Accueil du site  menu Bénévoles et salariés  menu Coordonner ses actions  menu L’aide alimentaire  menu L’aide alimentaire questionne et se questionne  menu Attribution de l’aide alimentaire : critères associatifs ou besoins (...)

 
Attribution de l’aide alimentaire : critères associatifs ou besoins identifiés ?

Sauf exception, les inscriptions à l’aide alimentaire associative régulière sont clôturées pour l’année. L’afflux des demandes a donné aux associations obligation, encore plus que les années précédentes, d’établir des critères pour permettre ou non aux familles de s’inscrire et donc d’accéder à cette aide régulière. Mais ces critères sont-ils pertinents ? Certains s’imposent d’eux-mêmes. Mais d’autres posent des questions et demandent donc une recherche de solution.

Les capacités de réponse de chaque association

Le premier critère qui s’impose à elles est celui de leur capacité à faire face aux demandes qui leur sont formulées. Cette capacité est d’abord mesurée, pour la plupart d’entre elles, par le nombre de parts que la Banque alimentaire leur accordera tout au long de l’année. La deuxième limite est celle de leurs capacités financières et des dons qu’elles peuvent espérer recevoir. On imagine mal d’ailleurs le formidable réseau de dons qui, la plupart du temps, dans le silence et loin des caméras, fonctionne tous les jours. Bien des commerçants et des artisans, qu’ils soient petits ou grands, qu’il s’agisse de légumes, de pain, de viande ou de poisson, ont acquis le réflexe de ne pas jeter leurs invendus et d’alerter les associations à temps pour venir les chercher avant qu’il ne soit trop tard.

Le deuxième critère est souvent la capacité des moyens humains de chacune des associations. Il ne suffit pas en effet d’avoir des produits à distribuer. Encore faut-il avoir le nombre de personnes bénévoles nécessaires pour, d’une part, aller chercher les produits et les préparer, d’autre part, les distribuer en veillant à la qualité de l’accueil et de l’attention réelle à chacun de ceux qui viennent les chercher. Il n’est en effet jamais facile d’accepter de ne pas avoir les ressources nécessaires pour survivre, soi et sa famille.

A partir de la connaissance de leurs moyens, chacune des associations sait donc approximativement combien de familles pourront être accueillies dignement et donc inscrites chez elles.

Le projet associatif

D’autres critères doivent cependant intervenir. Aujourd’hui, encore plus que les années précédentes, le nombre de familles qui viennent frapper à la porte des associations est grand et dépasse souvent les capacités d’accueil de celles-ci. C’est là que s’introduit le plus souvent les spécificités de chacune d’entre elles et donc la diversité des projets associatifs.

Pour certaine d’entre elles, elles privilégieront les demandes issues de familles qu’elles connaissent bien pour les suivre régulièrement et les accompagner dans tous les autres aspects de leur vie. Pour d’autres, la condition essentielle d’accès à l’aide alimentaire est celle d’entrer dans un parcours d’insertion que lui propose l’association. D’autres enfin, privilégient la réponse à la détresse humanitaire et n’ont pas les moyens de se mobiliser sur d’autres aspects.

La diversité des attitudes fait la force des associations. Un type unique de réponse risquerait que certaines familles qui sont dans des réelles difficultés de survie verraient se fermer toutes les portes.

Peut-on privilégier les réponses en fonction des besoins ?

Même après avoir suivi les critères qu’on vient d’indiquer, il n’en reste pas moins que le nombre de demandes dépasse celui des capacités associatives. Les associations ont donc dû établir des critères d’importance des besoins.

Depuis quelques années, elles ont décidé de n’accepter les demandes que des familles qui ne dépassaient pas un critère de ressources. C’est ainsi qu’après étude des ressources et des charges des populations qu’elles accueillaient, elles n’accueillaient plus, sauf exception, les familles dont les ressources mensuelles excèdaient 740 € par unité de consommation.

Mais, cette année, plus que les années précédentes, le nombre de familles dans cette situation est encore trop grand par rapport aux capacités associatives. Le critère supplémentaire aurait donc été celui de la date de la demande. Les premiers demandeurs auraient été donc les premiers servis. Cela aurait voulu dire concrètement que des familles se trouvant dans des situations particulièrement grande de précarité et qui ne se seraient fait connaître qu’après les autres, ne seraient pas inscrites.

Or, au printemps dernier, profitant d’informations fournies par la Voix du Nord sur le coût réel d’un caddy, nous avions déterminé que les ressources nécessaires à une famille pour survivre dans le dunkerquois étaient de 460 € par unité de consommation. Si nous regardons à nouveau la répartition du nombre de ménages par taille de leurs ressources par unité de consommation dans la population des ménages inscrits l’année dernière, nous voyons que plus de 40 % de ceux-ci ont des ressources supérieures à 460 €.

L’aide alimentaire associative ne devrait-elle pas être destinée en priorité à ces familles, quelle que soit le jour où elles se présentent à l’inscription dans les associations ?

Après avoir consulté quelques responsables de ces inscriptions, il a donc été décidé d’abaisser le critère de ressources et de privilégier l’inscription des familles dont l’indice de ressource est inférieur à 650 et de mettre sur liste d’attente prioritaire les familles dont l’indice de ressources est supérieur à cet indice. Il nous faudra alors mesurer l’impact d’une telle décision.

N.B. La rédaction de cet article faite primitivement en décembre 2010, a été revue en décembre 2011. Pour plus d’information on pourra se reporter à la rubrique concernant les inscriptions.

retour vers le journal de décembre

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com