipe locale de Salam a été invitée à tenir un stand.

Fermetures des associations pendant les mois d’été

Accueillir un(e) bénévole : Un engagement mutuel entre lui et son association Accueillir un nouveau bénévole. La chose n’est pas simple. Comment transformer les désirs d’une personne qui frappe à la porte d’une association, en actions qui entrent dans l’histoire et les objectifs d’une association ? Comment établir avec elle des règles claires ? France Bénévolat, avec laquelle nous avons établi un partenariat, propose aux associations de passer avec leurs nouveaux arrivants une convention d’engagement réciproque. Nous avions convenu d’aller voir avec elle comment cela pouvait fonctionner dans une association qui pratiquait une telle convention. C’est chose faite. Nous avons rencontré la V.M.E.H., Visite des Malades dans les Etablissements Hospitaliers.

Entendu, reçu, échangé :
- Le Carrefour des solidarités est-il ouvert le vendredi ?
- Les assistantes sociales font-elles des permanences dans les associations ?
- Les associations qui font de l’aide alimentaire organisent-elles aussi des ateliers cuisine ?
- Où puis-je trouver une information complète sur les associations membres du Carrefour des solidarités et sur leurs activités.

Les Dépannages alimentaires : Les associations qui font de l’aide alimentaire reçoivent régulièrement des personnes envoyées par les services publics pour être soutenues provisoirement. Le plus souvent, un colis de produits alimentaires devrait permettre à ces personnes de franchir la mauvaise passe qu’elles subissent. Ces dépannages sont pratiqués tout au long de l’année. Nous en avons fait un premier bilan pour 2007, grâce à la fiche de transmission rédigée par le travailleur social ou la travailleuse sociale qui envoie la personne vers l’association.

Mais, pourquoi ces dépannages ? Qui les paye ?

Il était une fois le Carrefour des solidarités : 10 ans de débats. 10 ans pour découvrir les vraies différences entre les membres du même réseau. 10 ans pour tenter d’agir ensemble malgré ces différences. 10 ans au cours desquels des questions fondamentales ont affleuré sans réussir vraiment à aller jusqu’au bout de leurs clarifications. En voici quelques unes.

La pensée et la recette du mois : Petits pains au sésame

Septembre 2007 : n° 77

Du témoignage à l’action collective : Ecouter un témoignage est une chose importante, surtout lorsqu’ils viennent de ceux qui sont dans la misère. Mais, à partir de ces témoignages, n’y a-t-il pas à passer à de l’action collective ?

Réalisez votre projet avec le soutien d’Unis-Cité : Votre association a un projet mais manque de moyens humains pour le mener. L’association Unis-Cité peut vous proposer une solution.

Dossier : la honte « Lorsque je vois une personne qui est à la rue et qui tend la main, même si je ne peux ou ne veux pas donner pour de bonnes raisons, je ressens un malaise. » « Lorsque j’ai dû demander une aide, j’aurais voulu être à mille lieux de là… J’avais envie de disparaître sous terre. » « Je me suis senti comme une m… » Ces phrases sont le reflet d’une émotion dont on parle peu. Elles sont le signe de la honte. Et si on en parlait.

Entendu, Reçu, Echangé :

Je viens de recueillir une gamine battue par son père et qui ne veut pas rentrer chez elle : que puis-je faire ?
Les associations du Carrefour travaillent-elles auprès des personnes âgées ?
Une voisine est atteinte de la maladie d’Alzheimer, que puis-je faire ?
Où trouver une formation aux premiers secours ?

Point de vue : Gaz et électricité : Usagers du gaz et de l’électricité, faut-il conserver les tarifs réglementés d’EDF et GDF ? Voici un point de vue.

Libre opinion : Elle aurait eu 20 ans dans 3 mois... Des nouvelles des étrangers par la Ligue des droits de l’homme et le réseau éducation sans frontière.

La pensée du mois de SANTIDEVA, Inde, VII° siècle

La recette du mois : Potage à la farine roussie pour 2 personnes

Octobre 2007 : n° 78

La solidarité, question de survie collective : Menaces sur la solidarité ? C’est le sentiment diffus que beaucoup partagent. Réflexes individualistes ? Fragilisation des organisations citoyennes qui en ont fait leur projet central ? Elles pèsent en fait sur l’ensemble de notre société au point qu’il en va de notre survie collective.

Parler librement : Lorsqu’on est bénévole dans une association caritative ou humanitaire, il n’est pas toujours facile de trouver un lieu pour parler librement de ses doutes, de ses réussites ou de ses questions. C’est ce qui est proposé depuis plus de sept ans par le Carrefour des solidarités dans les « groupes de paroles ». Et ça marche. Présentation.

Visite à l’AFEJI : Cela faisait longtemps qu’on s’était dit qu’on allait se rencontrer. L’AFEJI est en effet l’une des deux ou trois associations auxquelles nous n’avions pas encore été rendre visite. Maintenant c’est fait. On vous raconte nos échanges.

Entendu, reçu, échangé : nous répondons ce mois-ci aux questions suivantes

- Existe-t-il des cours pour permettre aux étrangers d’apprendre le français ou de se perfectionner dans cette langue ?
- Où puis-je être hébergé à partir de 22 h ? J’ai déjà essayé le 115. Il n’y a jamais de réponse.
- J’ai besoin de déménager et je n’ai pas les ressources suffisantes pour faire appel à une entreprise de déménagement. Que puis-je faire ?
- Il existe un document « Urgence ! » qui rassemble toutes les informations pour répondre aux problèmes urgents. Peut-on y apporter des corrections ? Comment être sûr que le document en ma possession a bien été mis à jour ?
- Je vais accueillir pour la première fois des familles dans le cadre de l’aide alimentaire de mon association. A quoi dois-je faire attention ?

Agir pour ne plus subir : tout sur le déroulement des journées du refus de la misère 2007 à Dunkerque.

Nouvelles associatives et de nos partenaires : nouvelles, communications et annonces de
Salam
ACL Proxipol
Les Restos du cœur
L’antenne dunkerquoise de la Banque alimentaire du Nord
Emmaüs

La pensée du mois est de B.T. Washington, trouvée et communiquée comme depuis plusieurs années par notre ami Pierre Morel,

La recette du mois est celle du Pain perdu

Novembre 2007 : n° 79

Témoigner, et après ? Les rendez-vous citoyens qui se sont déroulés le jour du refus de la misère ont été l’occasion pour beaucoup de témoigner de leur souffrance, mais aussi de leur espoir. Moments intenses d’échanges et, parfois, d’émotion pour ceux qui ont parlé, comme pour ceux qui ont écouté. C’est important de pouvoir parler comme de savoir écouter. Mais est-ce suffisant ? Prendre au sérieux ce qui a été dit ne nous oblige-t-il à aller plus loin ?

Pour des assises de la solidarité locale : Refuser la misère, c’est prendre toutes les dispositions nécessaires pour que celle-ci diminue et que ses conséquences soient moins rudes pour ceux qui la connaissent. En assemblée générale, le Carrefour des solidarités a donc décidé de mener, avec tous ceux qui le voudront bien, associations, pouvoirs publics locaux et départementaux, administrations, un travail d’une année pour aboutir à des Assises locales de la solidarité à l’automne prochain. Notre dernier conseil d’administration a donné son accord pour que le travail d’une année se déroule en 4 temps, si nos partenaires potentiels en sont d’accord.

Témoignages : Les rendez-vous citoyens du 17 octobre dernier ont été d’une richesse formidable. On ne peut pas les citer tous. Vous pouvez les retrouver dans le recueil « Paroles de souffrance et d’espoir », demandez-le au Carrefour des solidarités, ou sur notre site. En voici cependant quelques uns parmi ceux que Thérèse a lu devant la stèle des droits de l’homme, samedi 20 octobre

Entendu, reçu, échangé :
- J’ai entamé une procédure de surendettement et je viens de recevoir le plan d’apurement. Qu’est-ce que c’est ? Qui peut m’aider à comprendre ?
- J’ai besoin de déménager et je n’ai pas les ressources suffisantes pour faire appel à une entreprise de déménagement. Que puis-je faire ?
- Tard dans la nuit, le 115 ne répond toujours pas !

Que fait le Carrefour des solidarités ? Comme l’année dernière, nous avons pu rassembler les informations concernant les activités du Carrefour des solidarités sous la forme du nombre de personnes et du temps pris par ces personnes dans ces activités. Ce constat a été présenté au dernier conseil d’administration. En voici quelques éléments.

Conversation avec Angélique : En marge des rendez-vous citoyens, nous avons pu interroger l’une des personnes qui venaient de témoigner. Elle nous dit combien c’est difficile de parler de sa misère. Merci à Angélique de nous l’avoir fait comprendre avec simplicité et à Elizabeth d’avoir recueilli ces paroles.

Le soleil était de la partie… Quelques échos et remerciements des journées du refus de la misère 2007.

Les migrants étaient place Jean Bart : L’association Salam est désormais membre du Carrefour des solidarités. C’est à sa demande que le dernier Conseil d’administration a répondu positivement en donnant son accord. Evidemment, Salam était présente, Place Jean Bart, lors du refus de la misère. Et pas seuls…

Les migrants, c’est aussi Dunkerque : la situation des migrants à Dunkerque présentée par Thérèse Caulier.

La pensée du mois d’Henri Thozeau, U.S.A.

La recette du mois : la soupe à l’oignon, par Christophe.

Décembre 2007 : n° 80

Quand sortira-t-on de cette nuit qui s’étend ? Quand l’automne ne cesse pas d’en finir, c’est à chaque fois pareil. On se demande si, un jour, on retrouvera le soleil. Avec la nuit, le froid et l’humidité, ce qu’endurent les personnes pauvres est encore plus insupportable. Où chercher l’espoir ?

Deux poèmes que Claude nous a donné le jour du refus de la misère 2007.

Conversation avec Véronique : savoir dire merci. En marge des « rendez-vous citoyens », quelques entretiens ont été réalisé par Elizabeth. Nous vous avons proposé le mois dernier celui d’Angélique. Aujourd’hui, c’est celui de Véronique. Merci à elles deux.

La Santé des personnes qui vivent dans la précarité : quels rôles pour les associations ? L’état de santé des personnes en situation de précarité est moins bon que celle du reste de la population. Elles le savent et, pourtant, elles utilisent moins les médecins et pratiquent moins les différents dépistages préventifs. C’est le constat fait par une série d’études menées par l’INSEE. Face à cela, les associations ont-elles un rôle à jouer ?

Urgences ! Une commission qui redémarre. Notre assemblée générale l’avait souhaité. L’ancienne commission « des sans domicile fixe », rebaptisée pour l’occasion « commission Urgences » vient de tenir sa première réunion de reprise. Elle a élaboré son plan de travail. Jugez-en plutôt.

Entendu, reçu, échangé, tente de répondre aux questions suivantes :

J’ai entendu dire qu’il y avait possibilité d’avoir une prime quand on utilisait le fuel comme moyen de chauffage. A qui faut-il s’adresser ?
Avec le froid qui arrive, les gens demandent comment avoir des couvertures. A qui peut-on s’adresser ?
Le froid est déjà arrivé. Quand le local grand froid ouvrira-t-il ses portes ?

Immigration : arrêter le phantasme ! Le 12 novembre, Emmaüs – Nord Pas de Calais – avait choisi Dunkerque pour débattre de « l’immigration dans le bon sens », dans le cadre de la semaine de mobilisation du mouvement « la guerre à la misère ». Les propos du Préfet démontrent largement que la position de l’Etat est construite sur des phantasmes.

La pensée du mois de B.T. Washington, toujours concoctée par notre ami Pierre Morel

La recette du mois : le bœuf aux carottes.

A partir de ce mois-ci nous joignons à notre petit journal un supplément spécial concernant la préparation et le déroulement des Assises de la solidarité locale de l’agglomération de Dunkerque.

Au sommaire de ce spécial :

Pour des Assises largement ouvertes

Premiers travaux dans les associations

Mais à quoi peuvent bien servir les Assises de la solidarité locale pour les associations de grande taille ? Les grandes associations négocient en permanence des avancées en matière sociale, que peuvent bien leur apporter les Assises auxquelles vous nous inviter ?

Mais à quoi peuvent bien servir les Assises de la solidarité locale pour les associations composées uniquement de bénévoles ? Bien souvent préoccupées essentiellement des personnes avec lesquelles elles sont en contact, les associations composées uniquement de bénévoles n’ont ni le goût ni l’habitude de négocier des dispositions plus collectives. Pourtant les Assises de la solidarité locale leur sont aussi proposées. Quelle peut en être l’intérêt pour elles ?

Comment se construit une négociation collective ? En la préparant… Beaucoup de responsables associatifs ont, à force d’expérience, appris à construire et à conduire des négociations collectives. Il n’est en effet pas simple de passer de la perception d’un problème vécu individuellement à l’organisation d’une solution qui fera l’objet d’une décision publique ou collective et qui pourra concerner l’ensemble d’une population. Tous n’ont pas eu cette opportunité. La préparation actuelle des Assises laisse perplexe certains d’entre nous. C’est l’occasion d’apprendre ensemble.

Les Assises : un moteur à 4 temps !

Pour mettre un peu d’ordre dans nos débats : Les assises de la solidarité locale de la région dunkerquoise devront tenter de n’oublier aucun des aspects des problèmes vécus par les personnes en difficultés sociales. C’est pourquoi nous vous proposons un classement provisoire des questions à aborder.

Premier état des lieux provisoire : Les premiers travaux des Assises seront de dresser un état des lieux des problèmes vécus par les personnes en difficulté sociale voire des pistes de solution. Nous ne partons pas de rien. Déjà nous avons pu accumuler les questions posées dans le cadre des témoignages reçus dans les « rendez-vous citoyens » d’octobre. De même, les différents travaux menés par les commissions et autres groupes de travail du Carrefour des solidarités en ont identifié d’autres. Voici un début de rassemblement provisoire.

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com