Des Assises…


Les 25 et 26 de ce mois, se tiendront les Assises locales de la solidarité 2015. Une petite quarantaine de personnes se sont mobilisées pour les préparer. Nous leur adressons ici nos chaleureux remerciements. Mais nous espérons voir tous les autres, et ils sont nombreux, dans nos travaux en ateliers et en séances plénières dans les locaux de la Communauté Urbaine de Dunkerque à la fin de ce mois. Encore faut-il qu’ils et elles soient convaincues que ça serve à quelque chose.

Nous savons tous que sont nombreux celles et ceux qui se voient confrontés tous les jours à la précarité de leur situation. Pouvoir manger, avoir un toit pour la nuit, régler ses factures d’eau ou d’électricité, se soigner, ne plus être seul et cela, tous les jours !
Nous savons aussi que leur sort dépend en grande partie de décisions à prendre à l’échelle départementale, nationale, voire européenne. Et pourtant, nous pensons que, localement, la solidarité est un enjeu concret et quotidien et qui concerne bon nombre de nos concitoyens. Par exemple, c’est près de 10 000 personnes qui sont, tous les jours, concernées par l’aide alimentaire associative ou publique locale. C’est plus d’un millier de personnes qui se mobilisent tout au long de l’année pour apporter leur aide bénévole dans le cadre des associations. C’est aussi près d’un millier de personnes, fonctionnaires ou salariées d’une association, qui mettent en œuvre leurs compétences multiples et diverses au bénéfice de ceux et celles qui souffrent ou qui ne savent plus de quoi sera fait leur lendemain.
Tout cela, on le sait et on travaille dur. Ça se saurait, depuis le temps qu’on se mobilise localement, si les grands rassemblements avaient servi à quelque chose ! Premières assises, 1989, deuxième rassemblement dans le cadre du contrat d’agglomération, 1998, troisièmes assises, 2008. Qu’en est-il resté ? Moins qu’on l’aurait voulu, plus qu’on ne l’imagine ! Réunions régulières, sous l’égide de l’agence d’urbanisme, pour observer statistiquement l’évolution de la précarité : manque identifié depuis 1989, coordination inter associative de l’aide alimentaire, identifié en 1998 en même temps que se mettait en place le Carrefour des solidarités ainsi que la C.A.O., coordination des interventions auprès des migrants de passage et commission consultative relative à ces questions mises en place en 2009.
Création locale d’un « Atelier de travail social » réunissant régulièrement les personnes qui vivent la galère, reprise d’une initiative régionale d’un « forum citoyen » avec des objectifs similaires, réunions annuelles de « rendez-vous citoyens » : dynamique identifié au cours des assises 2008. Mais c’est vrai que les C.C.A.S. continuent à avoir des difficultés à mettre en œuvre leur Analyse des Besoins Sociaux, 2 sur 18 en ont réalisé un. C’est vrai que les associations continuent à avoir du mal à faire évoluer leur façon de « faire » de l’aide alimentaire. C’est vrai qu’on est encore loin de l’instance demandée par Bernard Guilbert, le premier président du Carrefour en 1998, d’une « coordination locale de l’urgence sociale ».
Qu’importe ! Nous démontrons depuis longtemps que, localement, nous savons avancer, calmement, mais sûrement.
Alors, allons-y !
Nous vous attendons nombreux et motivés ! Jean-Marie, Président du Carrefour des solidarités
N.B. Vous trouverez dès maintenant sur notre site les diagnostics élaborés au cours de nos premières réunions de travail, ainsi que les premières contributions sous la forme de propositions à discuter et à décide.

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com