Aide alimentaire et vestimentaire pour les personnes migrantes de passage

De la part de Françoise Lavoisier, de l’association Salam

AIDE ALIMENTAIRE : pour les migrants, l’aide alimentaire dépend des bonnes volontés des uns et des autres. Les bénévoles SALAM se rendent sur les bidon-villes deux fois par semaine . Ils leur apportent des repas qu’ils préparent chez eux. Il n’y a pas actuellement de lieux où les bénévoles peuvent cuisiner pour un nombre qui varie de 40 à 120 personnes.Ces repas sont composés grâce aux dons faits par les particuliers, aux achats effectués par l’association. Les conditions de distribution sont très difficiles car il n’y a pas de lieu où s’abriter pour le repas. C’est souvent sous la pluie et dans la boue que le repas est pris. Les bénévoles veulent un lieu pour préparer et un lieu pour distribuer. De plus ces distributions de nourriture générent énormément de détritus pour lesquels il n’y a pas de solutions actuellement. Ces solutions pourraient être la mise en place de bennes à ordure ou de containers afin que les migrants puissent y jeter leurs détritus. Ces monts de détritus contribuent aux mauvaises conditions de vie des migrants et provoquent de graves problèmes d’hygiène. Il faudrait donner les moyens aux migrants et aux bénévoles d’atténuer cette difficulté. C’est aussi le problème des collectivités

AIDE VESTIMENTAIRE : il y a un lieu pour entreposer les habits. Il est très difficile de trouver la bonne méthode de distribution. Les bénévoles ont essayé plusieurs méthodes :
- venir avec une trentaine de chaque sorte d’habits mais là tout le monde n’a pas
- n’apporter qu’un seul vêtement pour que tout le monde aie quelque chose
- donner des habits après les distributions de repas mais là il faut de la place dans le véhicule
- donner des habits par groupe mais là on n’est pas sûr que ceux qui ont vraiment besoin auront
- faire des tickets et organiser une distribution tous les jours mais là aussi problème puisque les personnes ne sont pas là, soit ils ont été arrêtés par la police, soit ils sont partis. De plus la préparation de chaque sac demande un gros travail pour les bénévoles.
- l’idéal serait que les migrants puissent se rendre dans les lieux où il ya des habits ou bien que les bénévoles aient un lieu appropriéproche des migrants( maison, mobil-home)

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com