AJS, Le Bon Emploi de la Solidarité
  
  Objet Activités Lieux d'activités Actualités
  Activités  

Si vous souhaitez avoir des renseignements sur l’aide alimentaire, sur l’aide administrative, sur nos différents ateliers (vie quotidienne, santé, culture, savoirs de base), sur notre centre de loisirs, sur les échanges internationaux entre jeunes, sur la Plate-forme de l’Egalité ou sur nos différents projets culturels ou citoyens,
Vous pouvez nous joindre par voie postale :
AJS, Le Bon Emploi de la Solidarité
2829 avenue de Petite Synthe
59640 DUNKERQUE

A ces deux numéros de téléphone :
03 28 61 08 09 / 03 28 27 52 16

Par fax :
03 28 61 20 96

Ou par e-mail :
ajs2@wanadoo.fr

Horaires d’ouverture
Du lundi au vendredi
De 9 heures à 12 heures
et de 14 heures à 18 heures

Tous ceux qui souhaitent devenir adhérents ou bénévoles et participer à nos activités sont les bienvenus.

Vous pouvez consulter notre blog
Parole de femmes

Contact AJS
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :


Agrandir le plan

 


Le but de la structure est d’être une passerelle entre l’exclusion et les dispositifs de droit commun pour faciliter une meilleure intégration (travail réalisé avec les travailleurs sociaux de l’agglomération dunkerquoise) ; de mettre en œuvre d’une logistique autour d’un long parcours de retour vers l’emploi ; de valoriser chaque personne et l’aider au développement de son autonomie personnelle, ce qui doit lui permettre de réussir son intégration sociale et de Développer des activités en faveur de l’insertion sociale et pré professionnelle, pour un public majoritairement féminin (adultes et jeunes majeurs) et en grande difficulté sociale.

Afin de parvenir à ces résultats, l’association a mis en œuvre différents outils aussi diversifiés qu’ambitieux.

La première étape commence par le contrat d’engagement, signé depuis 2000, entre le public et l’association qui propose une participation à divers ateliers qui sont de précieux outils de resocialisation. Les bénéficiaires s’inscrivent alors dans un parcours de retour à l’emploi qui commence à partir de l’accès à l’aide alimentaire : chaque jour, du lundi au samedi, une distribution de pain a lieu de 10 à 12 heures. Une centaine de familles environ bénéficie chaque jour du pain qui provient de plusieurs supermarchés et boulangeries de l’agglomération dunkerquoise (une cinquantaine de foyers jouissant d’une aide alimentaire dans une autre association caritative bénéficie d’une distribution de pain à l’AJS). La distribution du colis de denrées alimentaires a lieu tous les vendredis avec une moyenne de 200 foyers par semaine. En plus des salariés de la structure, la distribution est assurée grâce à la participation d’une dizaine de bénévoles et des administrateurs de l’association. En 2007, ce sont plus de 300 foyers défavorisés de l’agglomération dunkerquoise qui ont été inscrits à l’aide alimentaire ce qui représente un total de 958 personnes.
De plus, l’AJS, est une des associations les plus sollicitées par les travailleurs sociaux de l’agglomération dunkerquoise. 25 % des foyers sont orientés vers l’AJS par rapport à l’ensemble des sollicitations des associations caritatives afin de répondre à l’urgence concernant les familles en grande difficulté (544 foyers en 2005 ont bénéficié d’un colis d’urgence de denrées alimentaires)

La seconde phase démarre suite à un engagement formel, après un entretien individuel avec l’encadrante sociale de la structure, les participants s’engagent, à leur initiative, à participer aux ateliers.

L’AJS met à leur disposition une palette d’outils à travers différents ateliers afin de les accompagner au cours de leurs cheminements. L’équipe d’animation s’emploie à identifier la moindre occasion de mettre en valeur les richesses insoupçonnées qu’ils ont en eux. Le travail amorcé avec le public doit lui permettre une prise de conscience et l’amener à une d’autonomie progressive. Les changements qui vont en découler ont des répercussions au sein du foyer d’où l’importance du travail d’accompagnement qui veille sur le respect de l’intégrité de la cellule familiale. La réussite de cette phase passera par la prise de confiance en soi, la revalorisation de l’image de soi et un travail de redynamisation sociale.

L’une des premières missions est de mettre le public en confiance et d’ouvrir le dialogue car, bien souvent, celui-ci est en rupture avec la société et en perte de repères. Il doit donc être progressivement amené à se resocialiser. Le vestiaire social est le relais entre les deux premières phases de ce parcours global de réinsertion et de retour vers l’emploi. Le public a ainsi accès à des moyens techniques dont il ne dispose pas toujours à son domicile et à des espaces propices, non seulement à la pratique de ces activités, mais également à la discussion et au tissage du lien social. _ _ _ Quatre ateliers ont pour objectif de faciliter cette approche : le vestiaire social, l’atelier couture, l’atelier cuisine et l’atelier art déco.

La deuxième mission est de détecter les savoirs faire et les compétences des participants. L’identification de certaines lacunes permet de les inscrire dans un parcours d’accompagnement personnalisé et de mettre face à chaque problème identifié une solution adéquate. Les quatre outils pédagogiques utilisés sont l’atelier d’alphabétisation, l’atelier de remise à niveau en français, l’atelier de cours d’arabe et l’atelier d’initiation aux NTCI.

La troisième mission est de démarrer l’investissement personnel du public. Il s’agit ici d’une introspection individuelle qui doit révéler à ceux qui sont parvenus à ce stade de la démarche de définir ses propres priorités et de devenir acteur de sa vie. Cette démarche se fait par le biais de différents ateliers qui se classent en trois phases : le bien être corporel (avec les ateliers hygiène, équilibre alimentaire, esthétisme, coiffure, yoga et gym) ; le bien être psychologique (avec les ateliers prévention santé, art thérapie, objectif aide aux parents, dépendance, halte aux violences et des groupes de parole) et une phase d’implication par le biais de la culture (par la découverte de son patrimoine et de son environnement, les sorties familiales et les divers projets culturels)

La dernière phase est l’action d’insertion pré professionnelle qui s’inscrit dans le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi et l’AJS en est opérateur depuis le 1er juillet 2001. Reconnue pour son travail en qualité de chantier d’insertion, elle est conventionnée, depuis 2002, par le Conseil Départemental de l’Insertion par l’Activité Economique pour la mise en œuvre d’activités d’utilité sociale. L’AJS s’inspire d’un objectif global de lutte contre l’exclusion visant à placer les personnes les plus éloignées de l’emploi en situation de travail adaptée, à les inscrire dans une logique de requalification sociale. Pour cela, elle a mis en place un parcours individualisé d’orientation et de formation de qualité. La démarche développée au sein des ateliers de l’AJS est une démarche d’insertion professionnelle, reposant sur une mise en situation réelle de travail, une formation adaptée et d’un accompagnement social individualisé.

Ces différentes phases sont accompagnées d’axes transversaux qui leur sont complémentaires. Le premier axe transversal regroupe plusieurs actions dont les buts sont la lutte aux discriminations, la prévention, l’information et d’accompagnement.
Le Forum santé dont l’objectif est d’informer le public inscrit au fichier d’aide alimentaire des soutiens dont il peut bénéficier en matière de santé, tout en faisant évoluer les comportements en termes de prévention, tels sont les objectifs affichés par les trois Forums santé organisés par l’AJS durant l’année 2005 dans les locaux de la structure afin de garantir une meilleure confidentialité des entretiens et plus grande proximité entre le public et les intervenants.

Le pôle, « écoute, information et orientation » est un lieu d’écoute des discriminations sur l’agglomération dunkerquoise et un observatoire qui travaille en lien direct avec les partenaires du territoire ; un lieu d’écoute des préoccupations du public, et d’orientation vers les différents acteurs du territoire et un accompagnement au niveau des organismes concernés (en fonction de la complexité de la situation) ; un centre de documentation, de réglementations et de traduction ; un réseau de juristes et d’avocats ; et un service informatique doté de matériel, de logiciel, d’Internet et d’outils multimédias. Une présence permanente d’un formateur leur permettant un accès à une autonomie (auto formation, informations Internet...).

Le second axe transversale est l’insertion socioculturelle qui regroupe plusieurs projets dont les différentes ambitions sont de rompre avec l’isolement, de recréer du lien social, d’apprendre à évoluer au sein d’un groupe, de valoriser les savoirs faire et de permettre l’accès à des activités jusque là inaccessibles car onéreux pour public de l’AJS.

La découverte du patrimoine local dont l’objectif est, par des sorties ludiques, de faire découvrir ces richesses. Chaque sortie est préparée avec minutie, de manière à trouver un lien et un dénominateur commun avec leur propre culture. Ce sont toujours des visites commentées avec un guide, qui prendra le temps d’expliquer à notre public spécifique l’héritage historique du lieu choisi. Le groupe est encadré par une animatrice chargée des actions culturelles, d’une femme relais et la Vice Présidente de l’association.

Les sorties culturelles qui visent à favoriser les débats et à inciter les femmes à participer aux grands thèmes de société. Les séances culturelles deviennent un moyen pour rendre autonome l’individu tant dans sa pensée que dans son comportement. Le développement individuel devient alors notre principal axe de travail. Une sortie en couple constitue un grand pas en avant au regard de leur culture.

La reconnaissance et la promotion de la diversité culturelle dont les objectifs sont d’utiliser les manifestations sociales, sportives et culturelles organisées par les municipalités de l’agglomération dunkerquoise, les associations locales, afin engager un travail de long terme avec les populations issues de l’immigration sur les thématiques abordées dans ces manifestations et de confronter les personnes et leurs cultures.

Le projet "Elle m’a dit...", entamé en 2004 avec la participation du plasticien dunkerquois Abdelhakim Henni, puis rejoint en 2005 par l’artiste suisse d’origine brésilienne Fabiana de Barros, n’a eu de cesse de prendre de l’ampleur. Soutenu initialement par la D.R.AC., le F.A.S.I.L.D. et le Conseil Général du Nord, le projet s’est vu renforcé grâce à l’arrivée de nouveaux partenaires financiers tels que la Ville de Dunkerque, la Communauté Urbaine de Dunkerque, le fonds d’art contemporain de la Ville de Genève et la fondation suisse pour la culture Pro Helvetia qui a abouti à une exposition des oeuvres des participantes au LAAC.

Le troisième axe transversal est celui de la citoyenneté active par le biais du projet "Parole de femmes". Plus précisément, la volonté de l’association est d’intéresser et de faire participer des femmes qui n’ont a priori jamais -ou trop peu- l’occasion de s’exprimer sur des thèmes de société et d’actualité liés à leur vie et à leurs préoccupations. Dans leur univers quotidien, au sein de leur famille, de leur quartier, de leurs habitudes, elles ne sont pas familiarisées avec les débats et les réunions qui font souvent la part belle à des intervenants s’adressant à un public de classe moyenne.

Pour terminer, l’AJS travaille aussi avec les jeunes par le biais de son pôle jeunesse dans lequel l’association se donne pour objectif de permettre à des jeunes en grande difficulté sociale des quartiers sensibles de Dunkerque et de son agglomération, de s’inscrire dans une démarche citoyenne. Elle les aide à prendre leur place au sein de la société en respectant leurs devoirs et obligations. Elle souhaite les amener à accepter les valeurs culturelles transmises par leurs parents, et valoriser cet héritage culturel, ce qui contribue non seulement à ce qu’ils prennent conscience de cette culture multiple, mais aussi à la faire partager à l’ensemble de la communauté.

Sensibilisée par les difficultés d’intégration des jeunes issus de l’immigration et des quartiers sensibles, l’AJS, par sa spécificité et sa richesse culturelle, se propose grâce à la diversité de ses actions, en particulier l’animation et les loisirs, de favoriser l’accès à la citoyenneté et de développer le sens des responsabilités de ces jeunes

Dans le cadre des ateliers ainsi proposés, les jeunes peuvent s’exprimer et s’épanouir dans les meilleures conditions pour l’atteinte des objectifs suivants : réinstaurer le dialogue avec leurs parents (choc des générations) ; se positionner dans la société actuelle ; prévenir les actes délictueux et d’incivilités ; lutter contre la discrimination et le mal de vivre, lutter contre l’échec scolaire et la violence et être une passerelle avec l’école, la formation professionnelle et l’emploi. Outre ces différents ateliers l’AJS prend part à d’autres actions pour les jeunes telles que : L’art, l’enfant et la lecture, cette action a pour but d’amener le maximum d’enfants à découvrir la lecture et le dessin par le biais d’un concours et les amener aussi à fréquenter régulièrement les bibliothèques de notre ville. Impliquer les enfants dans un mouvement citoyen en les faisant participer à une élection mais aussi à découvrir d’autres enfants et leurs montrer que l’on peut venir d’horizons différents et ainsi travailler tous ensemble vers un même projet. Pour pouvoir sensibiliser le maximum d’enfants l’AJS a développé le partenariat avec les maisons de quartier de Dunkerque et la MJC de Rosendaël.

Le hip hop qui est indissociable du contexte urbain, il se conçoit comme une réponse à un environnement plus ou moins hostile. Il appartient aux cultures de la rue qui impriment un mouvement de réaction face aux conditions de vie imposées par ce milieu. Le hip hop répond à une fonction particulière vis à vis du milieu social dans lequel il est plongé : celle de pouvoir s’adapter, se protéger et modifier un contexte social et culturel.

Le Cybercentre dans le cadre de sa spécificité d’accueil de publics étrangers, l’AJS a développé un centre informatique multimédia équipé de huit postes en réseau avec une ligne Internet.



Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com