Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Le journal du Carrefour  menu Les archives du journal  menu les journaux de 2005  menu Le journal n°46 - Spécial A.G. 17 Mars 2005

 
Le journal n°46 - Spécial A.G. 17 Mars 2005
PDF - 146.1 ko
télécharger le journal N°46

Sommaire

- Le débat : Interpeller, dans quels buts ? Comment ?
- Qu’est-ce que le Carrefour ?
- Rappel de l’AG 2004
- Les commissions, les collectifs et les rencontres
- Formation et information
- Une assemblée générale : Ça se prépare !
- L’élaboration d’une convention avec les institutions dépendant des pouvoirs publics
- Les rencontres partenariales

Spécial AG du 17 mars 2005
à 18 heures, dans les locaux de l’A.A.E., 41 rue du Fort Louis

Une assemblée générale annuelle est le moment pour une association de tirer le bilan de ce qu’elle a fait et de choisir ses orientations. Ce numéro spécial, destiné à tous les membres, bénévoles comme professionnels, des associations qui forment le Carrefour, rappelle ses activités, les principales conclusions auxquelles nous étions arrivés l’année dernière, trace les orientations possibles pour l’année 2005 et lance le débat auquel les instances de l’association vous invite à participer.

L’équipe du Carrefour des solidarités

Le débat : Interpeller, dans quels buts ? Comment ?

Les questions

Interpeller l’opinion publique et les institutions sur les situations inacceptables dans lesquelles se trouvent un certain nombre de nos concitoyens, c’est l’un des rôles majeurs que les associations et leurs membres bénévoles et professionnels attendent du Carrefour. Ensemble, cette interpellation a toutes les chances d’être plus forte et donc mieux entendue.

Faire entendre la voix des plus pauvres, c’est important. Mais dans quels buts et comment ? Crier, parce que ça soulage ? Décrire ce que nous voyons, parce que ça nous dégage de nos responsabilités de citoyens ? Faire du tapage, il en restera toujours quelque chose ? A force de nous répéter, restons-nous crédibles ? Suffit-il de faire savoir notre indignation devant telle ou telle situation individuelle pour faire croire qu’il s’agit d’un problème général ? Le Carrefour n’a pas à être le représentant des problèmes de telle ou telle association. Chacun demeure autonome. En revanche, il doit être le relais des questions communes à l’ensemble des associa-tions et à l’ensemble des personnes démunies. Com-ment construire ces questions communes ? Inventer des solutions nouvelles et les rendre possibles aux yeux des institutions et de l’opinion, cela demande du temps et les situations d’urgence n’attendent pas. Faire un travail de propositions à la place des partis politiques, est-ce celui des associations ? Mobiliser les médias, c’est vendre du sensationnel et la misère n’est jamais sensationnelle !

Comment le préparer ?

Le débat ne sera intéressant que s’il est l’expression de tous. Nous vous invitons donc chaleureusement à le préparer au sein de chacune de vos associations.

Plus concrètement, nous souhaiterions que chacune des associations viennent proposer, au cours de l’assemblée générale : le thème d’interpellation qui lui semble prioritaire à mener au cours de l’année 2005 et concerner toutes les associations du Carrefour, la méthode de travail pour travailler ce thème, les cibles de l’interpellation (ceux auxquels elle doit s’adresser) et les formes que celle-ci devra revêtir (groupes de travail, manifestations, débats publics, lettre ouverte, invitation de personnalités, interventions dans la presse, etc.).

Nous faisons la même proposition à chacune des commissions que nous réunissons et à chacun des collectifs auxquels nous participons.

Bon travail !

Qu’est-ce que le Carrefour ?

Le Carrefour des Solidarités se veut être un lieu neutre et indépendant, un espace de rencontres et d’échanges de pratiques entre bénévoles, salariés d’associations et partenaires institutionnels de l‘action sociale. Il travaille à faire émerger des solutions nouvelles et des propositions collectives pour être ensembles, plus efficaces dans la lutte contre l’exclusion engendrée par la précarité et la pauvreté.

Dans le respect de leurs différences et de leurs spécificités, les seize associations, partenaires du Carrefour des Solidarités partagent une volonté et des objectifs communs :
- travailler en réseau sur les 18 communes du littoral dunkerquois,
- développer leurs complémentarités,
- mener des actions communes et pertinentes contre toutes les formes d’exclusion de la personne humaine.

Force de proposition, médiateur et facilitateur, le Carrefour des Solidarités se donne comme priorités :
- d’accompagner les associations partenaires dans leur réflexion et dans leur pratique,
- de créer du lien et des échanges,
- d’impulser et de favoriser la mise en place d’actions concertées entre les différents partenaires de l’action sociale.

Rappel de l’AG 2004

Dans le journal de mai dernier, nous vous faisions le rapport de notre débat d’alors. Extraits.

Quelle place ont les personnes pauvres dans nos associations ?

Autant d’associations, autant de pratiques : de la présence chaleureuse à l’accompagnement exigeant en passant par toutes les sortes d’aide directe. Certaines profitent de l’aide apportée pour fournir de l’information concrète… Pour d’autres, l’essentiel est que ces personnes retrouvent les ressorts de se battre et d’agir comme citoyens. Leur permettre de se constituer et de vivre en communauté est une autre réponse… Si notre première vocation est la solidarité, celle-ci n’est pas séparable de la montée en citoyenneté. Les pauvres ne sont décidément pas des citoyens de seconde zone.

3 nouvelles questions

Nous continuons à être démunis pour répondre avec une complète pertinence : aux jeunes, aux personnes immigrées en voie de régularisation, aux personnes atteintes d’une maladie mentale.

Des institutions locales aussi déconcertées que les associations ?

Nous avons rappelé fortement que le nombre des personnes souffrant de leur situation de précarité augmentait à nouveau fortement. Les institutions seraient-elles aussi déconcertées que les associations face à cette situation ? Premier bilan avant discussion collective

Manifestement, la place des usagers de nos associations est une préoccupation aujourd’hui partagée par la plupart des associations. Nous venons de consacrer une rencontre des Présidents à cette question et nous vous en rendrons compte dans un prochain journal. Il y a encore du travail à faire cependant. L’objectif que nous nous sommes fixés est de faire participer, en 2005, les usagers aux différentes activités du Carrefour.

Quant aux trois nouvelles questions que nous avions noté, nous devons reconnaître que nous n’avons guère avancé à l’échelle du Carrefour. Ces chantiers sont donc à reprendre dans des directions qu’il faudra débattre ensemble.

En revanche, même s’il y a encore beaucoup de tra-vail à faire, nous n’avons pas été inactifs dans la recherche de nouvelles relations avec les institutions locales : première réunion avec des élus (longue à mettre en place et encore décevante sur les résultats), relations renouées avec la Communauté Urbaine de Dunkerque, recherche de bon positionnement avec les C.C.A.S. qui va se traduire sans doute par un conventionnement et une nouvelle présence de leur part au sein de notre association, discussions positives avec le Département et sa Direction territoriale.

Les commissions, les collectifs et les rencontres

L’aide alimentaire

La commission s’est réunie 8 fois. Outre les associations, les CCAS, les UTPAS et la banque alimentaire y ont participé. Elle a travaillé sur :
- Le bilan de l’année 2003, les perspectives 2004, l’organisation de l’aide alimentaire pendant la période estivale, les difficultés rencontrées par les associations, la présentation de la pratique de l’aide alimentaire de chaque association, le fonctionnement de la distribution, l’accompagnement des personnes, la composition des colis de dépannage, l’origine des denrées.
- La saisie informatique des fiches d’inscription à l’aide alimentaire et des fiches de dépannages alimentaires, avec un retour de ces informations aux associations et à la banque alimentaire de Dunkerque.
- Une journée de formation à l’utilisation de la fiche commune d’inscription à l’aide alimentaire réunissant des bénévoles des 8 associations distribuant cette aide.
- Le bilan de l’aide alimentaire de la campagne 2003/2004.

Sans domicile fixe

Ce groupe de travail réunit entre 20 et 40 personnes, bénévoles et salariés d’associations, professionnels de l’action sociale et de la santé intervenant auprès des publics sans domicile. Il s’est réunie 3 fois au cours de cette année Il a travaillé sur le bilan de la campagne hivernale, l’organisation de l’accueil d’urgence pendant l’été, le partenariat et la communication, l’accueil des jeunes, la domiciliation et le suivi administratif, la santé, les fêtes de fin d’année.

Il sera amené à redéfinir ses orientations en prenant en compte les champs de compétences et les complémentarités avec les structures intervenant auprès de ce public en particulier avec la C.A.O..

femme – famille

Cette commission réunit des bénévoles, des salariés et des partenaires institutionnels et propose des échanges sous forme de débats abordant des problèmes de société. Elle s’est réunie 3 fois cette année sur les thèmes de la famille recomposée et la famille mono-parentale, les relations et/ou les conflits inter-générationnels, les difficultés d’accès au logement.

Il est envisagé de les faire évoluer vers des ateliers d’échange et de découverte. Il s’agirait là d’une adaptation de ce que cette commission est progressivement devenue. Chaque mois, un thème de travail, un invité ou une visite d’expérience, suivis d’un échange soit avec l’invité soit avec ceux et celles qui ont mené l’expérience visitée. Un rapport sur l’accueil de l’invité ou sur l’expérience visitée serait présenté à chaque fois dans le journal.

Les collectifs

Le collectif de réflexion et d’action auprès des migrants a mené des actions de sensibilisation grand public par rapport à ce phénomène.

Cette année, il a proposé en collaboration avec le cinéma « Studio 43 » de Dunkerque la projection du film « In this world » de Michael Winterbottom dans le cadre d’un débat public sur le thème de la migration animé par la Ligue des droits de l’homme.

Le collectif eau a réalisé un travail de prévention des coupures sur la commune de Saint Pol sur Mer en partenariat avec l’Unité Territoriale de Prévention et d’Action Sociale, la Caisse d’Allocations Familiales, le Centre Communal et d’Action Sociale de Saint Pol sur Mer, les associations et les représentants du Développement Social Urbain. Il s’emploie à transmettre à d’autres communes son expérience positive.

Le collectif énergie a développé une action de prévention des coupures sur la commune de Dunkerque en partenariat avec les associations, le Centre Communal d’Action Sociale, le service d’EDF et les services sociaux.

Rencontre avec les élus

Elle a eu lieu vers la fin de l’année. Elle a permis un échange entre élus et associations sur :

- le rôle spécifique des associations caritatives et humanitaires,
- les attentes réciproques des élus et des associations

Formation et information

Les réunions d’information

- La santé des plus démunis et la réforme de la sécurité sociale, en avril : échange animé par le représentant santé de la Fédération Nationale des Associations d’accueil de Réinsertion Sociale, à destination des responsables d’associations.
- L’ambition associative, en juin : réunion animée par l’Union Régionale Interfédérale des œuvres et Organismes Privés, Sanitaires et Sociaux, à destination des responsables d’associations.
- L’accueil de l’aide alimentaire, en octobre : à destination des bénévoles des associations distribuant l’aide alimentaire.
- Les missions et les compétences des assistantes sociales de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie de Dunkerque, en septembre et en novembre : présentation animée par 2 assistantes sociales, à destination des membres des associations.
- Le fonctionnement de l’Unité Territoriale de Prévention et d’Action Sociale de Gravelines Bourbourg, animée par une responsable, en octobre.

La formation

- Elaboration et mise en place d’un module de 4 jours « Etre bénévole dans une association » animé par une formatrice de l’association Chrysalide de Loon Plage, ayant réuni 11 bénévoles d’associations.

- Participation de bénévoles et de responsables d’associations aux formations proposées par l’URIOPSS :
les politiques d’immigration, 12 participants,
utilisation des logiciels Word et Excell, 6 participants,
utilisation d’Internet, 6 participants.

- Deux groupes de parole « Echanges et partage autour du vécu du bénévole », composés chacun de 7 bénévoles, animés par une professionnelle de l’association Chrysalide, se réunissent tous les 2 mois au Carrefour.

Une assemblée générale : Ça se prépare !

Carrefour 2004 : l’organisation

Son fonctionnement

Positionné par les associations et les partenaires comme tête de réseau, le Carrefour des Solidarités s’est attaché à redéfinir ses stratégies et à les confronter à celles des associations afin de juger de leur pertinence et définir un consensus inter-associatif. Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un fonctionnement renouvelé.

- Mise en place d’une réunion de service hebdomadaire : 5 membres du bureau et la coordinatrice se retrouvent tous les lundis pour gérer au jour le jour l’association.
- Réunion mensuelle du comité de rédaction du journal « Au carrefour des solidarités », formé de membres bénévoles et salariés des associations adhérentes. Le journal paraît 10 fois dans l’année et il est envoyé à plus de 400 destinataires : professionnels de l’action sociale, élus, membres des associations et partenaires.
- Rencontres du Conseil d’Administration :
- Réunions des Présidents et des responsables des associations composant le Carrefour, au rythme de 2 par an.
- Réflexion avec les animateurs des 3 commissions de travail : aide alimentaire, femme/famille et sans domicile fixe pour se redéfinirpar rapport à l’orientation de ces commissions et au programme de l’année.
- Réflexion menée avec les formateurs pour préparer les cycles de formation destinés tant aux salariés qu’aux bénévoles des associations. L’accueil de nouveaux membres

Le processus d’entrée dans le Carrefour se veut respectueux des associations qui le demandent comme de ses propres objectifs. C’est ainsi que l’adhésion est décidée par le Conseil d’administration après qu’une délégation nommée par lui ait rendu visite à la nouvelle association et ait vérifié avec elle une bonne compréhension des objectifs du Carrefour et la cohérence entre leurs objectifs respectifs.

Le Carrefour a ainsi accueilli en 2004 un nouveau membre : Puissances T. Quatre nouvelles associations demandent actuellement à y entrer.

De plus, le Conseil d’administration a donné son accord pour que soit étudié une révision de nos statuts afin de permettre aux C.C.A.S. qui le demandaient de trouver leur place au sein du Carrefour. Cet accord n’a pas été unanime. Certains ont en effet craint que le Carrefour perde ainsi sa liberté de parole et d’action vis-à-vis des pouvoirs publics. Ces changements de statut seront proposés à une assemblée générale extraordinaire. Il y est pour l’instant prévu la création d’un nouveau collège, en plus des quatre actuellement existants, réservé à des institutions publiques. Il y est précisé en outre, que la Présidence du Carrefour ne pourra être issu de ce nouveau collège.

Les finances

Casse cou ! Avions-nous dit l’année dernière. Nous ne pouvions pas faire face à toutes nos obligations avec les finances dont nous disposions.

Nous avons tenu avec les moyens du bord, en limitant à l’extrême toutes nos dépenses : journal peu diffusé, documentation quasiment arrêtée, surtout, coordinatrice constamment sur la brèche obligée de parer au plus pressé, manquant de temps pour construire l’avenir, appel au bénévolat toujours provisoire, etc. Les perspectives semblent meilleures. Des contacts plus confiants ont été repris avec la Communauté Urbaine qui a l’intention de régulariser la situation et d’en revenir, au moins, aux dispositions de départ (en particulier la mise à disposition d’un secrétariat). Les relations avec les C.C.A.S. laissent espérer une aide de leur part sur certaines actions communes. Le Département semble réagir positivement à nos interrogations.
Toutefois, notre soutien régional, important depuis que nous existons, maintiendra-t-il son aide ?

L’élaboration d’une convention avec les institutions dépendant des pouvoirs publics

Depuis novembre 2004, nous préparons les termes d’une convention de partenariat avec les institutions dépendant des pouvoirs publics : C.C.A.S., pour ce qui concerne les communes, Direction territoriale du Département, etc.

Elle précise les modalités du travail en commun, les thèmes de ce travail et éventuellement les engagements financiers en conséquence. Elle devrait être ratifiée par le Conseil d’administration avant cette assemblée générale.

Les rencontres partenariales

Le rôle de tête de réseau associatif implique de devoir participer à un nombre impressionnant de rencontres, assemblées générales et colloques. Il consiste aussi à soutenir et à accompagner la vie des associations et un certain nombre d’initiatives qui sont prises soit par les associations soit par d’autres partenaires.

- 10 réunions ont été consacrées à la préparation et à l’organisation de la journée mondiale du refus de la misère d’octobre en partenariat avec le Centre Communal d’Action Sociale de Dunkerque et les associations caritatives et humanitaires de l’agglomération.

- Participation aux Assemblées Générales des associations adhérentes ou non : l’AJS, l’AFAD, l’AAE, le Pact, Louise Michel, Emmaüs, la CAO.

- Soutien et accompagnement de la mise en place d’une épicerie solidaire par l’association Emmaüs.

- Soutien et accompagnement dans la préparation des fêtes de Noël à destination des plus démunis (Sans Domicile Fixe) organisée par l’association Les rues du monde.

- Préparation des Programmes Territoriaux Santé avec les services sociaux du Conseil Général et la Direction de la vie sociale de la Communauté Urbaine de Dunkerque, 3 réunions .

- Participation aux réunions de travail :
du collectif « Alerte ! » régional, en janvier, en mars, en septembre et en octobre
de l’URIOPSS, en janvier, en juin et en septembre,
de la Fédération Nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale, en février et en juin,
du Conseil Général, dans le cadre du Programme Thématique Santé, en juin et en octobre.

- Participation à des colloques :
Conférence Intercommunale du Logement, janvier en janvier et en mars,
Programme Local d’Habitat, en mai,
l’Union Départementale des Centres Communaux d’Action Sociale, en janvier,
la rentrée sociale de l’URIOPSS, en septembre,
la journée territoriale d’insertion du Conseil Général, en septembre.
la place de l’homme dans la société organisé par le CIRM, en novembre

- Actions menées en partenariat avec la Mission Locale des cantons de Gravelines/ Bourbourg :
participation à la journée du refus de la misère,
collecte de produits d’hygiène et d’entretien redistribuée aux associations.

Le bureau du Carrefour.

Le Carrefour des solidarités, c’est 16 associations

Plus de 800 bénévoles, plus de 500 professionnels et plusieurs milliers de citoyens pauvres.

L’A.A.E. (Association d’Action Educative), l’A.F.A.D. (Association d’aide familiale à domicile), l’A.J.S. le bon emploi de la solidarité, l’Armée du Salut, A.T.D. (Aide à toute détresse) Quart Monde, A.C.L. (Association Cité Liberté) Proxi Pol, Emmaüs, La Croix Rouge, le P.A.C.T. (Protection, amélioration, conservation, transformation de l’habitat), Le Phare, Puissances T, le Secours Populaire, les Restaurants du Cœur, Association Louise Michel, le Secours Catholique, la Société Saint Vincent de Paul.

Comité de rédaction : Christine Ammeloot, Jocelyne Bot, Thérèse Caulier, Isabelle Damiani, Jean-Marie Gueuret, Françoise Lavoisier, Pierre Morel, Pierre Mulliez 6-8 rue du Ponceau, 59140 Dunkerque - tél 03 28 63 70 40 - fax 03 28 63 70 60 - mail. chantiers@carrefourdessolidarites.org

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com