L’action sociale doit-elle évoluer ?

L’assemblée générale du Carrefour des solidarités se tiendra le mois prochain. Son objet permanent est de se demander si nous réalisons avec compétence et efficacité le soutien que nous devons amener à nos membres qui tous ont pour objet l’action sociale. Par ailleurs nous sentons bien que l’un des enjeux des présidentielles est la conception que l’Etat doit avoir de l’action sociale. Doit-on évoluer alors ?

Nous savons d’expérience que trois facteurs essentiels peuvent venir confirmer ou remettre en question la façon dont nous menons l’action sociale.

Le premier est celui du contexte social et économique dans lequel nous vivons. Qui l’emportera ? Les mécanismes financiers et de pouvoir en jeux dans une mondialisation dont la réalité s’impose à tous ou le respect de la volonté des peuples pour une juste répartition des richesses ? La froideur des intérêts économiques ou la nécessité du développement respectueux des équilibres avec la nature et entre les hommes et les femmes ? Nous pressentons bien que d’un côté le travail social n’est que réparation du broyage des hommes et que de l’autre il se situe comme facteur de développement harmonieux.

Le deuxième est celui du choix de nos dirigeants, donc de la majorité qui les élit, et des remises en cause que ce choix peut amener. Les acteurs du travail social seront-ils de plus en plus soumis aux lois d’un marché plus ou moins régulé ou seront-ils considérés comme partenaires d’une négociation nécessaire ? Seront-ils réduits à n’être qu’un facteur d’ajustement dans une crise indéniable ou seront-ils pris comme des acteurs d’un développement à recréer ?

Le troisième est sans doute le plus proche de nous et le plus prégnant. Il s’agit des hommes et des femmes qui vivent la pauvreté à laquelle les contraint les rouages de notre système actuel. Accepteront-ils longtemps encore d’être considérés comme des assistés auxquels il conviendrait d’apprendre à vivre ou ne sont-ils pas en train de revendiquer eux-mêmes une place comme acteur du développement social dont ils se sentent exclus ?

Des réponses qui seront apportées à ces différentes questions dépendent l’avenir de chacune de nos organisations et donc celui du réseau que nous formons dans le Carrefour des solidarités. Développer et accentuer nos particularismes, défendre notre survie individuelle ou, contre vents et marées, capitaliser et donc échanger nos expériences, nous laisser interroger par les autres partenaires et innover avec ceux et celles pour lesquels nous travaillons ?

Le comité de rédaction

Retour vers le journal de février 2012

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com