Le journal n°41 - Octobre 2004
PDF - 158.8 ko
télécharger le journal N°41

Sommaire

- La parole à ceux qui ont faim
- Le dossier : l’aide alimentaire
- En direct des associations - L’A.A.E. - Association d’action éducative
- L’activité la mieux connue des membres du Carrefour est la Boutique de l'insertion
- Recherche élus
- LE CENTRE DE DOCUMENTATION DU CARREFOUR : VOTRE CENTRE RESSOURCES
- Et vous, qu’en pensez-vous ?

(cliquez sur chaque titre pour revenir au sommaire)

Agenda

Les 5, 6, 19 et 20 octobre - Formation - « Etre bénévole dans une association »

Vendredi 8 octobre - De 10 h à 12 h au carrefour - Commission aide alimentaire

Lundi 18 octobre - De 18 h 30 à 19 h 30 - Réunion du C.A. du Carrefour - Le budget prévisionnel

Mardi 26 octobre - à partir de 14 h 30 dans les locaux de l’AAE - 41 rue du Fort Louis - commission femmes familles - sur le logement

La parole à ceux qui ont faim

« Pourquoi vous ne distribuez pas toujours du lait à chaque distribution ? »
« Pourquoi certains colis sont moins consistants que d’autres ? ».

Telles ont été, parmi d’autres, les questions posées par quatre personnes, bénéficiant de l’aide alimentaire de l’association, à Ourdia Mezine, directrice de l’A.J.S. La rencontre au cours de laquelle ces questions ont pu être posées s’était faite à leur propre demande.

Par le biais de ce premier échange, nous nous sommes rendu compte que les bénéficiaires ne connaissaient pas les difficultés que notre association pouvait parfois rencontrer ni la méthode de fonctionnement de la distribution alimentaire. Nous nous sommes même demandé si finalement, nous même, nous connaissions bien leurs attentes ou leurs difficultés.

Du coup, Ourdia, a proposé aux personnes rencontrées d’en trouver d’autres qui seraient intéressés par de tels échanges. Elle leur a laissé le soin de faire en sorte que le groupe ainsi constitué soit le plus homogène possible et représentatif du public inscrit à l’aide alimentaire de l’association.

Depuis, les réunions se succèdent. Le franc parler y règne de part et d’autre. C’est extrêmement riche et intéressant. Voici quelques paroles prises au vol.

« Il ne faut pas croire que cela nous fait plaisir de venir chercher de l’aide ». « Nous désirons travailler. Mais, avec le ‘SMIG’, on est perdant ». « Pour ne pas crever de faim on est obligé de faire des corvées ».

Nous vous en parlerons, ou mieux, ils vous en parleront plus longuement dans un prochain journal.

Christine Ammeloot de l’A.J.S.

Le dossier : l’aide alimentaire

Avec l’hiver qui approche, l’aide alimentaire régulière des personnes et des familles qui n’ont pas, de façon prolongée, les moyens de faire face à ce besoin vital, reprend. Cette aide alimentaire est l’une des activités développées par un certain nombre d’associations du Carrefour. Octobre, c’est le moment où les associations accueillent ces familles pour faire le point avec elles et apprécier leurs véritables besoins. Une journée de préparation de cet accueil, organisée par le Carrefour s’est déroulée le 1° octobre dernier. En voici quelques échos.

Accueillir et faire le point

L’accueil que les associations font en octobre à ceux qui n’ont pas les moyens de se nourrir régulièrement est particulier. Il y a un dossier à remplir, des informations à rassembler, des calculs à faire, etc. L’essentiel pourtant, c’est le contact qui s’établit ou qui se renouvelle. C’est l’occasion pour chacun de faire le point. Pas facile pour la personne bénévole de jongler avec tout ça tout en respectant, profondément, les personnes qu’elle accueille. Chaque association a son organisation. Le plus souvent, ce contact dure une bonne heure pour chaque personne ou groupe de personnes accueillies. Pour d’autres, le contact est plus rapide et si le besoin s’en fait sentir, on reprend d’autres rendez-vous. Pas facile non plus, pour la personne qui vient demander de l’aide, de mettre à nu, devant quelqu’un d’autre, les difficultés dans lesquelles elle se trouve.

Des chiffres qui parlent

Pour chaque personne accueillie, un dossier est rempli. Ce dossier permet d’établir à quel point en sont les difficultés de la personne ou de la famille. Il permet ainsi d’avoir une mesure à peu près exacte des moyens dont elles disposeront pour se nourrir, une fois qu’elles auront fait face à toutes leurs autres obligations vitales (loyer, eau, électricité, assurances, mutuelle, etc.). Il permet aussi de rassembler toutes ces informations. Ensuite, ces informations regroupées permettent aux responsables de mesurer la situation collective et de prendre, si nécessaire, les décisions. C’est plus particulièrement le rôle du Carrefour de faire ce regroupement. Elles servent aussi à la « banque alimentaire » pour mesurer ce qu’elle doit apporter comme aide à chacune des associations en fonction du nombre de personnes qu’elles accueilleront régulièrement et du nombre de parts qu’elles distribueront.

Dure, dure, la situation !

Tout laisse à penser aujourd’hui que le nombre des personnes et des familles auxquelles les associations devront apporter leur aide est en augmentation importante. Et les ressources des associations en personnes pour accueillir autant qu’en moyens matériels et financiers pour faire face aux besoins, ne sont pas extensibles. Du coup, les critères d’acceptation des personnes aidées se sont durcis. Plus question de prendre en compte les personnes qui étaient légèrement au dessus des critères retenus. Plus question, autre exemple, de compter comme charges les enfants qu’on ne reçoit que quelques week-ends par mois.

De nouveaux visages

Des nouvelles personnes et de nouvelles situations apparaissent. Dans leur accueil, les associations découvrent de nouveaux visages : l’étudiant étranger pour lequel l’aide universitaire ou celle de son pays d’origine ou les deux cumulées s’avèrent insuffisantes, les personnes salariées dont les rémunérations sont trop maigres pour vivre, les retraités dont la pension est trop faible, etc.

Aide régulière et dépannages

Deux formes d’aide alimentaire différentes. Nous reviendrons, dans un prochain journal, sur les questions difficiles que posent aux associations les demandes de dépannage qui, plus encore que l’aide régulière, subit actuellement une très forte augmentation.

Ce journal est destiné à tous les membres bénévoles et professionnels des associations du Carrefour ainsi qu’à nos partenaires. Mais nous n’avons pas le budget pour imprimer, chaque mois, les 1500 exemplaires qui seraient nécessaires.

Diffusez le, photocopiez-le, distribuez-le autour de vous

En direct des associations - L’A.A.E. - Association d’action éducative

41 rue du Fort Louis
59140 DUNKERQUE
Tél : 03 28 29 22 70

332 salariés (pour 287 équivalents temps plein)
20 bénévoles consacrant près de
2 800 heures de leur temps.

4 pôles d’activité
Le pôle insertion par l’économique
Le pôle insertion sociale
Le pôle formation
Le pôle éducatif

Créée en mai 1964, en substitution du comité de patronage de la liberté surveillée, lui-même créé en 1958

L’activité la mieux connue des membres du Carrefour est la Boutique de l'insertion

La boutique de l’insertion : lieu repère et lieu ressource, elle s’adresse aux personnes en grande difficulté d’insertion, sans domicile fixe, allocataires du RMI, etc. (domiciliation, instruction des dossiers de demande d’allocation, accueil, écoute, information, accompagnement individualisé, redynamisation, etc.)

Une table pour les exclus de la société

Ce qui fait la richesse du Carrefour, c’est la diversité des associations qui composent l’association. Nous allons visiter aujourd’hui l’A.A.E. De l’extérieur, ses nombreuses activités impressionnent. Quel intérêt une telle association a-t-elle à côtoyer d’autres homologues à la taille plus petite, voire sans salarié ?

Accueillis avec simplicité et gentillesse par la Présidente de l’A.A.E., Lucienne Mestdagh, dans l’un des bureaux de la rue du Fort Louis, nous avons continué la conversation avec le directeur général de l’association et la correspondante de l’A.A.E. auprès du Carrefour.

Un peu d’histoire. L’A.A.E. s’est construite à partir des demandes du tribunal pour enfants. Elle voulait aider les jeunes qui avaient à faire avec la justice à s’en sortir. Puis, progressivement, elle a tenté de trouver, pour ces jeunes, des solutions aux problèmes qu’ils rencontraient : besoins éducatifs, nécessité d’insertion professionnelle, solutions pour le logement, etc. Aujourd’hui encore, ces secteurs d’activité occupent près de 65 % de son travail. Ensuite, les savoir-faire acquis auprès des jeunes, elle les a utilisé au bénéfice des adultes. C’est d’ailleurs sur ce terrain qu’elle a rencontré le Carrefour.

C’est ainsi qu’elle a été l’un des moteurs de la création du Carrefour. Pourquoi ? La réponse est simple. Personne, à lui tout seul, nous a répondu son directeur, Jacques Hingrai, ne peut prétendre apporter l’aide pertinente aux gens qui sont dans la misère ou dans la difficulté. Les réponses à apporter sont nécessairement complexes. Si elles existent, c’est autour d’une table et le Carrefour, c’est une partie de la table. En fait, chacun à sa place qui n’est pas la même, Carrefour et A.A.E. ont la même philosophie. Face à une personne ou à une famille en difficultés, il faut prendre en considération l’ensemble de leurs besoins, puis adapter les solutions possibles à chacun.

A force, il est vrai, de vouloir n’oublier aucun aspect de la vie, ne risque-t-on pas de devenir un « gros bidule institutionnel » ingérable ? En réponse, l’A.A.E. est devenue un ensemblier de dispositifs à taille humaine. Auprès de chaque dispositif et de son équipe de salariés, un administrateur délégué et, depuis cette année, un conseil de la vie sociale auquel participent les usagers.

Alors, l’A.A.E., « tout baigne » ? « Presque », nous a répondu, avec son sourire sérieux, Janet Fernandez. L’A.A.E. doit veiller constamment au bon équilibre, nous a-t-elle laissé comprendre, entre ses salariés et ses administrateurs qui sont tous bénévoles. Elle doit faire face aussi, à l’incompréhension, voire à l’hostilité, de certaines collectivités et de leurs citoyens, très peu, heureusement : les jeunes qui vivent des difficultés, on veut bien les aider, mais à condition de ne pas les avoir chez soi. En somme, il manque souvent quelqu’un autour de la table !

Recherche élus

(suite)

Quand on recherche, on trouve. La réunion projetée avec les élus des collectivités qui ont répondu à notre interpellation aura lieu ce mois-ci à une date encore à préciser. Nous vous tiendrons au courant des échanges qu’elle aura permis.

Entre temps, nous avons pu rencontrer certains d’entre eux. Nous avons eu ainsi un échange très positif avec des élus de la ville de Dunkerque et son maire. Il en est ressortit le projet d’une convention à laquelle pourrait s’associer d’autres communes. Nous y avons aussi envisagé la possibilité, pour les C.C.A.S., de devenir membres du Carrefour en y constituant un collège particulier.

Notre conseil d’administration a donné son accord pour que convention et changement de statuts soient mis à l’étude.

LE CENTRE DE DOCUMENTATION DU CARREFOUR : VOTRE CENTRE RESSOURCES

La solidarité est ce sentiment qui nous pousse à nous accorder une aide mutuelle pour parvenir à notre objectif commun : l’entraide. Le Carrefour est une porte ouverte à vos besoins, une écoute à vos demandes, une force de proposition pour faire évoluer les réflexions et les actions. C’est aussi un outil mis à votre disposition pour vous permettre en toute autonomie d’améliorer votre fonctionnement en élargissant vos sources d’information.

Cet outil, c’est notre centre de documentation. Il est basé au siège de notre association : 6-8 rue du Ponceau à Dunkerque. Il est riche de près de 200 ouvrages et d’une centaine de publications. Il se veut pratique et concret en répondant entre autre aux questions que se posent au quotidien les responsables ou les membres d’associations : « quel est le statut du bénévole ? », « quels sont les principes de l’aide à domicile ? »… Vous y trouverez abordées des thématiques comme le handicap, l’exclusion, l’alcoolisme, la toxicomanie, la pauvreté, la santé, l’éducation, l’emploi, la formation, la communication, la famille, les jeunes, etc. Enfin il se veut une base de données d’informations mise à jour régulièrement et couvrant le large champ d’application des différents domaines de l’action sociale.

Il est ouvert du lundi au jeudi, de 9h à 12h ou sur rendez-vous.

Ce centre ressources est avant tout un outil que nous voulons évolutif et dont vos questionnements seront son premier enrichissement. Nous souhaitons vous recevoir prochainement. Journal parlé (suite)

Pour l’instant, une réaction intéressée. Trop peu pour décider de le mettre en œuvre.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Rectificatif

Dans notre dernier numéro une erreur s’est glissée dans la description des activités de la Croix Rouge concernant ses permanences d’accueil. L’accueil des hommes seuls et des personnes sans domicile fixe se fait tous les premiers lundis du mois, non l’après-midi comme nous l’avions indiqué, mais le matin.
Mille excuses !

Le Carrefour des solidarités, c’est 16 associations

Plus de 800 bénévoles, plus de 500 professionnels et plusieurs milliers de citoyens pauvres.

L’A.A.E. (Association d’Action Educative), l’A.F.A.D. (Association d’aide familiale à domicile), l’A.J.S. le bon emploi de la solidarité, l’Armée du Salut, A.T.D. (Aide à toute détresse) Quart Monde, A.C.L. (Association Cité Liberté) Proxi Pol, Emmaüs, La Croix Rouge, le P.A.C.T. (Protection, amélioration, conservation, transformation de l’habitat), Le Phare, Puissance T, le Secours Populaire, les Restaurants du Cœur, Association Louise Michel, le Secours Catholique, la Société Saint Vincent de Paul.

Comité de rédaction : Christine Ammeloot, Jocelyne Bot, Thérèse Caulier, Isabelle Damiani, Jean-Marie Gueuret, Françoise Lavoisier, Pierre Morel, Pierre Mulliez 6-8 rue du Ponceau, 59140 Dunkerque - tél 03 28 63 70 40 - fax 03 28 63 70 60 - e-mail : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com