Hygiène alimentaire : rappel des règles

Nous avons rappelé en juillet dernier les règles d’hygiène alimentaire auxquelles sont contraintes les associations qui font de l’aide alimentaire. Il semble qu’il y ait encore beaucoup de confusion à propos de ces règles aussi bien pour ceux et celles qui distribuent cette aide que pour ceux et celles qui en bénéficient. Faisons donc à nouveau le point à partir des informations de la Direction Générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes. Nous ajoutons les éléments de conseil fournis par l’Institut Pasteur lors de l’une de nos précédentes rencontres.

Ne pas confondre DLC = date limite de consommation et DLUO = date limite d’utilisation optimale

La date limite de consommation

Cette limite est impérative. Elle s’applique à des denrées microbiologiquement très périssables, qui, de ce fait, sont susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine. Dans certains cas, c’est la réglementation en matière de contrôle sanitaire qui fixe une durée de conservation : yaourts, charcuteries fraîches, plats cuisinés frais, etc...

Elle s’exprime sur les conditionnements par la mention "A consommer jusqu’au...", suivie de l’indication du jour et du mois. Respectez toujours cette date et évitez de consommer un produit périmé, surtout si la température d’entreposage ou de conservation, qui est mentionnée sur l’emballage, n’a pas été respectée (rupture de la chaîne du froid). En effet, la durabilité du produit et sa date limite de consommation, fixée par la réglementation ou par le fabricant, dépendent de la température à laquelle la denrée a été conservée. Ne congelez jamais un produit dont la date limite de consommation est proche, atteinte ou dépassée.

La date limite d’utilisation optimale Ou DLUO.

Elle n’a pas le caractère impératif de la DLC. Une fois la date passée, la denrée peut avoir perdu tout ou partie de ses qualités spécifiques, sans pour autant constituer un danger pour celui qui l’absorberait.

Tel est le cas, par exemple :
• du café qui, passé un certain délai, perd de son arôme ;
• des aliments de diététique infantile, qui perdent de leur teneur en vitamines avec le temps
• des pâtisseries sèches qui, en vieillissant, perdent de leurs qualités gustatives.

La DLUO s’exprime sur les conditionnements par la mention : "A consommer de préférence avant le", suivie de l’indication suivante : • "jour et mois" pour les produits d’une durabilité inférieure à 3 mois ; • "mois et année" pour les produits d’une durabilité comprise entre 3 et 18 mois ; • "année" pour les produits d’une durabilité supérieure à 18 mois.

Seuls les produits munis d’une date limite de consommation doivent impérativement être retirés de la vente et de la consommation dès lors que cette date est atteinte.

Pour ce qui concerne la DLUO, l’Institut Pasteur, lorsqu’il est venu nous former, préconisait pour les associations, la position suivante :

cette distribution n’est qu’une tolérance par rapport à la loi. La nuance entre ce qui est strictement interdit et ce qui demeure interdit mais supporte une tolérance est certes subtile. Mais c’est de cette façon que les lois et les règlements font dans la nuance.

L’association concernée devrait donc d’abord tenir à jour de façon stricte un état, produit par produit, de ses stocks et du temps de dépassement de la date limite d’utilisation optimale. Elle devrait ensuite faire acter par son conseil d’administration l’engagement de ne pas distribuer les produits au-delà d’un certain délai de dépassement de la date limite de consommation optimale. En général, la durée de dépassement tolérée est de trois mois. Elle devrait alors respecter cet engagement.

Nous rajoutons pour notre part la réflexion suivante. Pour autant en effet les usagers de l’aide alimentaire jettent eux-mêmes à la poubelle les produits dont cette date est dépassée. N’y aurait-il pas avantage alors à ce qu’ils soient associés, d’une façon ou d’une autre, à la décision que doit prendre l’association sur le dépassement qu’elle s’autorise ?

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com