Echos d’A.G. 2010

Echos d’A.G.

Voici quelques échos de notre assemblée générale, pour ceux et celles qui n’ont pas pu venir ou pour ceux et celles qui n’ont pas pu tout entendre. Une A.G. n’est pas faite que de rapports. Elle est surtout l’occasion d’entendre les commentaires et questions de chacun des membres de l’association.

Pour la première fois nous étions accueilli dans les locaux de la Maison de la vie associative de Dunkerque, au jeu de mail. Nous en sommes désormais membre. L’accueil y fut impeccable et chaleureux en même temps. Merci à ceux qui nous ont facilité le déroulement de notre assemblée générale.

De nombreuses associations présentes, un peu moins de la moitié des C.C.A.S. et quelques personnes usagères de notre accueil. Ambiance chaleureuse et studieuse à la fois. Du débat, voire quelques désaccords clairement exprimés et pas trop de langue de bois. Mais comment interpréter l’absence de certains : agenda surchargé, désintérêt ou désaccord larvé ? Une assemblée générale est pourtant le seul moment dans l’année où on puisse faire valoir des points de vue éventuellement différents dans la conduite de notre réseau.

En écho au rapport d’activité présenté par Isabelle, Mr R. L. et Mme J. M. ont tour à tour témoigné de l’accueil chaleureux qu’ils avaient reçu de la part de l’équipe du Carrefour des solidarités et de l’importance que cet accueil avait pu avoir pour eux.

A la fin de la présentation du rapport moral, des applaudissements fournis ont salué le travail accompli tout au long de l’année par l’équipe salariée de la rue de l’Ecluse de Bergues : Isabelle, Stéphanie et les autres.

Pour compléter le rapport moral, Chantal Hanon, du C.C.A.S. de Saint Pol sur mer, a affirmé qu’il ne lui paraissait pas choquant que les services publics aident le Carrefour des solidarités dans la mise en œuvre des décisions prises lors des Assises de la solidarité locale. Cela lui paraissait plutôt normal et positif. Quant à Jean Claude Bernier, il a rappelé avec force que le Carrefour des solidarités devait être le porte-voix des difficultés des personnes accompagnées dans les associations : « tout le monde est en particulier noyé par la prolifération des textes de lois ». Il a aussi affirmé qu’il appartenait au Carrefour de faire remonter les difficultés : « les associations ne peuvent pas forcément le faire parce qu’elles sont tributaires d’une subvention publique alors que le Carrefour a une certaine liberté de parole. »

Janet Fernandez, notre trésorière, s’était particulièrement préparée à répondre à toutes les questions qu’elle avait pu imaginer face à nos comptes. Finalement, sa présentation a été tellement claire, qu’aucune question ne lui a été posée.

Pas de réactions négatives à la proposition faite par le conseil d’administration de réajuster le montant des cotisations annuelles : 150 € pour les membres des collèges 1 et 5, 100 € pour les membres du collège 2 et 25 € pour les membres du collège 3. Mais, sagement, il a été décidé de renvoyer la décision finale au nouveau conseil d’administration à charge pour lui de recueillir l’avis de l’ensemble des membres.

Jean-Claude Bernier et Fabrice Baert, du C.C.A.S. de Dunkerque, ont été les ardents défenseurs d’un retour de la manifestation sur la place Jean Bart à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère. Ils n’ont finalement été suivis que par deux autres membres. La question sera toutefois tranchée lors d’une prochaine réunion du conseil d’administration.

Jean Séname, de la Ligue des droits de l’homme, regrette que les demandes formulées concernant l’accueil des personnes migrantes de passage sur notre territoire, lors de l’avis voté à l’unanimité par le Conseil de développement durable en janvier dernier, n’aient toujours pas reçues de réponses de la part de la Communauté Urbaine à laquelle elles étaient destinées. Il a rappelé en particulier, qu’avec la fin de l’hiver, les tentes collectives qui avaient été mises à leur disposition sont en train d’être démontées. Si le froid s’estompe, l’humidité, l’insécurité et l’inconfort demeurent dans les « jungles ». Jean-Claude Bernier a confirmé ce nouveau cri d’appel en insistant sur l’absolue nécessité de ne pas laisser des mineurs dans cette situation. « C’est », a-t-il rappelé, « de la responsabilité de l’Etat et des services sociaux du département. »

Pour finir, les élections au conseil d’administration n’ont pas été trop difficiles. Il y avait autant de candidats que de postes à pourvoir. Le dépouillement des votes a cependant été fait avec beaucoup de soin par quatre volontaires.

Marie Fabre, conseillère communautaire et conseillère générale n’a pu rester qu’un court moment à nos débats. Elle a eu le temps de nous assurer de son soutien et de prendre rendez-vous avec nous pour une réunion de travail un peu plus longue.

Retour vers le journal d’avril 2010

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com