Assemblée générale 2011 : projet de rapport moral

Carrefour des solidarités
Assemblée général du 7 avril 2011
Rapport moral
(projet)

Stop ! Jusqu’à quand et jusqu’où, les plus pauvres de notre société pourront-ils supporter d’être ceux et celles qui supportent le plus durement la crise et les conséquences de décisions politiques injustes ?

Au sortir de l’hiver, la F.N.A.R.S. vient d’appeler son réseau, dont le Carrefour des solidarités fait partie, à un cri d’alerte. Remise à la rue, reprise des expulsions, loyers et charges de plus en plus lourdes, manque de logement vont être le lot des plus démunis.

Les coûts de l’énergie n’en finissent pas de monter et on vient de nous annoncer que le gaz augmente à nouveau de 5 %.

Les demandes d’aide alimentaire qu’elles soient régulières ou sous forme de dépannage ne font qu’augmenter mettant nos associations devant l’incapacité de faire face.

Les rigueurs budgétaires à toutes les échelles de territoire mettent en cause nos projets associatifs.

Une observation récente nous a montré que pour survivre, un adulte seul, sur le dunkerquois, avait besoin d’au moins 492 euros par mois alors que le R.S.A. plancher est aujourd’hui à 467 € et que 80 % de ceux qui demandent de l’aide alimentaire n’ont même pas ce niveau de ressources.

A nos portes, certaines autorités reprochent aux associations de mettre à l’abri des populations migrantes plutôt que de les laisser dormir au milieu des rats sous le prétexte fallacieux que se faisant elles créeraient un « appel d’air ».

Chacun d’entre nous connaît ces situations, chacune de nos associations, chacun de nos Centres communaux d’action sociale. Chacun fait ce qu’il peut pour se battre pour la dignité d’hommes et de femmes qui n’ont jamais voulu ce qui leur arrive. C’est votre lot quotidien.

Le Carrefour des solidarités, vous le savez, est à votre côté pour vous soutenir et vous apporter l’aide qu’il peut.

Je ne reprendrai pas ici l’ensemble des activités qu’a pu développer le Carrefour en 2010 à vos côtés. Mais je voudrai mettre en valeur quelques éléments.

Nous pratiquons chaque année un décompte du nombre de personnes qui participent à nos activités et du temps qu’elles y passent. Je ne reprendrai ici que quelques uns.

Nos deux principales activités sont :

- la formation : 148 personnes différentes ont pu en bénéficier l’année dernière pour un nombre total de 1848 h/pers. Cela représente près de 50 % de nos activités en nombre d’heures.
  La coordination d’action : 87 personnes différentes y ont participé. (collectif migrants, commission d’aide alimentaire, enterrement digne, etc.)

L’ampleur de notre réseau :

Notre réseau est constitué de 27 associations et d’une dizaine de C.C.A.S. En réalité, il est beaucoup plus vaste que cela. Il faut en effet pour être juste et plus proche de la réalité englober l’ensemble de nos partenaires. La plupart d’entre eux participent d’une façon ou d’une autre à nos activités. On a pu en dénombrer en 2010 plus d’une quarantaine. Il s’agit de services publics. Mais aussi d’associations qui n’éprouvent pas encore la nécessité de devenir membre de notre association, mais sont des associés des activités de nos membres. Je pense, par exemple, à certaines associations qui participent activement au collectif migrant. L’adhésion au Carrefour des solidarités demande parfois du temps.

Le développement de la participation des usagers

Depuis son origine, le Carrefour des solidarités a pour mission de participer au développement de la citoyenneté des personnes qui vivent les plus grandes difficultés sociales.

Nous savons tous que le chemin est long pour passer du temps où on reprend confiance en soi et où la honte commence à s’éteindre jusqu’à celui de l’action collective et citoyenne, en passant par la prise de parole, la confrontation de son expérience à celle des autres, la construction de revendications et celle de la proposition de solution.

L’année 2010 a été marquée par plusieurs avancées significatives :

- nous avons continué ensemble les « rendez-vous citoyens » et leur mise en valeur par le livret de témoignages « de souffrances et d’espoir ». Ils contiennent parfois des interpellations. Le vrai chemin à emprunter est celui de la prise en compte de ces interpellations.
- Grâce à l’ouverture donnée par le Conseil général dans la gestion du R.S.A. et les initiatives reprises par l’U.R.I.O.P.S.S. et la fédération des centres sociaux, s’est ouvert le « forum citoyen ». Animé par l’A.A.E. sur financements départementaux, et avec le concours de plusieurs associations dont le Carrefour des solidarités, ce forum réuni tous les mois désormais les usagers qui le désirent pour parler de leur vie, rencontrer les partenaires, construire de nouvelles solutions. Plusieurs associations membres du Carrefour y participent directement.
- Depuis la fin 2010, enfin, le Carrefour des solidarités lui-même réunit tous les mois un « atelier de travail social », conformément aux décisions prises lors des assises de la solidarité locale. Ses derniers travaux vont l’amener à un travail en commun entre certains usagers et les associations qui pratiquent l’aide alimentaire.

L’accueil dans les locaux du Carrefour

Bernard Guilbert, le premier président du Carrefour des solidarités, avait rêvé que le Carrefour devienne un lieu d’accueil, quasi permanent, des personnes dans la difficulté, pour les orienter vers les ressources de notre réseau en fonction des problèmes qu’ils rencontrent. A cette époque, l’exemple réussi qu’il reprenait volontiers, était le travail acharné qu’avait développe Marie Nassel d’Emmaüs, dans le cadre du CARMESO.

Nous avons toujours pratiqué cet accueil. Mais depuis plusieurs années, grâce en particulier, aux qualités d’écoute et d’empathie que développent nos salariés, le nombre de personnes qui se présentent s’est amplifié. Désormais, une personne est affectée plus directement à ce travail et à celui de repérer les ressources que possèdent chacun de nos membres et chacun de nos partenaires afin d’améliorer l’orientation.

Pour terminer, il me semble indispensable de remercier ceux et celles qui ont permis, en 2010, que le Carrefour des solidarités accomplissent son rôle :

Merci à chacun des membres du Carrefour des solidarités : c’est parce qu’ils continuent à nous faire confiance que notre réseau reste vivant,

Merci à nos financeurs : la Communauté Urbaine de Dunkerque, le conseil général du Nord et le conseil régional du Nord Pas de Calais. Mais aussi l’Agence Régionale de la santé et, de façon plus exceptionnelle, le Comité contre la faim dans le monde. C’est parce qu’ils nous ont fait à nouveau confiance que nous avons pu faire notre travail,

Merci à nos administrateurs et administratrices, malgré les lourdes responsabilités qu’ils portent dans leurs propres organisations, ils ont su libérer un peu de leur temps et de leur énergie pour permettre à l’animation de notre réseau de rester proche des préoccupations de chacun,

Merci à nos partenaires fidèles, le conseil de développement durable, la direction territoriale du département, la caisse d’allocations familiales, la Lyonnaise des eaux, France Bénévolat, la Fondation Abbé Pierre, l’URIOPSS et la FNARS, et d’autres encore, je ne peux pas les citer tous, c’est avec eux, comme nous l’avons vu que nous pouvons agir concrètement,

Merci à chaque membre de l’équipe d’animation de notre réseau qui se réunit, contre vents et marées, tous les mardis après-midi,

Merci enfin à nos salariées. Ce n’est pas facile tous les jours d’être disponibles à ceux qui sont dans la galère comme à chacun des membres du réseau, comme à chacun des financeurs, comme à chacun de nos partenaires. Je sais qu’elles y mettent tout leur cœur et parfois même, leur santé.

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com