Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Le journal du Carrefour  menu Les articles des journaux de 2016  menu L’Aide alimentaire sous toutes ses formes…

 
L’Aide alimentaire sous toutes ses formes…

L’une des premières formes prises par la solidarité, elle celle de donner à manger à ceux et celles qui n’ont plus les moyens de se procurer ce minimum vital. Entre organisations humanitaires et pouvoirs publics, cela s’appelle « l’aide alimentaire ». Or celle-ci utilise toute une série de moyens et de formes qui sont tous aussi respectables qu’utiles. Tout juste doit-on, avant de les décrire, faire quelques remarques préalables.

Donner à manger, c’est entrer en relation avec quelqu’un et cette relation ne peut rarement se satisfaire de ce simple don. Elle engendre toujours une autre forme de relation. La multiplicité des formes que ce don prend, quoiqu’utile a deux limites. Elle ne donne aucune indication pour savoir si tous ceux et toutes celles qui en ont besoin sur un territoire trouvent une solution. Elle engendre parfois de la gabegie. Enfin, reconnaître son incapacité à satisfaire ce besoin primitif de survie, engendre chez celui ou celle qui le vit une culpabilité et une honte qu’il faut apprendre, non à refouler, mais à transformer (en contre don ?)

Les différentes formes prises par l’aide alimentaire sur le littoral nord :

- Le don alimentaire au sein du réseau familial . On en parle peu alors qu’il est, sans doute, le plus important en quantité et en qualité.
- Le don alimentaire de voisinage. On en parle peu, parce qu’ils ne sont pas régulables. Et pourtant, ne convient-il pas de le mettre en valeur et d’aider à ce qu’il se développe à travers les lieux collectifs et les organisations dits de proximité : maison de quartier, centres sociaux, etc ?

- Le restaurant social. Une organisation fait et offre des repas à une catégorie de sujets. Il en existe plusieurs sur le dunkerquois : le restaurant de l’espoir de l’Armée du salut ou le restaurant organisé par le C.C.A.S. de Dunkerque ou encore, parfois, les Restos du cœur, etc.
- Les colis alimentaires. Solutions pratiquées par plusieurs associations dunkerquoises comme les Restos du cœur, l’Armée du Salut (congrégation), Emmaüs Famille à Grande-Synthe, le Phoenix Solidaire, Saint Vincent de Paul, la Croix Rouge, Créative, Entr’aide. Les colis qui contiennent essentiellement des produits alimentaires, mais qui peuvent s’accompagner de produits d’hygiène de premières nécessités, sont préparés à l’avance par l’association et accessibles en fonction des ressources du ménage.
- Les bons ou tickets alimentaires. Dans ce don, la nature de l’achat est laissée à l’appréciation et aux besoins du destinataire. Ce système est pratiqué par le Secours Catholique et par la plupart des C.C.A.S. de la région dunkerquoise.
- L’épicerie sociale classique. La forme de l’aide alimentaire n’est plus un colis, mais le contenu des produits est laissé à la liberté de celui ou celle auquel le don est fait. Cette méthode est pratiquée par le Secours Populaire français sur les territoires communaux de l’Ouest de l’agglomération, autour de Gravelines.

- L’épicerie sociale et solidaire, projet en cours d’élaboration. Il repose sur deux idées fondamentales : L’épicerie est ouverte à tous selon deux tarifs distincts : le premier est calculé pour permettre à l’épicerie de pratiquer le deuxième tarif, plus faible. Il s’agit de développer un soutien et un suivi permettant aux familles de retrouver leur autonomie de ressources.
- L’épicerie, développeur de projets. Elle donne accès à des produits vendus suivant un tarif plus faible que le courant. L’argent ainsi amassé, sert à financer un projet défini par la famille concernée. Cette épicerie est développée par Emmaüs dans son épicerie dénommée « Tabgha », en basse ville, à Dunkerque.
- Les repas portés. C’est la forme que prend actuellement l’aide alimentaire auprès des personnes migrantes de passage vers l’Angleterre établies provisoirement dans deux camps, à Téteghem et à Grande-Synthe. Elle est pratiquée par une petite dizaine d’associations.
- Les colis de dépannage. Sur le même principe que les colis alimentaires, ils ne sont distribués qu’en cas d’urgence et soumis à des règles.

Le comité de rédaction

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com