Accueil du site  menu Observatoire  menu Ces dunkerquois qui ont faim  menu La faim dans le dunkerquois, qu’en savons-nous vraiment ?

 
La faim dans le dunkerquois, qu’en savons-nous vraiment ?

La faim dans le dunkerquois, qu’en savons-nous vraiment ?

Des témoignages de personnes qui n’ont rien à manger pour la journée ? Chacun en a quotidiennement. Qui sont-elles ? 6 associations depuis plus de 12 ans recueillent des informations. Mais, en réalité, nous n’avons qu’une vue partielle du phénomène collectif. Faisons le point.

Quelques certitudes. Les 6 associations membres du Carrefour des solidarités qui pratiquent l’aide alimentaire ont accueilli régulièrement en 2008 un peu plus de 1000 ménages regroupant près de 3400 personnes. Les mêmes associations ont dépanné, pendant la même période, plus de 2000 ménages, regroupant de l’ordre de 6000 personnes. Une certitude, très peu de ces ménages ont été accueilli ensuite dans le cadre de l’aide régulière. On peut donc affirmer que 3000 ménages regroupant 9400 personnes ont été aidé par les associations parce qu’elles n’avaient pas de quoi manger.

De son côté, les Restos du cœur annoncent qu’ils sont venus en aide à près de 10 000 personnes au cours de la même période. Doit-on les additionner aux précédentes ? Non. D’une part les Restos du cœur globalisent leur intervention qui comprend le Calaisis, l’Audomarois et la Flandre intérieure. D’après les chiffres communiqués il y a trois ans, les Restos du cœur indiquaient qu’il ne fallait prendre que les 2/3 de leurs interventions pour approcher leur activité sur le territoire de la Flandre maritime, soit près de 6 000 personnes. Notre enquête 2008 nous a montré que près de 70 % des personnes inscrites à l’aide régulière des 6 autres associations avaient l’intention de s’adresser aussi aux Restos du cœur. On peut donc en conclure qu’au total, c’est près de 8 400 personnes qui ont besoin de l’aide des associations pour moins avoir faim et 6000 autres personnes qui obtiennent une aide ponctuelle.

Ces chiffres ne comprennent ni les centaines de repas apportés par les associations aux personnes migrantes de passage sur notre territoire, ni la centaine de repas servis tous les jours à l’accueil de jour de la Fondation de l’Armée du Salut, ni les aides financières apportées par d’autres associations pour les mêmes objectifs ni les différentes interventions des C.C.A.S.

Que pouvons-nous conclure de cette triste arithmétique ?

Que la misère alimentaire touche, de façon régulière ou de façon exceptionnelle près de 10 % de la population de notre territoire. Ce n’est donc ni un phénomène marginal ni une série de problèmes individuels.

Que la dispersion et la non coordination des intervenants masque la réalité.

Qu’à ne sortir des chiffres qui ne mettent qu’en lumière l’intervention des différentes organisations et qui ne s’intéressent pas vraiment aux personnes qui souffrent, on peut continuer longtemps sans voir ce qui se passe vraiment.

Les analyses que nous avons pu faire du budget des ménages qui ont une aide alimentaire régulière corroborent pleinement les témoignages qu’ils nous donnent tous les jours. En réalité, au début de chaque mois, ces familles se posent la question : que vais-je faire ? Manger, payer mon loyer ou payer mon électricité et mon eau ? C’est parce que les ressources qu’elles ont, en particulier les minima sociaux ou les prestations sociales, ne leur permettent pas de faire face à l’ensemble de leurs obligations de survie. Le sentiment de beaucoup, c’est que les aides publiques, qu’elles soient nationales, départementales ou locales ne représentent que le petit bol d’air pour ne pas se noyer avant qu’on ne les replonge sous l’eau. La crise, cela fait longtemps qu’ils la connaissent. Quels responsables publics entendront leurs cris sans répondre immédiatement qu’ils sont incompétents et qu’il faut crier ailleurs ?

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com