Accueil du site  menu Le Carrefour des Solidarités  menu Le journal du Carrefour  menu Les articles des journaux de 2017  menu ASSOCIATIONS ET CCAS : UNE COMPLEMENTARITE A CONSTRUIRE A CHAQUE (...)

 
ASSOCIATIONS ET CCAS : UNE COMPLEMENTARITE A CONSTRUIRE A CHAQUE INSTANT


Dans les échanges auxquels ont donné lieu tant notre assemblée générale que notre dernier conseil d’administration, les souhaits d’une meilleure complémentarité entre associations et CCAS ont été clairement exprimés. Est-ce si difficile que cela ?

Souhaiter que les échanges entre C.C.A.S. et associations se multiplient, ce n’est pas dire qu’ils n’existent pas. Récemment encore, notre équipe de professionnelles a rencontré successivement deux d’entre eux. Pour rappel, un article dans le dernier journal a mis en valeur ce qu’elles avaient appris des pratiques de celui de Grande Synthe. Reconnaître qu’il y a du travail à développer est évident.

C.C.A.S. et associations caritatives et humanitaires ont des points en commun : accompagner et venir en aide aux démunis de notre territoire. Pourquoi donc alors serait-il difficile de se parler, de se comprendre et de coordonner ses efforts ?

Reconnaissons-le, les logiques d’intervention sont différentes. D’un côté, celui des C.C.A.S., l’intention est de mettre en œuvre la définition de règles destinées à venir en aide aux personnes et familles en grande difficulté, règles qui s’appliquent à tous les citoyens d’un territoire communal. De l’autre, du côté des bénévoles des associations, c’est de reconnaître la situation de détresse de telle ou telle personne, de telle ou telle famille, et de rechercher, avec elle, les solutions pour y faire face en mobilisant les moyens du droit et ceux des ressources propres à l’association à laquelle ils se rattachent.

Les objectifs sont identiques. Les moyens sont complémentaires. Chacun cherche à développer les capacités d’autonomie des personnes qu’il accompagne. Les voies pour y arriver sont parfois un peu différentes. D’un côté, le contact humain et la chaleur de l’écoute, de l’autre on mobilisera plus volontiers le rappel à la règle et la mobilisation de ce à quoi elle donne droit.

Cela fait bien longtemps que, ni les uns ni les autres, tentent de ne pas se caricaturer. Mais en revanche, on n’a pas toujours le temps de se rencontrer et de se parler, voire de construire de véritables articulations entre les interventions des uns et des autres.

Développer une meilleure connaissance entre les bénévoles des associations et les agents du service public C.C.A.S. Définir une plus grande articulation entre les modes d’intervention des associations et ceux des C.C.A.S. Mettre à mal les fausses images véhiculées de part et d’autres comme la « rigidité » des agents des C.C.A.S. et le « laxisme » des bénévoles associatifs, la « bureaucratie » des uns et la « naïveté » des autres, le « manque de chaleur » des uns et le « manque de professionnalisme » des autres et lutter contre les stéréotypes.

Les conclusions immédiates ont donc été :

 développer les rencontres / échanges entre les responsables associatifs et les responsables des CCAS (+travailleurs sociaux) pour mieux se connaître et trouver une meilleure articulation entre les interventions bénévoles et professionnelles.

 répondre favorablement aux demandes de rencontre entre les associations qui font de l’Aide Alimentaire, les CCAS et les Unités Territoriales du Département, afin de mieux présenter leur action : ses limites (en termes de mobilisation bénévole, des contraintes sanitaires, de gestion de stocks) et ses possibilités (meilleure articulation entre les institutions et les associations, éviter de perdre les personnes en les informant au mieux des possibilités du territoire et en les orientant efficacement, que ce soit au niveau des institutions ou des associations)

 répondre positivement à la demande des associations qui interviennent auprès des personnes de la rue pour aborder avec elles, dans l’échange et le partage, la question des addictions : réfléchir à d’autres modes d’articulation professionnels et bénévoles pour le bien des personnes accompagnées et faire en sorte que ces personnes puissent avoir accès aux dispositifs mis en place par les professionnels.

De leur côté, les professionnelles du Carrefour travaillent à la mise en place de « fiches réflexes » sur les différents types d’aides concernant par exemple le surendettement, les droits et devoirs des locataires (ce qu’il faut savoir...), et les mettre à disposition des bénévoles et des professionnels pour avoir un discours commun et une meilleure orientation des personnes, etc.

L’équipe d’animation

envoyer un commentaire

Accueil du Carrefour des Solidarités | Plan du site | Espace privé | Contacts | Liens | Partenaires | Espace Administrateurs
Le Carrefour des Solidarités - 15 rue de l’Ecluse de Bergues - 59140 Dunkerque - Tél. : 03 28 63 70 40 - Fax : 03 28 63 70 60 - Mél : chantiers@carrefourdessolidarites.org

Création : http://www.agence-e-dock.com