Accueil du site  menu Citoyens pauvres  menu Prendre la parole : Forum, ateliers et rendez-vous citoyens  menu Forum citoyen du littoral nord  menu Le mur de paroles des dernières journées du refus de la misère

 
Le mur de paroles des dernières journées du refus de la misère

Pour préparer la journée du refus de la misère 2014 qui s’est tenue à Grand Fort Philippe, le "forum citoyen a réuni les paroles des personnes qui ont traité de leur situation actuelle et fait toute une série de proposition.

Ces témoignages et réflexions ont été réunies sous la forme d’un mur de paroles dont on trouvera ci-après les différents éléments.

Qu’est ce que la MISERE selon vous ?

- Vague : la misère, c’est vague
- Les personnes qui n’ont pas d’argent
- Personnes qui ont du mal à vivre
- Il y aura de plus en plus de misère
- Les Hommes l’ont voulu, ils l’ont eu
- La misère est la conséquence de la gestion de l’argent qui est de plus en plus difficile à gérer
- La misère s’exprime par un divorce, le chômage (les enfants en pâtissent), et c’est la descente aux enfers
- La misère est souvent source d’une grande solitude
- L’exclusion
- Un cheminement de déceptions qui nous amène à la « descente aux enfers »
- Beaucoup de personnes dans la rue, surtout des jeunes, avec leurs chiens, mais aussi avec leurs enfants
- Trop de locaux fermés pendant l’hiver qui pourraient servir aux gens de la rue
- Des personnes qui ne peuvent pas se payer des meubles, doivent demander aux associations
- ISOLEMENT
- Fin de mois difficile
- Quand on n’arrive pas à manger à la fin du moi
- Tomber dans la dépression
- SOLITUDE, ISOLEMENT, PAS d’AMIS, PAS DE FAMILLE
- Ne pas pouvoir se soigner
- Manque de ressources
- Harcèlement moral
- Un combat de tous les jours et de toute une vie
- Une frustration de ne pas être comme les autres
- La MISERE est un facteur d’ISOLEMENT (les gens ne viennent pas vers toi)
- Inspire le MEPRIS, la SOUFFRANCE, le JUGEMENT
- Tu nais, tu vis et tu meurs dans la misère : une expérience sans bonheur
- Des jeunes de plus en plus touchés (SDF)
- Vivre la misère, c’est souffrir et éprouver de la HONTE
- Elle augmente de jour en jour
- La misère peut être sans toit, sans toi, sans foie en l’avenir, sans espoir, avec toi qui me bats, mais avec un seul sentiment, celui d’être seul, incompris, à part….
- Se retrouver sans TOIT
- Ne pas savoir s’orienter, où aller pour être aidé
- Faire la manche dans la rue
- Ne pas connaître le bonheur
- Solitude
- Rejet de la société (exclusion)
- C’est quand je n’ai pas de pinard
- Perdre son emploi et ses amis
- Seul, sans quelqu’un à qui parler

Accès aux droits

Ce qui marche
• Droit au RSA avec un bon suivi au niveau de la CAF en accord avec le Pôle Emploi aussi.
• Le droit de vote peut aider au niveau administratif.
• Il y a une élection des représentants les allocataires du RSA qui est fait au Forum Citoyen. Le représentant va une fois par mois au Conseil Général en Equipe Pluridisciplinaire où nous avons un droit à la parole et une écoute. Nous statuons sur les situations des allocataires qui peuvent abuser du RSA.
• L’accès aux droits communs est primordial pour la survie d’un individu, le point positif, beaucoup de personnes travaillent pour que chacun en bénéficie.

_ ce qui ne marche pas :
• Difficulté pour avoir une domiciliation, sans domiciliation la personne n’a pas accès aux droits communs
• Difficultés à se renseigner, beaucoup de papiers

_ Ce qu’on devrait faire
• Faciliter la domiciliation
• Plus de renseignements pour la personne sur les droits communs
• Création d’une « plateforme » recensant tous les papiers administratifs nécessaires (CNI, carte vitale, parcours de vie) afin d’éviter un maximum la perte des papiers, de redire son histoire  

Accès à la santé

_ ce qui marche
• CMU et ACS (Solidarité nationale)
• Café santé c’est une action positive
• Bilan de santé gratuit à la sécurité sociale tous les ans
• On ne laisse pas de participation financière aux boîtes de médicaments au docteur

_ ce qui ne marche pas
• Il y a des disfonctionnements dans certaines situations, inadéquation entre les besoins de la personne et l’orientation proposée (RQTH)
• 1 personne = 2 diagnostics différents de 2 organismes différents. La personne est perdue. Deux conseillers Pôle Emploi n’ont pas le même discours. Où se situe la personne accompagnée ?
• Stigmatisation par les médecins et autres professionnels de la santé
• Pas normal d’entendre que quand on a la CMU, on ne peut pas être soigné
• Les médecins spécialistes ou généraux ne prennent plus de nouveaux patients, comment faire ?
• J’entends des gens qui disent que les bénéficiaires profitent de la CMU
• Tant qu’on n’a pas d’adresse administrative, les démarches liées à la santé

_ Ce qu’on devrait faire
• Mettre en place une micro-mutuelle pour toutes les personnes de l’agglomération (initiative Grande Synthe et Saint Pol)
• Il existe la CMU, pourquoi pas une mutuelle sociale ?
• Proposition du « café santé » (Grande Synthe) à étendre sur le territoire
• Que le corps médical reconnaisse les mêmes droits aux personnes qui ont la CMU que les autres qui ont les moyens de payer
• Créer un atelier information avec l’intervention de professionnels (infirmier, psychologue…)
• Serait-il possible d’avoir un référent attitré par dossier

Réussite éducative

Ce qui marche
• Apprendre un métier
• Beaucoup d’informations sur les formations professionnelles
• On peut être en échec scolaire mais réussir professionnellement
• A l’école : apprentissage des bases (écriture, lecture…)
• Accès et droits pour tous à l’école
• Initiative associative (ATD) formation pour professeurs
• Les sacs de fournitures scolaires offerts par la ville dès le CP pour les écoles primaires

_ Ce qui ne marche pas
• Isolement
• Echec scolaire
• De moins en moins de RESPECT des enfants envers leurs professeurs
• De moins en moins de RESPECT des parents envers les professeurs
• De moins en moins de RESPECT des enfants envers leurs parents
• Professeurs en détresse face à l’éducation à l’école
• A cause de la réforme TROP d’enfants restent dehors livrés à eux-mêmes
• Si on n’a pas Internet, c’est difficile de trouver des informations précises sur les métiers et formations. On ne connaît pas tous le CIO
• On pousse les enfants trop tôt dans leur choix professionnel alors qu’ils ne sont pas assez mûrs
• Grosse différence entre les écoles publiques et privées (éducation à deux vitesses)
• Pas assez d’écoute sur les problèmes des enfants au sein des écoles
• L’impression de faire la police plutôt que l’enseignement pour les professionnels
• Beaucoup ont oublié que le rôle des instits ou prof est d’enseigner, celui des parents d’élever et d’éduquer leurs enfants
• Des choix d’orientations sont imposés aux enfants soit parce qu’ils n’ont pas le niveau, soit pour « remplir » les classes parce qu’il faut en remplir

_ Ce qu’on devrait faire
• Revenir à l’éducation d’avant, port de l’uniforme évite toute stigmatisation, que tout le monde soit égaux
• Revenir à l’éducation populaire
• Faire plus et mieux
• Faire connaître « l’école des parents »
• Laisser le choix à l’élève de son orientation
• Avoir la possibilité de se réorienter facilement
• Mettre l’allocation de rentrée scolaire au-delà de 18 ans, pour certains lycées beaucoup de matériel demandé : calculatrice, livres, tenues… et des parents choisissent de ne pas mettre leurs enfants à l’école.
• Organiser une sorte de braderie ou brocante typique affaires scolaires comme celles spécialisées en puériculture

Ressources et surendettement

(Ce qui marche)
• Revenu minimum selon l’âge et la composition de la famille, mais également pour toutes personnes rencontrant des difficultés (RSA, RME…)
• Se rendre au CCAS ou autres associations et faire appel à un avocat d’office, ensuite faire appel à un médiateur, qui remet un dossier et aide la personne concernée à le remplir afin de le présenter à la banque de France pour trouver une solution et reprendre une vie normale
• L’aide des travailleurs sociaux est très bénéfique et soulage la personne accompagnée
• Mesure de protection (tutelle et curatelle)

_ Ce qui ne marche pas
• Des personnes sont très mal orientées au niveau administratif et autre
• Obligation d’avoir une domiciliation et celle est difficile à obtenir
• Pas d’augmentation pour les petites retraites ce qui amène des difficultés pour payer les charges
• Le gouvernement ne respecte pas ses engagements
• Les allocataires du RSA ne peuvent pas honorer toutes les charges en fin de mois et doivent souvent faire des demandes d’aides alimentaires à côté
• Procédure de surendettement très longue avant un passage en commission ce qui créer un climat de peur dans la famille
• Procédure très difficile d’accès et réunir les papiers
• Interdire les chèques différés

_ Ce qu’on devrait faire
• Accès plus facile à la domiciliation, c’est le point de départ pour percevoir les droits communs
• Créer des ateliers meubles afin d’éviter aux personnes de toujours acheter des meubles qui se détériorent vite (alors qu’on paie des crédits)
• Il faudrait réduire la durée de passage du dossier BDF  

Accès et maintien dans le logement

_ Ce qui marche
• Référence sociale
• APL
• FSL
• Existe des logements adaptés aux personnes handicapées
• On a notre chez nous, on est dépendant de personne, on se débrouille
• On devient autonome (au 1er logement)
• Loi DALO
• Les Maison Relais

_ Ce qui ne marche pas
• Attendre pour avoir un logement
• Choix du quartier
• Les réparations intérieures et extérieures
• Charges
• Voisinage
• Logement mal isolé
• Animaux pas toujours acceptés
• Obligation de garant
• Dans un logement « collectif » pas assez de chauffage
• Trop d’écart de loyer entre les bailleurs sociaux et privés
• FSL : revoir le barème lié à l’âge
• Certaines personnes profitent des HLM alors qu’ils pourraient se payer mieux et laisser leur place à d’autre qui en ont plus besoin
• Je trouve aberrant qu’il faille attendre 2 ans pour avoir 1 réponse des bailleurs sociaux, qu’elle soit positive ou négative
• Comment ça se fait qu’à un certain moment de l’année on puisse héberger et pas toute l’année (période hivernale)
• J’ai l’impression que les personnes attendent que l’Etat fasse quelque chose. Les gens attendent trop de l’autre
• L’accès au logement est un parcours trop compliqué
• On n’est pas forcément en capacité (d’admettre) d’être autonome pour un relogement (après un parcours d’hébergement) _ Ce qu’on devrait faire
• Changer le système pour avoir un logement dans un délai plus court
• Etre à côté d’une école, un commerce et arrêt de bus
• Faire plus de logement individuel que collectif en campagne (petit quartier)
• Restauration des anciens immeubles
• Trouver un arrangement entre propriétaires privés pour que les loyers soient au même tarif
• Que les bailleurs privés soient mieux surveillés sur la réglementation de location (hygiène montant des loyers, entretiens des bâtiments)
• Rencontrer l’association ADIL qui aide vraiment à tous les niveaux
• 1 Toit pour tous

Emploi

_ Ce qui marche
• Il faut avouer que la technologie a fait du bien à l’Homme : travaux lourds réalisés par les machines
• Après la guerre, on a su retrouver de la main d’œuvre de tous payé pour reconstruire la ville et relancer l’économie
• Dispositif d’insertion
• Il y a beaucoup d’offres pour des missions d’Intérim

_ Ce qui ne marche pas
• On met la machine à la place de la personne, ce qui amène à des suppressions d’emploi (ex : hôtesse de caisse)
• Pas d’offre d’emploi malgré les personnes ne formation
• De moins en moins d’emploi
• Devoir quitter la région pour travailler, plus d’emplois à proximité
• Selon moi, l’employeur privilégie une population étrangère pour la payer à moindre cout
• Sous régime présidentiel : prime pour le troisième enfant, sauf que pas de prévention pour ses enfants nés et maintenant adultes sont au chômage : il n’y a pas assez de travail pour tout le monde
• Pas d’emploi pour les personnes en situation de handicap, des employeurs préfèrent payer l’amende
• L’âge est un frein à l’emploi, elle est difficile pour les 18/25 et plus de 50 ans
• Pas de diplôme pas d’emploi, pas d’expérience = pas d’emploi, pas d’emploi = pas d’expérience, trop de diplôme pas d’emploi
• Etre une femme
• L’accès à l’information
• La mobilité
• Pas assez de CDI
• Ce n’est plus la même ambiance au travail
• Trop de charge pour les entreprises
• Les 35h ce n’est pas assez
• Les Contrats Solidarités sont de la « poudre aux yeux »
• Comment se fait-il qu’on le dise qu’il manque du personnel alors qu’on n’embauche pas ?
• Souffre de la stigmatisation
• Il y a des bons chômeurs et des mauvais chômeurs
• Il n’y pas de retour à l’emploi après des formations, on profite de la main d’œuvre _ Ce qu’on devrait faire

• Taxer des employeurs qui utilisent des machines
• Equilibrer les machines et les hommes
• Faire le nécessaire pour que les usines ne ferment pas (récemment : faits divers le patron qui ne donnent pas signe de vie à ses salariés)
• Remettre des petits boulots accessibles à tous

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com