Accueil du site  menu Actualités  menu Ces migrants qui sont pour nous une chance !

 
Ces migrants qui sont pour nous une chance !


« On ne voit ces gens que comme des problèmes pour le moment et je voudrais qu’on les voit comme une chance et une opportunité. » propos communs au Préfet Lalande et au Maire de Grande Synthe dans son discours d’accueil au moment de la signature de la nouvelle convention concernant le camp de la Linière.

On est loin de la fermeture du camp de Sangatte, intervenu en 2002 près de Calais et dont bien des bénévoles et responsables associatifs se souviennent, comme si c’était hier. Il aura fallu plus d’une décennie pour que l’intelligence et la fraternité se fassent un petit triomphe… modeste, très modeste, bien sûr. Accueillir, provisoirement, dans des conditions humainement à peu près acceptables… est-ce si compliqué que cela ?
Localement, nous, les associations et les bénévoles qui les constituent, avons progressivement construit les conditions de cet accueil, sans toujours être suivis par nos élus qui craignaient un « appel d’air » imaginaire. Nous avons réussi à les convaincre progressivement et à obtenir leur aide, certains plus rapidement que d’autres. Comme nous le rappelions grâce au tableau élaboré par Françoise, en près de 15 ans, ce sont près de 50 associations locales, nationales et internationales qui ont plus ou moins bien coordonné leurs efforts pour aboutir là où nous en sommes aujourd’hui. Le Carrefour des solidarités et ses membres ont, pour faire cela, joint leurs efforts à ceux des autres partenaires associatifs, venus de France ou d’ailleurs.
Nous savons aussi que, dans d’autres localités, la « jungle » continue malheureusement à prospérer et que les associations et les bénévoles continuent à être considérés, comme les étrangers auxquels ils viennent en aide, comme des problèmes.
Est-il besoin de rappeler enfin que ceux et celles qui frappaient à la porte de nos associations et de nos centres communaux continuent aujourd’hui comme hier à le faire ? Est-il besoin de rappeler que pour nous tous, la solidarité ne se divise pas ?
Les chemins pour répondre à toutes ces injonctions humanitaires sont parfois rudes. Celles-ci remettent parfois en cause nos habitudes d’organisation. Il est aussi parfois difficile de garder son calme au risque de ne plus se faire comprendre. Que chacun sache cependant que, pour ce qui concerne le Carrefour des solidarités, nous souhaitons toujours privilégier le dialogue malgré parfois nos coups de gueule. Toute personne, qu’elle soit étrangère ou proche, est une chance pour nous. Toute proposition, classique, nouvelle ou innovante peut être aussi une chance.

JMG, président du Carrefour des solidarités

PS : au moment où nous écrivions cet édito, nous arrivait l’annonce nde l’expulsion pratiquée à Chocques, dans le Pas de Calais et le communique de presse signé par un nombre important d’associations dont certaines sont membres du Carrefour des solidarités. Preuve que la cohérence est difficile dans les propos et les décisions des représentants de l’Etat. Nous nous associons à la démarche associative. Mais nous continuons à affirmer que les associations peuvent non seulement proposer des solutions mais s’associer à leur réalisation à partir du moment où elles peuvent s’appuyer sur des collectivités locales convaincues.

Depuis, un certain nombre de choses se sont passées avec, en particulier, tout proche de nous, le démantèlement de la "jungle" de Calais. Mais aussi la création d’une plateforme du bénévolat pour renforcer l’action des associations auprès du camp de la Linière.

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com