Compte-rendu de la réunion du 25 juin

Etaient présents :

  • SORET Florence, AFEJI salariée
  • COUTINHO Sandrine, AFEJI salariée
  • Youssef S, AFEJI Usager
  • VANBESSELAERE Fabienne, AJS salariée
  • Marylène H, AJS Usagère
  • Anny H, AJS Usagère

Excusées :

  • Josiane H, Congrégation Armée du Salut, Bénévole et Usagère
  • Josiane E, Congrégation Armée du Salut, Bénévole
  • BESSON Geneviève, Congrégation Armée du Salut, salariée

Déroulement de la séance :

  1. Connaissances des actions dans les associations
  2. Connaissances des structures sur le littoral dunkerquois
  3. Différents problèmes rencontrés en matière d’accès aux soins et d’accès aux droits
  4. Diffusion des informations sur la santé

Présentation des usagers

Youssef est père de famille et bénéficiaire du RMI. Il a un projet de création d’entreprise. Il est suivi par la référente RMI de l’AFEJI. Il est également reconnu travailleur handicapé Cotorep A.

Marylène a perdu son travail, il y a quelques années pour des raisons de santé. Aujourd’hui, elle est bénéficiaire du RMI et de l’aide alimentaire de l’AJS. Elle fréquente des ateliers d’Art déco, d’Art photo et informatique de l’AJS.

Anny est mère de 4 enfants. Elle est bénéficiaire de l’aide alimentaire de l’AJS. Elle a une vie associative à l’intérieur de son quartier. Elle participe aux ateliers d’Art déco, d’Art photo et aux sorties culturelles de l’AJS, à l’atelier Couture du CCAS de Dunkerque à la salle Gaston Bornais ainsi qu’aux activités mises en place par la maison de quartier Pasteur de Petite-Synthe.


I – Connaissances des actions dans les associations

Anny participe régulièrement aux différents forums santé de l’AJS. Ces derniers lui ont permis de s’informer sur les différents aspects de la santé mais également de s’inscrire à une session concernant le bilan de santé. Suite au bilan de santé, elle a pu avoir connaissance de son taux élevé de glycémie et ainsi adapter son mode d’alimentation à son état de santé. Elle a perdu plusieurs kilos et ainsi être mieux dans son corps et dans sa tête.

Youssef est actuellement très impliqué dans son projet de création d’entreprise. Il ne participe à aucune action de santé, faute d’information.

Marylène participe au forum santé de l’AJS. Elle y a rencontré des professionnels de la santé traitant du diabète, du sida, du cancer, du stress…


II – Connaissances des structures sur le littoral dunkerquois

Les usagers ne connaissent pas les structures traitant de la santé sur le territoire dunkerquois. A la question relative à leur connaissance des professionnels, ils ne nomment que les maladies qui sont abordées à l’occasion de forums ou d’ateliers santé. Seuls les accompagnateurs nomment les structures.

Les deux personnes fréquentant l’AJS, ont mis en avant l’importance du bilan de santé. Selon elles, les personnes, qui ne vont pas le faire, ont peur de savoir. Lors de cet examen, les médecins vérifient les yeux, les dents, font une prise de sang (détection de la glycémie pour Anny) ainsi qu’une mammographie.

Les trois participants pensent que la santé est primordiale, quand la santé n’est pas au rendez-vous, il n’y a rien qui va. Ils ont un sens de la solidarité qui s’est forgé par leur histoire (voisine atteinte d’alzheimer, mère malade d’un cancer…). Selon eux, il vaut mieux la santé que l’argent.

Si Anny s’intéresse au domaine de la santé, c’est surtout en priorité pour ses enfants que pour elle.

Youssef est très attentif à l’état de santé de toute sa famille.


III – Différents problèmes rencontrés en matière d’accès aux soins et d’accès aux droits

  • Perte de carte (1 mois pour le renouvellement)
  • Ophtalmologiste : refus de la CMU avec un rendez-vous pris un an à l’avance (raisons évoquées : trop long pour le paiement), devant la détermination de la patiente la visite s’est tout de même déroulée avec pour finalité de ne pas payer la consultation.
  • Face aux refus, que se passerait-il face à quelqu’un de plus faible ?
  • Il faut toujours se justifier pour la CMU, c’est comme pour les boîtes de nuit.

IV – Diffusion des informations sur la santé

Plusieurs propositions :

  • Groupes de paroles sur des thèmes avec des malades comme alzheimer, les malades en fin de vie, … Le plus important c’est la parole des autres.
  • Il faut mettre en place des ateliers pour s’occuper de soi, améliorer le bien être des personnes pour dédramatiser le coté santé.
  • Emission de télévision ou sites Internet, outils accessibles au sein de la famille (Internet avec une utilisation simplifiée avec la souris)
  • Un petit livret indiquant les structures du littoral afin de connaître où se renseigner.
  • La presse (Le Phare)

Conclusion


On peut constater que les usagers sont sensibles à leur état de santé. Mais ce n’est pas toujours leur priorité. Le parcours pour prendre conscience de son importance est long et fastidieux. Bien souvent cette démarche s’est enclenchée grâce à des actions mises en place par des associations ou encore suite à des événements concernant leur famille ou leurs proches.

Leur connaissance des professionnels de santé s’est construite sur des souvenirs d’ateliers ou de forums auxquels ils ont assisté et bien souvent ils ne font qu’énumérer les maladies traitées. Seuls les bénévoles et les salariés d’associations listent les structures et leur situation géographique.

Anny et Marylène ont affirmé que sans le travail d’accompagnement des travailleurs sociaux, elles n’auraient pas franchi le pas du bilan de santé.

En conclusion, nous pouvons dire que les usagers sont conscients des maladies mais ne savent pas où s’orienter en cas de nécessité. Ils ont besoin d’être accompagnés dans leur démarche car ils ne le font pas d’eux-mêmes.

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com