Accueil du site  menu Bénévoles et salariés  menu Coordonner ses actions  menu L’aide alimentaire  menu L’aide alimentaire questionne et se questionne  menu L’aide alimentaire associative interpelle les pouvoirs publics

 
L’aide alimentaire associative interpelle les pouvoirs publics

Les présidents et responsables des associations qui font de l’aide alimentaire viennent de se réunir. La situation est tendue et ils ont le sentiment de ne pas se faire entendre des pouvoirs publics.

Les inscriptions à l’aide alimentaire régulière viennent de se faire sauf pour une association qui les continue tout au long de l’année. Pour la plupart d’entre elles, en quelques jours, le nombre maximum d’inscrits a été atteint. Plus rapidement que les années passées. Indice manifeste des difficultés accrues que rencontrent les familles qui ont recours à leur aide. Les associations qui tentaient de développer de l’épargne social à partir d’un projet, même modeste, s’aperçoivent que la plupart des projets se réduisent de plus en plus à rembourser les dettes du quotidien. Les demandes d’intervention d’urgence, les dépannages, ont repris de plus belles dès la rentrée.

Devant l’urgence, la mesure de l’aide apportée est moins les besoins de la famille qui vient frapper à la porte de l’association que les possibilités de celle-ci, en denrées, produits et capacités financières.

Si bien que les associations sont partagées entre courber le dos et faire sans cesse face à la misère en ayant le sentiment de ne pas répondre à la hauteur qui serait nécessaire, et crier haut et fort aux responsables publics que cela ne peut plus durer et qu’eux-mêmes ne répondent pas à la situation vécue par les gens.

Les associations pensent de plus en plus que les pouvoirs publics se déchargent sur elles de leur incapacité à construire la solidarité entre les citoyens. Il n’est pas normal aujourd’hui que les systèmes publics de redistribution des ressources laissent des gens sans les ressources nécessaires à leur propre survie et à celle de leurs enfants. Quand, par exemple, sans vergogne et sans mesure réelle d’adaptation, on annonce en six mois deux lourdes augmentations de la facture d’électricité, on est proche de l’irresponsabilité humaine.

Tout système public a ses failles. Les associations se sont construites sur l’identification de ces failles, pour les combler. Mais quand les failles sont devenues la règle d’un système social, alors les associations ne peuvent faire autrement que d’interpeller les pouvoirs publics qui établissent cette règle.

Non, il est scandaleux qu’aujourd’hui en France et en Europe, des personnes se retrouvent avec moins de 5 € par jour pour manger et se vêtir.

Depuis 15 ans que nous rassemblons les éléments de connaissance permettant de savoir ce que vivent et avec quelles ressources vivent les personnes qui bénéficient de l’aide alimentaire des associations, nous ne cessons de clamer cette réalité. Que faut-il faire pour être entendus ?

Pour lire la suite des articles consacrés aux questions alimentaires.

retour vers le journal de novembre 2010

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com