Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Les membres  menu Visites  menu La C.L.C.V. : syndicat du cadre de vie

 
La C.L.C.V. : syndicat du cadre de vie

La C.L.C.V. : le syndicat du cadre de vie

Nos chemins se croisent régulièrement, dans les quartiers, sur certains thèmes comme ceux de la santé, du logement ou du surendettement. Leur vision est plus large ; leurs modes d’intervention pas tout à fait les mêmes. Il était temps de se rencontrer pour faire mieux connaissance, réciproquement.

Au coin de la rue qui monte vers la Maison communale, juste en face d’une boulangerie flambant neuve, une suite de maisons. Nous sommes en plein centre ville de Grande Synthe. C’est au premier étage de l’une d’entre elles que nous trouvons le local de la C.L.C.V. (consommation, logement et cadre de vie). Marie Paule Hocquet, présidente de l’union locale Flandre maritime, nous accueille. Il y a Zamzam Farah, qui travaille sur les Assises de la solidarité locale, Mélanie Vanmerris, animatrice de l’atelier santé et précarité, et Jean-Marie, le président du Carrefour des solidarités. La petite salle où nous nous trouvons est pleine d’armoires, de cartons contenant des brochures et des tracts. On sent le local militant où se rencontrent des gens pour qui agir est plus urgent et important que ranger. Il y a quand même, complétant le climat, l’instrument indispensable à toute mobilisation militante, la machine à café. Il est bon et chaud à souhait.

« Nous rassemblons des gens », nous affirme d’emblée Marie Paule, « qui ont éprouvé l’intérêt concrètement de se défendre avec d’autres. Car notre principe, c’est l’action collective. Bien sûr nous répondons d’abord aux questions et aux problèmes des gens que nous recevons dans nos différentes permanences. Mais notre objectif c’est de les amener à comprendre qu’ils ne sont pas isolés dans les problèmes qu’ils rencontrent. S’ils s’unissent, ils seront plus forts face à leur propriétaire commun, face à la Lyonnaise des eaux, face à tel ou tel service public, etc. C’est ainsi, en prenant l’exemple du logement, que nous avons été amené à présenter des représentants dans les conseils d’administration des bailleurs sociaux ou, de façon plus récente, à devenir membre de commissions d’attribution. »

De notre côté, nous présentons le réseau du Carrefour des solidarités. Les associations qui le composent se sont construites pour donner des réponses aux questions urgentes que posaient les gens qui vivent dans la pauvreté, parfois extrême. Face à quelqu’un qui a faim, par exemple, on n’a pas le temps de l’accompagner jusqu’à ce qu’il puisse s’organiser de lui-même avec d’autres. Il faut d’abord trouver de quoi manger. Cependant, lé développement de la citoyenneté donc de la responsabilité fait partie de nos objectifs communs.

En somme, il y a du travail en commun à faire. « La difficulté », nous renvoie Marie Paule, « c’est que parfois la réponse professionnelle, mais aussi bénévole, n’aboutit pas à une prise de responsabilité militante. Elle conduit souvent à une diminution du militantisme et de l’action collective. Il n’empêche que nous avons à faire du travail ensemble. » « On peut imaginer beaucoup de choses », lui répond-on. « Pourquoi, sur certains problèmes, une fois que les questions d’urgence sont en voie de résolution pour une personne, telle ou telle association ne la renverrait pas vers la C.L.C.V. pour envisager comment trouver des solutions plus pérennes avec d’autres ? »

Nous n’avons guère le temps d’approfondir tous les thèmes de travail que nous avons en commun : la bonne consommation de l’eau et de l’énergie, mais aussi le règlement parfois difficile des factures, le logement, la lutte contre les expulsions, les problèmes d’attribution, la santé, l’environnement, les problèmes de bruit, les questions liées au surendettement, etc. Nous évoquons cependant de façon plus précise l’intérêt commun que nous aurions de constituer avec notre propre réseau, mais aussi d’autres associations, un réseau associatif sur les problèmes de santé dans notre agglomération. Nous évoquons aussi la possibilité de signer ensemble une convention de partenariat qui permettrait de préciser les champs communs de préoccupations et des travaux qui y sont liés : information, formation, éducation populaire, etc. Bref, du travail à mener ensemble.

C.L.C.V. : consommation, logement et cadre de vie

Union locale Flandre maritime
18 rue Clémenceau, 1° étage
59760 GRANDE SYNTHE
Tél/fax : 03 28 21 28 79

Association locale, affiliée à la CLCV, association nationale agréée de consommateurs, de défense de l’environnement, d’éducation populaire, association éducative complémentaire de l’enseignement public, représentative des locataires et des copropriétaires représentative des usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique – membre du bureau européen des unions de consommateurs et de Consumersinternational.

Permanences (pour information ou dossiers individuels)

Grande Synthe : de 16 h 30 à 17 h 30 : les 2° et 4° jeudis
Prendre rendez-vous par téléphone ou vous rendre à la permanence

Dunkerque : de 16 h 30 à 17 h 30 : tous les lundis
Mairie annexe de Petite Synthe
Place de la Concorde
Tél : 03 28 26 25 25

Saint Pol sur mer : de 14 h à 16 h
Tous les 2° et 4° lundis, à la Maison des services
Tous les 2° et 4° jeudis, à la Maison de quartier Mendès France
Tous les derniers mercredis du mois, de 18 h à 20 h, à la maison de quartier de la Plaine Bayard

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com