L’observation

C’est sans doute la partie la plus technique des interventions du Carrefour des solidarités et la plus difficile à comprendre pour des personnes qui sont essentiellement préoccupées par le sort concret d’autres personnes dans la difficulté. Pourtant elle peut être utile, sans doute plus pour les associations et C.C.A.S. dans l’établissement de leurs stratégies que pour chacun des travailleurs sociaux qu’ils soient salariés ou bénévoles, voire pour chacun des usagers.

Ça vous fait une belle jambe de savoir que l’indice de ressource de votre ménage est un peu en dessous de la moyenne de ceux des autres ménages !

Connaître le nombre de personnes qui ont été aidées par votre association ou par votre C.C.A.S. est-il vraiment utile en dehors du fait qu’il vous permet de justifier le travail de votre organisation ? C’est pourtant à peu près les seules statistiques dont puissent disposer le plus souvent les organisations qui font du travail social.

En revanche on ignore par exemple le pourcentage des ménages qui sont aidés par une association ou par un C.C.A.S. par rapport à l’ensemble de la population des ménages d’un territoire dont la situation justifierait une telle aide. On connaît à peu près le nombre de personnes qui, dans une année, font appel au service des urgences de l’hôpital. Mais connaît-on le nombre de personnes qui ne se soignent pas faute de ressources ? On commence à avoir à peu près des informations à l’échelle nationale. Qu’en fait-on d’ailleurs ? Mais on ignore quasiment tout des réalités locales sauf les interventions des différents services.

Pour faire de telles observations, il n’y a pas de mystère. Il faut d’abord se poser les bonnes questions, ce qui suppose d’écouter et de réfléchir. Il faut ensuite mobiliser en même temps des outils statistiques avec leur technicité, seul gage du sérieux de leurs résultats, mais aussi le réseau local des intervenants, seuls susceptibles d’atteindre l’information pertinente. C’est dans cet esprit que, suite aux assises de la solidarité locale, l’AGUR, dont les capacités techniques sont reconnues, a été mobilisée dans cette intention. Le Carrefour des solidarités intervient dans son groupe de travail avec d’autres acteurs. La collecte des données pertinentes est lente et difficile, voire parfois impossible, tant il est long de faire changer les habitudes.

Pour sa part, le Carrefour des solidarités apporte, lui aussi, sa propre technicité, grâce à la présence bénévole d’un homme de l’art et à la mobilisation des associations qui le veulent bien et de ses moyens internes. Grâce à cet ensemble, elle a pu arriver progressivement à faire de l’observation sur les personnes qui font appel à l’aide alimentaire, qu’elle soit régulière ou dans l’urgence. Il en sort un rapport annuel qui ne cesse d’interroger les stratégies développées par les associations.

Retour vers le spécial AG 2012

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com