Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Les membres  menu Visites  menu IMANI : Mains d’or

 
IMANI : Mains d’or

Salmata Tabibou et Zainaba Abdou nous accueillent dans leur bureau de la maison des services, boulevard de l’espé-rance. Au premier regard, chouchous, coussins brodés, coussins à l’architecture com-plexe, veste colorée, trônent sur une table. Le tout, magnifique, fait à partir de tissus récupérés. Nous le saurons plus tard. De grands sourires, de la fierté dans le regard, de la gentillesse à revendre, éclats de voix limpides, rires cristallins cachant la timidité première, bien vite oubliée dans les premiers échanges.

A travers ce qu’elles racontent de leur propre expérience, on comprend vite que la Présidente et la Vice Président d’IMANI veulent nous faire saisir celle de toutes les femmes qui se rassemblent régulièrement à l’initiative de l’association.

Salmata raconte. Zainaba confirme. Jeune mariée, arrivée avec son mari il y a trente ans, ouvrier dans la métallurgie, elle se rappelle son premier Noël. « Musulmane, nous savions que Noël était une fête pour les chrétiens ». Qui dit fête, dit repas, gâteaux qu’on partage. Réflexe évident pour elle. Elle confectionne des gâteaux et sonne chez sa voisine pour les partager. Réponse : « je ne vous ai rien demandé ! » « Mais non, c’est la fête ! » La porte se referme. « Heureusement, tous les français ne sont pas pareils, dit-elle. J’ai trouvé un autre voisin avec lesquels j’ai pu partager et il est devenu un ami de la famille. » « Entre femmes de pays d’origines très diffé-rentes, proche comme la France, ou lointaines comme les divers pays d’Afrique, il faut constamment rouvrir les portes et découvrir les richesses des unes et des autres. » « L’erreur constante, ajoute-t-elle, c’est de généraliser à partir d’une seule expérience. »

En un peu plus d’une heure, elles nous en ont raconté des tonnes. Impossible de résumer. La cuisine des mardi après-midi pour faire redécouvrir qu’on peut cuisiner d’excellents repas avec des produits peu chers. « Le but, bien vivre avec ce que tu as. » Les goûters partage pour faire sortir les femmes de leur télé. « Elles sont dominées par cette télé. » Réapprendre les soins traditionnels qui permettent de se soigner avec des produits naturels, peu chers. « Ce qui ne doit pas t’empêcher d’aller voir le médecin ou le pharmacien, si nécessaires. » La couture qui permet d’apprendre à mesurer et donc à compter. « Quand les enfants font des bêtises, c’est qu’ils crient au secours et que leurs parents n’apprennent plus. » Etc, etc.

Le Carrefour ? Elles ont les mêmes objectifs. Les femmes qui se rassemblent sont pour la plupart pauvres, petits salaires ou R.M.I. Elles ont besoin d’aide. Ecrire, apprendre à écrire, réfléchir ensemble. A notre arrivée, elles étaient en train de se faire expliquer le fonction-nement de Taghba, l’épicerie solidaire et elles savaient déjà à qui cela pourrait servir. Pas forcément d’ailleurs à des femmes de Saint Pol sur mer. Leur réseau s’étend bien au-delà dans l’agglomération.

Tout ça, avec rien. Pas ou peu de subventions. De la récupération, des choses simples, du cœur, de l’imagination, de l’intelligence et des mains d’or.

Pour en savoir plus

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com