Accueil du site  menu Témoignages  menu Conversation avec…  menu Conversation avec… Fred, le nomade

 
Conversation avec… Fred, le nomade

Regard bleu. Beau gosse. Visage émacié. Bouche édentée. Paroles rapides, parfois hésitantes, parfois en rafale. L’écouter ? Pas facile. Il saute d’une idée à l’autre. Il en a trop à dire.

D’abord, il a la haine. Il a de la révolte. Ça déborde. Contre les éduc’, contre D, contre telle ou telle institution. Il leur rentrerait volontiers dedans. Sans doute l’a-t-il fait d’ailleurs. Et ça n’a rien arrangé. Incompréhension réciproque. Quand on ne s’écoute plus, on s’exclut mutuellement. Lui, il a l’habitude de voir très vite si vous l’écoutez. C’est visuel. « On voit le visage », dit-il. « Pourtant, vous ne pouvez pas savoir combien j’ai besoin de communiquer. Mais avec certains, c’est pas possible. » Il a fait des conneries. Il le sait et il vous le dit. Mais on n’en parlera pas trop. Tout juste de la drogue « où on s’enfonce et on se perd. » Il en est sorti. Difficilement.

Ce qui est intéressant ? C’est les copains qu’il s’est fait dans la rue. « Même certains éduc’ » reconnaît-il. Son meilleur ami ? « Un clodo, handicapé de la tête. » Personne ne lui parlait. Il l’a fait et ils se sont aidés. Il fait partie de ceux qui l’ont le plus aidé. Comme ce musicien avec lequel il a longtemps fait la manche. « Avec lui, tu vois, le 25 décembre, on jouait pour les gens sans rien leur demander. » Ou cet autre vieux routard qui lui a tout appris. Il lui a forgé le caractère. « Tu fais ce que tu veux », lui disait-il souvent, « mais il faut toujours aider les autres. » Telle était sa philosophie qui est devenue celle de Fred. « Car pour beaucoup de gens de la rue, ils gardent en eux leur haine et leur révolte. Leur honte parfois. Ils se ruinent pour oublier. Alors ils se défoncent à l’alcool ou à la drogue. Ils ont besoin de communiquer. Ils ont besoin d’un regard qui reconnaisse leur dignité. »

De son histoire personnelle, nous ne saurons pas grand-chose. Pudeur de part et d’autre. Gosse de riche. B.T.S. « Mais, à 15 ans, je savais que j’allais être dans la rue. » Perte de deux personnes très chères. Depuis, il a fait deux fois le tour de France. Il est même allé jusqu’en Espagne. Il est ici à Dunkerque depuis plusieurs années. Aujourd’hui, il hésite à s’arrêter. Quand il le fallait, il travaillait. « Ne pas travailler, c’est se laisser aller », affirme-t-il. Il paye des impôts. C’est même cela l’une des sources de ses révoltes. Nous le verrons le mois prochain. « Mais, ajoute-t-il, il faut du temps pour sortir de la rue. Je ne sais pas encore. Ça va mieux dans ma tête. Mais je suis encore perdu. Ce que j’aimerais, c’est devenir éducateur. » Sa peur ? « Ne plus connaître les gens d’avant, ne plus communiquer, se retrouver seul. » Et puis, il y a l’appel du voyage et de la liberté. L’appel de la rue.

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com