Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Les membres  menu Visites  menu La Ligue des droits de l’homme : l’étranger ne fait pas recette

 
La Ligue des droits de l’homme : l’étranger ne fait pas recette

Il est arrivé avec sa casquette noire d’ancien base-baleurs habitué à lancer des balles qui font mouche. On le sent plein de son sujet et prêt à en découdre avec quiconque se mettrait en travers de sa route. Jean Séname, que la section locale de la Ligue des droits de l’homme a désigné comme se chargeant des relations avec le Carrefour des solidarités, vient nous parler du travail au jour le jour de cette section.

« La Ligue des droits de l’homme est un mouvement national, surtout connu par ses prises de position », nous indique-t-il d’abord. « Née au moment de l’affaire Dreyfus, elle s’est donné pour objectif d’être le rempart de chaque citoyen pour le respect de ses droits fondamentaux face à des pouvoirs froids, distants et appliquant les textes, voire en les tordant, dans le sens qu’ils veulent ». Et de rappeler que la déclaration des droits de l’homme est le préambule de notre propre constitution française. C’est bien pourquoi, intervenant sur le champ politique, elle est susceptible d’interpeller tout pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche. Et elle ne s’en prive pas. Sarkosy n’est pas leur copain. On pouvait s’en douter. Mais Chevènement ne l’a pas non plus été.

Chaque section locale est une association autonome qui oriente ses actions comme bon lui semble. A Dunkerque, il ont pensé que les étrangers faisaient partie des « précaires parmi les précaires ». « Nous estimons que si une personne étrangère fait la démarche difficile de quitter son pays, c’est qu’elle a de bonnes raisons. Ce n’est jamais de gaîté de cœur. Or, la France, qui se prétend être la patrie des droits de l’homme, est le pays qui accueille le plus mal les étrangers. Ici, les étrangers ne font pas recettes ! » Du coup, Jean Séname, preuves à l’appui, devient intarissable sur les détournements de la loi utilisés par les pouvoirs publics en France pour développer leur politique répressive contre tous les étrangers. Vous connaissez la belle logique cartésienne qui veut que pas de papiers, pas de travail, donc pas de ressources, donc pas de possibilité d’obtenir des papiers. Ou encore, ce père de famille, père d’enfants français, expulsé dans son pays d’origine, incapable d’obtenir un visa du consulat pour revenir auprès de ses enfants. La Ligue, à Dunkerque, les accueille, les conseille et les aide à monter leurs dossiers, souvent lourds.

Même si le nombre de membres de la section est de l’ordre de la quarantaine, ils ne sont que six à assurer l’action quotidienne : une centaine de dossiers en instance. Il faut écouter, construire le dossier, rechercher des informations juridiques (tous les matins, il y a un nouveau dispositif ou une nouvelle loi) et aller, pour certains, défendre le dossier auprès de la Préfecture. Si la question des étrangers prend 90 % de leur énergie, ils ne font pas que cela : lutte contre les discriminations, à l’embauche, par exemple, animations diverses pour le grand public ou pour les scolaires, etc. La liste de leurs interventions prend une pleine page.

Leur adhésion au Carrefour ? Elle va presque de soi. « Nous sommes, avec les associations caritatives, très complémentaires », nous a affirmé Jean. « Nous n’avons rien à donner de concret, sinon l’aide au respect de leurs droits. Mais cela ne nourrit pas, ne réchauffe pas, etc. L’aide des autres associations est alors précieuse. » Non sans une certaine malice, il a cependant rajouté : « Ces personnes étrangères font notre admiration. Il y a entre elles une solidarité formidable. Très peu se retrouvent vraiment à la rue. Parfois, il nous suffit d’un coup de fil à tel ou tel correspondant de la même origine pour que des solutions concrètes se mettent en place. »

Pour en savoir plus

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com