Le journal n°60 - Mars 2006
PDF - 76.1 ko
télécharger le journal N°60

Sommaire

- Spécial Assemblée générale 2006
- Les jeunes et les associations du Carrefour
- Qu’a fait le Carrefour en 2005 ?
- Renouvellement du Conseil d’administration
- Le Carrefour c’est aussi …
- Allo, Carrefour ?…

Spécial Assemblée générale 2006

Elle se tiendra le 23 mars prochain à partir de 17 heures trente à la Maison du développement économique (66 rue des chantiers de France). C’est à la préparation de celle-ci qu’est entièrement consacré ce numéro.

Les jeunes et les associations du Carrefour

Quelle place faisons-nous aux jeunes dans nos associations ? Quelle écoute avons-nous de leurs façons de mettre en place de la solidarité ? C’est le débat que nous vous proposons à notre prochaine assemblée générale.

Depuis plusieurs années, au Carrefour, nous nous posons la question des jeunes. Pour les uns, ils sont de plus en plus à connaître des situations de galère et les associations y répondent mal. Pour d’autres, les dispositifs sont en place et c’est la situation qui leur est faite par notre société qui est en cause. Résultat : on ne sait pas comment aborder cette question entre nous.

Et si on la renversait pour la prendre par un autre bout ? Quelle présence les jeunes ont-ils dans nos associations ?

Premier constat : les responsables de nos associations sont plutôt du côté des adultes avancés en âge. Deuxième constat : les jeunes, sauf exception, n’adhèrent pas facilement à nos organisations. Nous véhiculons du coup entre nous des tas d’idées préconçues sur eux. Ils ne feraient que dans le ponctuel et le provisoire. Ils auraient beaucoup de difficultés à s’organiser. Ils seraient des individualistes forcenés. Ils s’exprimeraient plus facilement dans les différentes formes artistiques, en particulier dans la musique, que dans l’action solidaire ou revendicative. Certains se demandent même si le temps des associations telles que nous les vivons encore n’est pas en train de se terminer. Tels des dinosaures peu capables de s’adapter à un nouvel environnement, ces associations devraient progressivement laisser leur place à d’autres formes d’organisation.

En y réfléchissant, on voit bien que ces idées générales ne résistent pas à l’observation. Chacune d’entre elles peut être contredite par un exemple contraire. Alors, si nous commencions par les écouter et par les observer vraiment. Nos expériences associatives sont diverses. Certaines associations parmi les plus jeunes ne ressemblent pas aux autres. Nos routes se croisent parfois avec des mouvements provisoires de jeunes qui vivent avec intensité tout en même temps leur révolte, leurs désirs de solidarité, leur souci de trouver leur place dans la société, et parfois aussi leur désappointement face à ce que les adultes leur proposent. Quelques jeunes ont rejoint telle ou telle association. Y trouveront-ils leur place pour une certaine durée ? Des associations construites par des jeunes ont trouvé de nouveaux modes d’intervention. Les connaissons-nous ? Ne pourrions-nous pas nous en inspirer ? Bref, un véritable chantier à ouvrir.

Qu’a fait le Carrefour en 2005 ?

Lorsque le Carrefour s’active, ce sont les associations qui ont exprimé un besoin, qui ont pris une initiative ou qui participent. Commissions, collectifs, ateliers, journal, manifestations, formations, éditions, accueil permanent, autant de façons de faire qui ont ponctué l’année 2005.

Commission aide alimentaire

Son but : harmoniser la pratique de l’aide alimentaire dans l’agglomération dunkerquoise et mettre en oeuvre une cohérence inter-associative dans les réponses apportées aux personnes. Elle rassemble des bénévoles délégués par les 8 associations qui distribue une telle aide, de représentants de la Banque alimentaire du nord, des C.C.A.S. et des U.T.P.A.S.

Elle s’est réunie 10 fois et a développé les thèmes suivants :

- le bilan de l’aide alimentaire 2004 et les perspectives 2005
- la modification du dossier d’inscription et du barème
- la prise en compte du surendettement dans le calcul de l’attribution de l’aide
- la prise en compte et l’étude des dossiers refusés
- l’accompagnement et l’orientation des usagers
- la mutualisation des moyens, coopérative d’achat…
- les alternatives à l’aide alimentaire classique, épicerie solidaire…

Deux journées de formation à l’utilisation du nouveau dossier d’inscription à l’aide alimentaire ont été mises en place. Elles ont chacune réuni 25 bénévoles issus des 8 associations distribuant cette aide.

Point de vue

Pas facile tous les jours, la commission alimentaire. Il y a les distraits, les silencieux, mais aussi les attentifs. Il y a surtout, entre les associations représentées, des façons différentes de distribuer l’aide alimentaire, de travailler collectivement, de penser, d’agir ou de s’organiser. Au fond, quand on fait ça depuis plusieurs années, pourquoi changer ? Heureusement, il y a de l’humour autour de la table, parfois un franc parler qui n’évite pas les aspérités, mais aussi et surtout la conviction commune que c’est pour les gens pauvres que nous nous battons. Le secret, c’est la patience et la capacité de s’écouter. Foin de la bonne conscience ! Permettre à des gens de moins souffrir de faim, c’est d’abord les rencontrer et leur apporter une présence attentive.

Christine Joseph Animatrice de la commission aide alimentaire

Le collectif eau de Saint Pol sur mer

Il a poursuivi son action de prévention des coupures d’eau pour raison sociale sur la commune de Saint Pol sur Mer en partenariat avec l’Unité Territoriale de Prévention et d’Action Sociale, la Caisse d’Allocations Familiales, le Centre Communal et d’Action Sociale de Saint Pol sur Mer, les associations Saint Poloises, les représentants du Développement Social Urbain.

Les ateliers « échanges et découvertes »

Créés cette année, ces ateliers sont des cycles de formation et d’information comprenant plusieurs séances de travail sur un même thème. Ils alternent des échanges d’expériences, des visites de sites et des sessions d’information.

Le surendettement des familles a été le thème principal de l’année 2005 et se prolongera en 2006. Dans un premier temps, on y est parti de l’expérience des membres des associations, salariés et bénévoles, ainsi que des professionnels de C.C.A.S.. Un second temps a été consacré à la rencontre de la commission surendettement de la Banque de France de Dunkerque dans ses locaux pour mieux comprendre les principes du surendettement. Un premier bilan de ces ateliers a été tiré par les participants eux-mêmes en début 2006 et de nouvelles propositions de travail seront mise en œuvre.

Les participants se sont dits plus au clair pour accompagner et orienter une famille en situation de surendettement. Leur regard vis à vis des personnes surendettées a évolué et se libère progressivement des jugements de valeur qu’ils pouvaient porter.

Les produits illicites ont fait l’objet d’un deuxième atelier en lien avec la Maison de Promotion de la Santé de Dunkerque. 2 sessions d’information ont été menées sur ces différents produits, leurs effets et leurs risques sur la santé, la législation en France et en situation transfrontalière, la présentation du réseau local.

88 personnes ont participé à ces différents ateliers
- 53 bénévoles d’associations membres,
- 21 salariés d’associations membres,
- 5 bénévoles d’associations non membres,
- 3 salariés d’associations non membres, - 6 professionnels de Centres Communaux d’Action Sociale.

Echange et partage autour du vécu du bénévole

Deux groupes de parole réunissant chacun 8 bénévoles se retrouvent tous les 2 mois. Dans ces groupes animés par une professionnelle, les participants peuvent s’exprimer librement en toute confidentialité et échanger sur leurs interrogations, les difficultés qu’ils rencontrent dans leur association et leurs pratiques. Les questionnements concernant la mission du bénévole, son implication dans l’association, sa connaissance du projet associatif, ses relations avec les salariés sont partagés.

Le petit journal

Outil d’information et d’interpellation, il crée le débat et favorise une dynamique inter-associative et partenariale. Chaque mois se réunit son comité de rédaction composé des membres du bureau, de la coordinatrice ainsi que des bénévoles d’associations membres. Il paraît 10 fois dans l’année et il est envoyé à plus de 500 destinataires : professionnels de l’action sociale, élus, membres des associations, salariés et bénévoles, partenaires qui eux mêmes le photocopient et le diffusent.

Il informe des activités réalisées par le Carrefour des Solidarités et annonce les actions à venir. La rubrique « en direct des associations » présente chaque mois une association du réseau et participe à une meilleure connaissance et identification de chacune d’elles. La rubrique « conversation avec » nous a permis de rencontrer des usa gers, de nous entretenir avec eux et de les présenter aux lecteurs. Ces échanges ont favorisé une meilleure connaissance réciproque entre usagers et associations.

L’intérêt croissant manifesté pour ce journal mensuel se concrétise par un nombre de lecteurs sans cesse croissant et une augmentation des réactions suscitées par sa lecture.

La boulange du comité de rédaction

Onze réunions de plus par an …
Onze fois deux heures à ajouter au temps que vous prennent les réunions de travail de l’association dont vous êtes président(e), trésorier, directrice ou bénévole. Tout cela pour faire marcher le « petit journal des associations sociales, caritatives et humanitaires de la région dunkerquoise ». Deux heures pendant lesquelles nous créons, sélectionnons, corrigeons les textes, les idées, les manifestes, voire les élucubrations de toutes et tous ceux qui s’intéressent aux problèmes des migrants, des mal logés, des SDF, de l’accès à l’eau ou l’électricité, du surendettement, du reste à vivre, des rapport bénévoles/salariés dans les associations, que sais-je encore ! … Comme le boulanger pétrit le pain, nous préparons la matière qui nourrira l’esprit de nos lecteurs, du responsable politique au travailleur social, en passant par le bénévole de la solidarité, ou la directrice d’association. Au fil des quarts d’heure, notre réflexion commune s’approfondit en une discussion passionnée, toujours courtoise, avec le regret de ne pas pouvoir partager avec le plus grand nombre… Mais nous ne serions plus alors en « comité de rédaction » mais en Assemblée Générale, et ceci est une autre histoire …

Pierre MOREL

Journée mondiale du refus de la misère

Depuis plusieurs années, le Carrefour des Solidarités organise et anime la journée mondiale du refus de la misère d’octobre en partenariat avec le C.C.A.S. de Dunkerque, les associations et l’Institut Régional de Travail Social. Dix réunions ont été consacrées à la préparation de cette journée. Cette année, des usagers des associations ont été associés à la mise en place et à l’animation de cet événement.

Les cahiers « témoignages et doléances »

C’est à l’occasion de cette journée qu’ont été édités ces cahiers à partir de témoignages recueillis par les associations. Cette initiative a été l’une des réponses apportées à la décision prise en assemblée générale du Carrefour, de développer la prise de parole des usagers au sein des associations. Ces cahiers ont été distribués aux représentants de l’Etat, aux Députés et Maires des villes de l’agglomération, aux Conseillers Généraux ainsi qu’au grand public présent lors de cette journée. Cette démarche se prolongera en 2006 à travers le collecte permanente dans les associations et les institutions partenaires de la parole des citoyens usagers des structures sociales.

Ces dunkerquois qui ont faim

Comme chaque année, les éléments statistiques réunis par les associations ont été rassemblés dans un document qui décrit les personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire.

Renouvellement du Conseil d’administration

Conformément aux statuts, une partie du conseil d’administration du Carrefour sera renouvelée à la prochaine assemblée générale. Nouveauté. Les C.C.A.S., nouveaux adhérents, formeront un cinquième collège qui élira ses 4 représentants et leurs suppléants éventuels.

Membres sortants Restent membres jusqu’en 2007 Postes à pourvoir
Collège N°1 :
Mr HEROGUER - Le P.A.C.T
Mme FERNANDEZ - L’A.A.E.
Collège N°1 :
Mme BOT - ACL
Mme SAUVIGNON - AJS
Collège N°1 :
2 Postes à pourvoir
Collège N°2 :
Mr FLAMEN - Emmaüs
Mme BITTNER - Louise Michel
Mr PUGET – Les Restos du coeur
Collège N°2 :
Croix Rouge – Mr MOREL
Collège N°2 :
3 postes à pourvoir
Collège N°3 :
Mme JOSEPH - Saint Vincent de Paul
Mme DUBOIS – ATD Quart Monde (démissionnaire)
Collège N°3 :
Mr HERANT - Le Phare
Mr VANDERCAMER - Puissances T
Collège N°3 :
2 postes à pourvoir
Collège N°4 :
Thérèse Caulier
Pierre Mulliez
Mehdi Guirous
Collège N°4 :
Jean-Marie Gueuret
Collège N°4 :
3 postes à pourvoir
Collège N°5 : Les établissements publics communaux Collège N°5 :
4 postes à pourvoir

Le Carrefour c’est aussi …

La construction de liens avec d’autres réseaux. Elle s’est traduite par la préparation de convention de travail commun avec les C.C.A.S. de l’agglomération, avec France Bénévolat, avec la C.A.F., etc.

Elle s’est aussi traduite par la participation à de nombreuses réunions proposées par d’autres institutions, d’autres associations, d’autres réseaux comme le collectif « Alerte ! », l’U.R.I.O.P.S.S., la F.N.A.R.S., etc.

La participation à des colloques comme la journée territoriale du logement avec le Conseil Général, sur le programme local de l’habitat, etc.

Le souci permanent d’équilibrer le budget de l’association et donc le développement des relations avec les financeurs et la recherche de nouveaux financeurs.

Etc.

Allo, Carrefour ?…

« Les magasins Carrefour ? »

« S.O.S. Amitiés Dunkerque ? »

« Ici la police. Pouvez-vous m’indiquer comment trouver une bouteille de gaz pour permettre à une famille de se chauffer ? »

« J’ai des jouets dont je voudrais faire don à des enfants. Mais je ne voudrais pas passer par une association qui les vendra. »

« Ici la prison de Lille. J’ai une personne dunkerquoise qui sort en conditionnelle et j’aimerais qu’elle puisse être aidée. »

« J’ai, à côté de moi, une personne à la rue qui ne sait pas où coucher ce soir. Comment je dois m’y prendre. »

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com