Accueil du site  menu Observatoire  menu Ces dunkerquois qui ont faim  menu La question alimentaire sur le dunkerquois en 2009 : bilan exhaustif

 
La question alimentaire sur le dunkerquois en 2009 : bilan exhaustif
PDF - 423.1 ko
Bilan 2009

Que dans notre société développée des familles entières puissent se demander chaque jour si elles vont pouvoir manger et manger à leur faim est à peine croyable pour la plupart des citoyens qui la composent. Beaucoup pensent que les organisations publiques ou associatives permettent de trouver des solutions. Les grandes figures médiatiques qu’ont été l’Abbé Pierre ou Coluche ont réussi pendant quelque temps à secouer l’opinion. Mais ceux et celles qui continuent leur action savent bien qu’à force de réveiller régulièrement ces fantômes cette opinion, y compris celle de ceux qui continuent à leur apporter leur soutien financier ou matériel, s’est assoupie, laissant croire que ces actions suffisent à faire face à la situation.

Les pouvoirs publics s’imaginent, de leurs côtés, que les dispositions publiques qu’ils ont prises en particulier par la définition régulière des minima sociaux et des différentes prestations sociales permettent à tous de ne pas rencontrer la question de la faim. Parmi les élus, ceux qui sont au plus proche de leurs concitoyens dans les différents conseils municipaux, n’ont toujours pas d’autres possibilités, de par la loi, que d’apporter, par l’intermédiaire de leur Centre communal d’Action Sociale, des aides ponctuelles et donc momentanées. C’est ainsi que l’une des principales préoccupations de beaucoup, quelle que soit l’échelle du territoire où ils se trouvent, est d’inventer le règlement qui permettra d’exclure les magouilleurs ou les tire au flanc. Sauf exception, ce n’est plus de savoir si les dispositifs publics mis en place permettent à toutes les familles de faire face à toutes les obligations qui leur assureront une survie normale.

« Au début de chaque mois, je me retrouve devant le choix suivant : ou payer les factures (loyer, eau, électricité, téléphone et chauffage) ou manger et donner à manger à mes enfants. » Tel est le sort concret, résumé par l’une d’entre elles, des personnes qui viennent frapper à la porte des associations caritatives et humanitaires du dunkerquois. Il ne s’agit pas d’une frange minoritaire de la population. Elles sont près de 10 000.

Depuis plus de dix ans, six associations, réunies au sein du Carrefour des solidarités accompagnent ces familles et leur apportent des compléments alimentaires. Il s’agit de l’A.J.S., le bon emploi de la solidarité, la Congrégation de l’Armée du salut, la Croix Rouge, Emmaüs, le Phare et les sociétés de Saint Vincent de Paul. Elles ne sont pas les seules. D’autres associations comme les Restos du cœur, le Secours catholique ou le Secours Populaire, mènent des actions dans le même sens. Mais elles sont les seules à avoir mis en commun localement leurs observations concrètes des familles auxquelles elles viennent en aide. Toutes les informations contenues dans ce document viennent d’elles, de leur travail et de ce qu’ont bien voulu leur dire ceux qui souffrent. Les animateurs du réseau ont, de leur côté, apporté leur aide dans la saisie des informations et dans l’analyse de celles-ci.

Ce que les chiffres qui vont être présenté ici disent, c’est que le problème n’est plus aujourd’hui de venir en aide momentanément à des familles qui vivent une passe difficile. Il est que notre dispositif citoyen de redistribution ne permet plus d’assurer la survie d’un certain nombre parmi nous. Les associations locales et les pouvoirs publics locaux ne savent plus faire face.

Au secours !

Documents joints

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com