Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Les membres  menu Visites  menu L’A.F.A.D. : du manche à balai à l’accompagnement social

 
L’A.F.A.D. : du manche à balai à l’accompagnement social

Les travailleuses familiales, chacun connaît. Ce sont ces femmes qui viennent à la maison, aider les familles en difficultés passagères pour faire face aux besoins quotidiens : cuisine, ménage, rangement, sécurité des enfants, etc. Parmi les travailleurs sociaux, elles sont les mieux comprises. Leur simplicité, leur proximité, leur qualité d’écoute et leur efficacité sont a priori fortement appréciées.

Pas de problème alors ? Mehdi Guirous, leur directeur, nous répond avec son grand sourire : « Notre métier évolue parce que le public auprès duquel nous intervenons change. Nous voyons aussi de mieux en mieux les vraies raisons de nos interventions. Grosso modo, on pourrait dire que le manche à balai s’estompe. »

Traduisons. A la demande de leurs financeurs, la Caisse d’allocations familiales et le Conseil Général, ils privilégient de plus en plus l’intervention auprès des familles dont les problèmes sont les plus lourds : perte des repères sociaux, inadaptation à la société environnante, spirale de la pauvreté, etc. L’objectif de leur intervention continue bien sûr à aider les familles à faire face aux besoins les plus urgents et les plus élémentaires. Mais il est surtout de leur permettre de réapprendre à y faire face par elles-mêmes : s’organiser, faire des choix, se réapproprier leur lieu de vie. C’est pourquoi la profession s’est enrichie. L’A.F.A.D. emploie aujourd’hui 16 aides ménagères et 30 techniciennes de l’intervention sociale et familiale. Ce nouveau nom qui fleure bon son technocrate gestionnaire voudrait signifier que le métier accentue de plus en plus son caractère pédagogique. On devine bien que faire à la place de quelqu’un ou accompagner une famille pour qu’elle retrouve le ressort et les savoirs faire nécessaires à une vie quotidienne digne et autonome, demande une technicité différente. D’ailleurs, l’exercice du métier suppose aujourd’hui une formation spécifique de deux ans.

Leurs recherches actuelles ? Comment construire avec les familles, au moment où elles vont intervenir, une forme de contrat de partenariat ? Comment signifier concrètement que les familles vont être amenées à apporter quelque chose dans cet échange de service ?

Pour en savoir plus

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com